×

Europe forteresse

Accord avec la Mauritanie : l’UE offre 210 millions d’euros pour traquer les migrants

Vendredi dernier, Ursula Von der Leyen et Pedro Sanchez se sont rendus en Mauritanie afin de finaliser un nouvel accord anti-immigration. Le renforcement sécuritaire et xénophobe de l’Union Européenne continue.

Léo Stella

12 février

Facebook Twitter
Audio
Accord avec la Mauritanie : l'UE offre 210 millions d'euros pour traquer les migrants

Crédits photo : Capture d’écran Euronews tv

En déplacement au nom de l’UE, la cheffe de la commission européenne Ursula Von der Leyen, Hans Leitjens, le directeur de l’agence Frontex et le premier ministre espagnol Pedro Sanchez ont rencontré le président mauritanien, Mohamed Ould El-Ghazaouan. Sous couvert d’un accord visant à renforcer les relations économiques entre la Mauritanie et l’Union européenne, c’est bel et bien un accord sur la question migratoire dont il est question. L’UE, qui va donner plusieurs dizaines de millions d’euros afin de financer des projets comme la création d’un grand axe routier en Mauritanie, entend surtout échanger 210 millions d’euros contre l’engagement de la Mauritanie « à accueillir sur le sol mauritanien » les migrants renvoyés depuis les îles Canaries et à renforcer son rôle de garde-frontière en empêchant les migrants de partir par canot.

La Mauritanie est le principal lieu de départ de traversés pour tenter de rejoindre l’Europe via les îles Canaries qui est le deuxième passage le plus meurtrier en mer Méditerranée. L’UE compte donc renforcer considérablement son partenariat qu’elle mène avec la Mauritanie depuis des années en termes de contrôle des frontières.

En effet, comme le souligne Info Migrants, pour la période 2022-2027 « l’allocation de l’UE s’élevait à 12,5 millions d’euros. À cela, s’ajoutent les subventions annuelles de l’Espagne pour la formation et l’équipement des garde-côtes mauritaniens, qui atteignent 10 millions d’euros. » Une politique meurtrière dont le socialiste Pedro Sanchez, qui était déjà au pouvoir lors du drame de Melilla, est un ardent défenseur.

Cet accord avec la Mauritanie s’inscrit dans une politique plus générale de renforcement sécuritaire de l’UE sur la question migratoire. Ce type d’accord, lié à la mise en place du Pacte Européeen sur la migration, avait d’abord été réalisé avec l’autocrate Kaïs Saied en juillet dernier, suivi du Maroc et de l’Egypte. Cette politique européenne s’accompagne de nombreuses lois nationale visant à renforcer la traque des migrants, à précariser leurs conditions de vie ou encore à externaliser la gestion des visas vers des pays tiers.

De plus, l’UE en lien avec les élites locales, compte continuer de piller les ressources de l’Afrique, à l’image du « plan Mattei » dévoilé par Meloni. Comme l’affirme Euractiv, l’accord avec Mauritanie « s’inscrit également dans le contexte de l’importance géopolitique croissante de ce pays, en raison de ses réserves de gaz naturel et de sa position stratégique sur la côte atlantique. »

Alors que les morts en Méditerranée ne font qu’augmenter au fil des ans avec le renforcement de l’Europe Forteresse, les gouvernements, de gauche comme d’extrême droite de Giorgia Meloni, alimentent main dans la main les idées xénophobes et anti-migrants. Pour faire face à cette montée des idées réactionnaires et aux politiques mortifères des gouvernements européens, il est urgent de combattre les gouvernements d’extrême droite, mais également ceux qui, comme celui de Macron, leur déroulent le tapis rouge par leurs réformes xénophobes, antisociales et autoritaires, et de réclamer la régularisation de tous les sans-papiers, la liberté de circulation et d’installation pour tous.


Facebook Twitter
Ce que nous disent les flashs des photographies de Tsahal

Ce que nous disent les flashs des photographies de Tsahal

La guerre sans fin : Israël resserre son étau sur Rafah

La guerre sans fin : Israël resserre son étau sur Rafah

Un soldat américain s'immole à Washington pour protester contre le génocide à Gaza

Un soldat américain s’immole à Washington pour protester contre le génocide à Gaza

Argentine. Grèves enseignantes, aéroports bloqués : une rentrée sous le signe de la mobilisation

Argentine. Grèves enseignantes, aéroports bloqués : une rentrée sous le signe de la mobilisation

Crise de régime en Argentine : les tensions avec les gouverneurs fragilisent Milei

Crise de régime en Argentine : les tensions avec les gouverneurs fragilisent Milei


Guinée. Deux jeunes tués : le mouvement de grève générale réprimé par la junte

Guinée. Deux jeunes tués : le mouvement de grève générale réprimé par la junte

Aide à l'Ukraine : comment les budgets militaires s'envolent en Europe

Aide à l’Ukraine : comment les budgets militaires s’envolent en Europe

Démission du gouvernement palestinien : la guerre attise la crise de l'Autorité palestinienne

Démission du gouvernement palestinien : la guerre attise la crise de l’Autorité palestinienne