^

Jeunesse

Ni oubli, ni pardon !

Toulouse. Rassemblement en hommage à Rémi Fraisse au Mirail

jeudi 22 octobre 2015

Correspondants

Il y a un an, dans la nuit du 25 au 26 octobre, sur la Zone A Défendre du Testet à Sivens, Rémi Fraisse était tué par la gendarmerie mobile à l’aide d’une grenade offensive. Les manifestations qui s’en étaient suivies suivi à Toulouse durant tout le mois de novembre, en hommage à Rémi et contre les violences policières, avaient été l’occasion pour police et gendarmerie de déployer une stratégie extrême de la tension, interdisant les rassemblements, les poussant à déborder, sans hésiter à faire des rues de Toulouse un véritable laboratoire à ciel ouvert de la répression.

La mobilisation des étudiants du Mirail avait été déterminante dans la résistance à cette intimidation et cette criminalisation de la liberté de s’exprimer et de manifester. Un an plus tard, dans un contexte politique global encore plus répressif, mais en l’absence de mobilisation locale, les étudiants, à initiative de Solidaires Etudiante-s, ont organisé un rassemblement en hommage à Rémi Fraisse à l’entrée du campus du Mirail. Malgré la pluie et des perturbations du métro, plusieurs dizaines d’entre elles et eux se sont retrouvés dans une ambiance musicale en affichant leur soutien non seulement aux ZAD, mais aussi aux travailleurs syndicalistes d’Air France, aux militants de la campagne BDS en procès, ou encore aux habitants des banlieues victimes des abus policiers, entre autres par le biais de pétitions et de la vente de la compilation « Violence Légitime », dont les royalties seront versées aux condamnés des manifestation de novembre 2014.

La marche de recueillement prévue dimanche sur la ZAD du Testet était évidemment au cœur de la plupart des conversations, notamment du fait de l’interdiction du rassemblement et de l’annonce d’une contre-manifestation, à l’initiative des pro-barrages de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs, le même jour. Selon les dernières informations, les deux manifestations ont été interdites par un arrêté municipal de la commune de Lisle-sur-Tarn, lieu où la marche était prévue. Mais interdiction n’équivaut évidemment pas à annulation, et en cas de maintien des deux rassemblements, ce n’est pas la tension qui fera défaut ce dimanche

Un rassemblement est également prévu lundi 26 octobre à Toulouse. Le rendez-vous est fixé à 19h30 au Capitole, pour rendre hommage à Rémi et poursuivre le combat contre la répression !



Mots-clés

Répression   /    Jeunesse