×

Education

Une « force mobile » pour l’école ? Belloubet poursuit l’instrumentalisation de l’affaire Maurice Ravel

Dans la continuité des sorties réactionnaires du Premier ministre, la ministre de l’Education a annoncé la création d’une « force mobile scolaire ». Une manière d’instrumentaliser la démission du chef d’établissement du lycée Maurice Ravel pour renforcer la politique sécuritaire dans les écoles.

Alexis Taïeb

29 mars

Facebook Twitter
Audio
Une « force mobile » pour l'école ? Belloubet poursuit l'instrumentalisation de l'affaire Maurice Ravel

Crédit photo : Compte X de Nicole Belloubet

Deux jours après que le Premier ministre ait déclaré porter plainte contre la lycéenne de Maurice Ravel, il fallait bien que la ministre de l’Education apporte sa propre réponse à l’affaire. Ce vendredi 29 mars, alors qu’elle était en déplacement à Bordeaux, Nicole Belloubet a annoncé la création d’une « force mobile scolaire ».

Composée d’une « vingtaine d’agents de l’éducation nationale », celle-ci pourra dès la rentrée 2024 être « projetée dans les établissements qui connaitraient des difficultés » afin d’apporter « sécurité », « apaisement » et « pédagogie ». En outre, l’Etat portera « systématiquement partie civile lorsqu’une plainte sera déposée » a-t-elle déclaré.

Après les EMS (Equipes Mobiles de Sécurité) et les équipes « Valeurs de la République », qui seront ces « agents de l’éducation » ? Pour le moment pas moyen de le savoir et les contours de cette nouvelle brigade sont pour le moins encore flous. Mais la mission qui lui sera confié semble en dire déjà trop long sur ses objectifs : continuer de séparer élèves et personnels de l’éducation en faisant des premiers de potentiels agresseurs, tout en renforçant la supervision des personnels par des envoyés de l’administration. Alors que certains établissements s’étaient mobilisés en début d’année pour dénoncer les mesures islamophobes du gouvernement à l’école, cette nouvelle brigade pourrait en effet également servir à contrôler leur bonne application.

Cette nouvelle annonce sécuritaire s’inscrit dans la continuité de la politique menée par le gouvernement depuis la rentrée. Déjà, après la mort de Dominique Bernard, le gouvernement avait surfé sur le choc de la communauté éducative en annonçant la mise en place d’un plan Vigipirate « Urgence alerte Attentat », mobilisant plus de 7 000 militaires et 10 000 policiers autours des écoles, des lieux de cultes et de cultures.

Bref, le gouvernement agite l’hydre islamique et le chiffon de l’école en danger pour renforcer la stigmatisation des élèves, et en particulier les élèves musulmans ou assimilés comme tels, et ceux issus des quartiers populaires. Toutefois, les « difficultés » que connaissent aujourd’hui les établissements scolaires ne sont pas le fait d’élèves potentiels agresseurs qu’il faudrait surveiller le plus possible, mais de la destruction systématique de l’école et des services publics et des politiques d’austérités qui privent les établissements des moyens nécessaire à l’enseignement et à l’accompagnement des élèves, qu’ils soient en difficultés scolaires ou sociales. Loin d’avoir besoin de toujours plus d’agents de sécurité ou de missionnaires du rectorat, c’est de moyens pour enseigner, accompagner, soigner et accueillir les élèves et les personnels dans de bonnes conditions que l’école à besoin.


Facebook Twitter
Anasse Kazib convoqué par la police : « une procédure politique contre des dizaines de soutiens de Gaza »

Anasse Kazib convoqué par la police : « une procédure politique contre des dizaines de soutiens de Gaza »

Jeux Olympiques : le budget explose pendant que le gouvernement prépare l'austérité

Jeux Olympiques : le budget explose pendant que le gouvernement prépare l’austérité

100 jours d'Attal : la dette et les européennes réactivent le spectre de la crise politique

100 jours d’Attal : la dette et les européennes réactivent le spectre de la crise politique

L'université de Lille annule la conférence de LFI sur la Palestine après une campagne autoritaire

L’université de Lille annule la conférence de LFI sur la Palestine après une campagne autoritaire

Répression coloniale. A Pointe-à-Pitre, Darmanin instaure un couvre-feu pour les mineurs

Répression coloniale. A Pointe-à-Pitre, Darmanin instaure un couvre-feu pour les mineurs

Un an de prison avec sursis pour avoir soutenu la Palestine : exigeons la relaxe pour Jean-Paul Delescaut !

Un an de prison avec sursis pour avoir soutenu la Palestine : exigeons la relaxe pour Jean-Paul Delescaut !

Conférence de LFI interdite par l'Etat : une censure politique en pleine campagne des européennes

Conférence de LFI interdite par l’Etat : une censure politique en pleine campagne des européennes

Jeux olympiques : l'État jette à la rue 450 migrants hébergés à Vitry

Jeux olympiques : l’État jette à la rue 450 migrants hébergés à Vitry