^

Politique

Barbès 13h !

Manifestation contre Zemmour et les idées d’extrême-droite : tous à Barbès ce dimanche !

Ce dimanche 5 décembre, nous rejoignons l’appel de plusieurs organisations syndicales et politiques comme la CGT, Solidaires, la Jeune Garde, le NPA ou encore le PCF à manifester contre la candidature de Zemmour au départ de Barbès à 13h. Alors que sous pression, Zemmour a déjà annoncé délocaliser son meeting, prévu au Zenith de Paris, il faudra être présents contre Zemmour, les idées d’extrême-droite et le gouvernement qui les promeut.

mercredi 1er décembre 2021

Crédits Photo : ROMAIN PERROCHEAU / AFP

Ce mardi 30 novembre, Éric Zemmour a déclaré officiellement sa candidature pour la présidentielle 2022. Dans une vidéo sinistre, aux références gaullistes et au contenu raciste décomplexé, Zemmour a mis fin au faux suspens qu’il entretenait autour de sa campagne. Une tentative pour se relancer alors qu’il subit le contre coup de plusieurs déconvenues. En effet, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche, Marine Le Pen reprendrait son avance sur lui, avec entre 19 et 20% d’intentions de vote, contre 14 à 15% pour Zemmour.

Sur le terrain, le polémiste fait également face à des difficultés. Déjà la semaine dernière, sa visite à Genève a été marquée par une manifestation de plusieurs milliers de personnes, et même les autorités genevoises s’étaient prononcées contre sa venue. Pire, le week-end dernier à Marseille, le polémiste, mis en tête d’affiche de la présidentielle par les médias, a été accueilli à la Gare de Saint Charles aux cris de « Zemmour casse-toi ! Marseille est antifa ! ». Sa visite a été très perturbée par les habitants de Marseille, jusqu’à le pousser au dérapage avec un doigt d’honneur perçu comme entachant son image de présidentiable..

Déjà lâché par plusieurs soutiens, comme Charles Gave, millionnaire évadé fiscal, qui lui avait offert un premier gros don de 300 000 euros, Zemmour a également perdu un de ses proches conseillers de campagne, Pierre Meurin. Interviewé par l’Express, il se justifie et explique que Zemmour est trop « déconnecté du réel », « incapable de faire l’alliance entre la bourgeoisie et les quartiers populaires ». Bref, depuis le 13 novembre et ses déclarations polémiques sur la responsabilité de François Hollande dans les attentats, la campagne Zemmour bat de l’aile.

Évidemment, malgré ce déclin conjoncturel, force est de constater que Eric Zemmour a déjà profondément marqué l’élection. Il a imposé au cœur des présidentielles le sujet de l’immigration et de la sécurité, et continue d’être la figure de proue des idées réactionnaires, racistes, sexistes et misogynes de l’extrême droite. Une figure qui ne doit pas cacher le rôle joué par l’ensemble des forces politiques dans la libération des discours réactionnaires. Ainsi, depuis un an, le gouvernement et la droite ont lancé une offensive islamophobe, sécuritaire et autoritaire, et pavé la voie aux idées de Zemmour. De même, une partie de la gauche n’hésitent pas à hurler avec les loups, et à manifester aux côtés de l’extrême-droite et des syndicats policiers.

Dans ce cadre, ce 5 décembre, rejoignons la mobilisation appelée par des organisations comme la CGT, Solidaires ou la Jeune Garde à 13h à Barbès contre le meeting de Zemmour. L’appel à la manifestation a déjà conduit Zemmour à délocaliser son meeting à Villepinte, hors de Paris, enfonçons le clou en étant nombreux dans la rue ce dimanche. Les difficultés actuelles de la campagne de Zemmour sont l’occasion de renforcer la mobilisation contre sa candidature, les idées réactionnaires qu’elle porte, et l’ensemble des forces politiques qui en sont les relais. Une occasion également de dénoncer le programme anti-social de Zemmour qui partage avec Macron et Les Républicains la volonté de s’en prendre aux acquis ouvriers.




Mots-clés

Antifascisme   /    Eric Zemmour   /    gouvernement   /    Anti-racisme   /    Solidaires   /    Racisme   /    CGT   /    Extrême-droite   /    Politique