^

Politique

hypocrisie raciste

Calais. La maire tente de cacher sa politique xénophobe en accueillant des réfugiés ukrainiens

Lundi après-midi, neuf ressortissants ukrainiens ont tentés de rejoindre le Royaume-Uni par Calais. Refoulés la frontière britannique, la mairie de Calais les héberge dans une auberge de jeunesse. Un traitement qui se veut exemplaire tandis que la classe politique et les éditorialistes annoncent que les réfugiés ukrainiens seront accueillis dignement. Une opération en réalité hypocrite alors que la municipalité et l’Etat maltraitent depuis des années les exilés en transit à Calais.

jeudi 3 mars

"Bons" et "mauvais" migrants : le récit raciste de la classe politique et médiatique

Ces derniers jours, un consensus semble émerger sur les plateaux de télévision, alimenté aussi bien par des responsables politiques que des éditorialistes : l’accueil des réfugiés ukrainiens sera assuré, il s’agit là d’un devoir d’humanité. Même Marine Le Pen, d’habitude bien peu disposée à l’égard des exilés, a déclaré trouver « naturel » d’accueillir des réfugiés européens – comprendre blancs et non musulmans – fuyant la guerre en Ukraine. Seul Eric Zemmour se distingue encore sur l’échiquier politique en ayant déclaré préférer que ceux-ci restent en Pologne, avant de devoir également nuancer ses propos face aux doutes de sa propre équipe de campagne.

Mais il ne faut pas se méprendre sur cette soudaine bienveillance à l’égard des réfugiés ukrainiens. Celle-ci ne vient absolument pas bouleverser la matrice raciste et réactionnaire qui façonne depuis des mois la campagne présidentielle. Les éditorialistes sont clairs : les Ukrainiens sont des européens qui méritent d’être accueillis, et pourraient même être utiles à l’économie française, à l’inverse des réfugiés venant de pays non-européens. Ce discours de la classe politique et d’éditorialistes révèle ainsi toute la dimension raciste des politiques migratoires criminelles menées par la France et l’Europe.

C’est dans ce contexte que ce lundi, Natacha Bouchard, maire Les Républicains de Calais, s’est engagée à fournir le gîte et le couvert à neuf ressortissants ukrainiens refoulés à la frontière britannique.

Cette prise en charge se veut exemplaire et préfigurer une politique d’accueil plus large alors que chaque jour de conflit en Ukraine approfondit la détresse des habitants et l’urgence pour une partie d’entre eux de fuir pour se mettre à l’abri. Ce jeudi, Gérald Darmanin indiquait en effet au micro de France Inter que 800 Ukrainiens étaient déjà arrivés en France depuis le début de la guerre.

Calais, théâtre des politiques migratoires xénophobes et criminelles

Pourtant, Calais est depuis plusieurs années le théâtre de politiques criminelles xénophobes et racistes envers les réfugiés cherchant à rejoindre le Royaume-Uni. En 2017, Natacha Bouchard, déjà maire de la commune, empêchait le Secours catholique de mettre des douches à dispositions de plusieurs centaines de migrants, laissant des dizaines d’entre eux développer la gale. La maire avait également signé un arrêté visant à interdire et empêcher les distributions de repas aux migrants, arrêté permettant de justifier un véritable acharnement policier contre les migrants venant se restaurer et les associations d’aide aux migrants.

Cet acharnement à l’encontre des migrants est généralisé : expulsions avec destructions des quelques biens nécessaires à la survie des migrants, notamment lacération de leurs tentes par les forces de police et leurs équipes de « nettoyage », violences policières constantes, militarisation de la frontière tandis que les revendications d’hébergements pérennes dans des bâtiments pourtant inoccupés de la commune sont lourdement réprimées.

Cet acharnement a des conséquences dramatiques. Pas plus tard que lundi, un migrant soudanais qui cherchais à traverser la Manche est décédé percuté par un train alors qu’il longeait les voies ferrées. En 2021, au moins 30 personnes étaient mortes et 4 autres disparues en cherchant à rejoindre le Royaume-Uni. Le nombre de migrants morts à la frontière franco-britannique en raison ce des politiques xénophobes et racistes est [estimé à 340 depuis 1999.] A l’échelle de l’Europe, plus de 50 000 personnes seraient mortes en tentant de traverser les frontières depuis 1993, d’après l’anthropologue Michel Agier.

En accueillant à bras ouverts les réfugiés ukrainiens, la mairie de Calais et le gouvernement voudraient faire oublier des années de politique criminelle envers les migrants en transit dans le Pas-de-Calais et ailleurs et entérinent une gestion raciste des populations migrantes.

Tous les réfugiés doivent être mis à l’abri sans distinction d’origine et de statut ! Liberté de circulation et d’installation ! Réquisition des logements vacants pour loger tous les sans-abris et réfugiés !



Mots-clés

Guerre en Ukraine   /    Racisme d’État   /    Répression policière   /    Migrants   /    Ouvrons les frontières   /    discrimination   /    Racisme   /    Calais   /    Politique