^

Politique

Liberté de circulation et d'installation !

Xénophobie, réformes anti-ouvrières : Anasse Kazib démonte l’extrême-droite sur le plateau de QG

Ce lundi, Anasse Kazib était l’invité de QG face à Aurélien Taché et Geoffroy Lejeune, directeur du journal d’extrême-droite Valeurs Actuelles pour débattre de la candidature Zemmour. Le cheminot candidat à la présidentielle a défendu avec brio la liberté de circulation et démasqué le caractère anti-populaire de l’extrême-droite.

mardi 30 novembre 2021

Ce lundi, Anasse Kazib était l’invité de Aude Lancelin sur QG pour un débat intitulé « De quoi Zemmour est-il le nom ? ». Alors que la campagne du polémiste d’extrême-droite connaît quelques difficultés, le cheminot candidat à la présidentielle a affronté Geoffroy Lejeune, directeur de Valeurs Actuelles, tout en portant la critique du projet d’union de la gauche derrière Yannick Jadot défendu par Aurélien Taché sur le plateau.

Le cheminot a notamment démasqué la catastrophe que constituait le projet de l’extrême-droite pour les classes populaires. « Jamais Zemmour ne critiquera le patronat. Sa politique est celle de toute l’extrême-droite à l’international, Trump, Bolsonaro, Salvini, Orban et c’est une catastrophe pour les classes populaire. Il est pour repousser l’âge de départ à la retraite à 65 ans » a-t-il notamment expliqué.

Face à un Geoffroy Lejeune défendant les positions xénophobes de l’extrême-droite et la candidature de Zemmour, Anasse Kazib s’est montré intransigeant sur le terrain du racisme et de la xénophobie. Il a notamment dénoncé le poids de la domination et de la déstabilisation impérialiste dans les migrations :

Mais il s’est également livré à une brillante défense du droit de circulation et d’installation. Un droit qu’il porte dans son programme pour la présidentielle. Pointant la possibilité pour tout Français de se déplacer et s’installer n’importe où sur la planète il a conclu de façon tranchante : « Geoffroy Lejeune, vous ne nagez pas dans la Méditerranée pour aller Marrakech. Ce n’est pas normal que d’autres personnes qui veulent se déplacer y soient contraintes. Ce n’est pas normal de mourir dans la forêt biélorusse. »

Démontant le projet de l’extrême-droite, il est revenu sur l’histoire coloniale de la France mais aussi sur la stratégie xénophobe et pro-patronale de Zemmour et de Valeurs Actuelles qui masquent la responsabilité du patronat dans la pauvreté et le chômage qui frappent les travailleuses et travailleurs en France.

Face au capitalisme vert défendu par Aurélien Taché et son candidat Yannick Jadot, Anasse Kazib a également défendu la nécessité d’un programme révolutionnaire. « Face à l’urgence climatique il y a une urgence révolutionnaire. Patrick Pouyanné, on ne va pas le laisser fermer la raffinerie de Grandpuits. On va l’exproprier jusqu’au dernier centime. Total s’est fait sur le sang et la sueur des ouvriers et il est hors de question qu’on laisse des multinationales piller des pays, dévaster la planète, … ».

En conclusion, Anasse Kazib est revenu sur sa candidature et le programme révolutionnaire qu’il porte. Démasquant la gauche de gouvernement, il a expliqué : « La bourgeoisie voit le vent de révolte. J’espère que ma candidature incarnera l’anti-Zemmour comme l’avait dit Cyril Hanouna. Face à l’extrême-droite, je veux porter une candidature qui puisse redonner espoir et affronter frontalement les idées réactionnaires. J’ai pas attendu d’être candidat pour être aux côtés des prolétaires, de mes collègues, comme j’ai pas attendu pour être aux côtés des Gilets jaunes. J’espère que modestement si je peux donner une boussole politique dans cette période pour expliquer que c’est par la lutte qu’on s’en sortira, et expliquer tout le mal qu’est la xénophobie, je le ferai avec beaucoup de force et de détermination. »

Un débat riche à retrouver au complet sur le site du média QG.




Mots-clés

#Anasse2022   /    Anasse Kazib   /    Extrême-droite   /    Politique