×

« Macron démission »

Macron hué sur les Champs-Elysées, le militant Ritchy Thibault interpellé…un 14 juillet sous tension

Entre les huées du chef de l’État et l’arrestation du militant Ritchy Thibault sur les Champs-Élysées, la crise politique s’est invitée au défilé militaire du 14 juillet, censé marquer la fin des « 100 jours d’apaisement » promis par Emmanuel Macron.

Erell Bleuen

14 juillet 2023

Facebook Twitter
Audio
Macron hué sur les Champs-Elysées, le militant Ritchy Thibault interpellé…un 14 juillet sous tension

Crédits photo : capture d’écran BFMTV

A 10 heures ce vendredi matin, le traditionnel défilé militaire du 14 juillet s’élançait sur les Champs-Élysées. Une mise à l’honneur des forces militaires de l’impérialisme français dans un contexte belliqueux international, où ont défilé réservistes, marins, légionnaires, avions de défense déployés dans l’Est de l’Europe sous les yeux intéressés de Narendra Modi, chef réactionnaire de l’État indien et « invité d’honneur » d’Emmanuel Macron.

Pourtant derrière la tentative de démonstration de force se cache (mal) la tension qui règne au sommet de l’État. La journée devait marquer la fin des « 100 jours d’apaisement » pour sortir de la bataille des retraites, mais l’explosion de colère dans les quartiers populaires suite au meurtre policier de Nahel a de nouveau plongé le gouvernement dans la crise, le forçant à changer ces plans, jusqu’à l’annulation du discours de bilan qu’avait annoncé le président lui-même en avril dernier.

Une crise politique qui est loin d’être refermée et qui s’est invitée jusqu’au défilé du 14 juillet : lors de son arrivée sur les Champs-Élysées, Macron a été copieusement hué par la foule sous les cris de « Macron démission », qui semble désormais accompagner le président dans chacun de ses déplacements.

Pourtant, le gouvernement avait pris ses dispositions pour empêcher toute forme de contestation de s’exprimer. Interdiction des feux d’artifice, annulations des festivités, mobilisation de 130.000 policiers…par crainte d’une reprise de la mobilisation après les révoltes, le gouvernement a débloqué des moyens massifs pour le 13 et le 14 juillet. Un dispositif répressif d’ampleur dont le militant Ritchy Thibault a de nouveau fait les frais : présent sur les Champs-Élysées ce vendredi matin, il a été interpellé et placé en garde-à-vue avant-même le passage d’Emmanuel Macron.

A l’inverse d’une reprise en main ou un « retour à l’ordre », ce 14 juillet, le colossal dispositif policier déployé, les émeutes de ces derniers jours dans les quartiers populaires ou les huées qui accompagnent désormais Macron à chacune de ses sorties apparaissent comme les symptômes de la crise politique de laquelle le gouvernement n’arrive pas à sortir. Et pour se faire, il faudra plus qu’une fête nationale.


Facebook Twitter

Erell Bleuen

@Erellux

Menace de fermer l'usine : InVivo durcit l'offensive, faisons front avec Christian Porta et les Neuhauser !

Menace de fermer l’usine : InVivo durcit l’offensive, faisons front avec Christian Porta et les Neuhauser !

Interpellation massive : plus de 100 militants écolos en GAV après une action contre Total

Interpellation massive : plus de 100 militants écolos en GAV après une action contre Total


Crise de la dette : le FMI appelle la France à toujours plus d'austérité

Crise de la dette : le FMI appelle la France à toujours plus d’austérité

Lidl : comment l'entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Lidl : comment l’entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Kanaky : Macron temporise mais maintient le cap répressif et colonial

Kanaky : Macron temporise mais maintient le cap répressif et colonial

Offensive historique : la durée d'indemnisation du chômage bientôt réduite de 40% ?

Offensive historique : la durée d’indemnisation du chômage bientôt réduite de 40% ?

Le lieu associatif En Gare de Montreuil expulsé par la police et ses habitants placés en garde-à-vue

Le lieu associatif En Gare de Montreuil expulsé par la police et ses habitants placés en garde-à-vue

Répression coloniale : un dirigeant de la RATP dans la délégation de Macron en Kanaky

Répression coloniale : un dirigeant de la RATP dans la délégation de Macron en Kanaky