×

Répression syndicale

Scandale : Christian Porta, délégué CGT, accusé de « harceler » sa direction et menacé de licenciement

Mercredi dernier, le délégué CGT du site Neuhauser de Fürst a été mis à pied après des accusations de « harcèlement moral »... envers sa direction. Un entretien disciplinaire se tiendra vendredi avec l'objectif clair de licencier un militant combatif, il va falloir faire front !

Paul Morao

12 février

Facebook Twitter
Audio
Scandale : Christian Porta, délégué CGT, accusé de « harceler » sa direction et menacé de licenciement

Ces derniers mois, les procédures judiciaires s’enchaînent contre les syndicalistes, avec plus de 1000 procès visant des militants CGT après la bataille des retraites. Une répression syndicale qui se poursuit en parallèle au sein même des entreprises, où les patrons sont très loin de désarmer. Sur le site Neuhauser de Fürst, le délégué CGT Christian Porta, connu pour les combats victorieux menés dans l’entreprise pour les salaires, les conditions de travail et contre les licenciements, est ainsi visé par une procédure d’une gravité inédite.

Mercredi dernier, le syndicaliste a appris sa mise à pied conservatoire dans le cadre d’une procédure disciplinaire suite à des accusations de « harcèlement moral » envers sa direction. « J’ai reçu un courrier qui m’annonce ma mise à pied et m’interdit de me rendre sur le site. Mais le pire ce sont les accusations, qui instrumentalisent la question du harcèlement pour attaquer un syndicaliste » explique le militant CGT, par ailleurs secrétaire de l’Union Locale CGT de Saint-Avold. « Il n’y a aucun doute sur leur objectif : me dégager en réponse aux nombreux combats que nous avons menés dans l’entreprise » précise-t-il, alors que ce lundi la direction a mis à l’ordre du jour du prochain CSE l’examen d’un « projet de licenciement de Christian Porta ».

Alors que la mesure tombe à quelques jours d’une grève pour les salaires sur l’ensemble des sites Neuhauser, dont Fürst, la mise à pied s’accompagne d’une mesure rarissime d’interdiction d’accès au site. « En plus de la procédure disciplinaire, l’entreprise m’interdit de me rendre dans l’usine pour préparer la grève. C’est du jamais vu » explique le syndicaliste. Jeudi, lui et une dizaine de collègues ont ainsi été accueillis par la gendarmerie, bloquant l’entrée de l’entreprise à Christian Porta. Une grave entrave au droit syndical dénoncée immédiatement par l’inspection du travail, dans un mail à la direction de Neuhauser, et par l’avocate du militant, Elsa Marcel pour qui : « on fait face ici à une offensive décomplexée, où Neuhauser n’hésite pas à enfreindre la loi en empêchant un syndicaliste d’exercer son mandat ».

Pour tenter d’imposer sa mesure coûte que coûte, la direction a entamé en parallèle une campagne d’intimidation de l’ensemble des salariés du site de Neuhauser. Ce lundi matin, en réaction à l’appel de la CGT à se mobiliser contre cette répression syndicale en plus des salaires à partir de lundi, ces derniers ont ainsi reçu une note de la direction intitulée « Point sur le dossier disciplinaire de C. Porta ». Consultée par Révolution Permanente, celle-ci affirme que la procédure disciplinaire n’aurait « rien à voir avec son mandat de représentant syndical » et réitère les accusations de « harcèlement ». Surtout, elle se conclut sur une menace transparente, affirmant : « que celles et ceux qui (…) soutiennent ces pratiques inacceptables se signalent : nous pourrons envisager avec eux leur sortie de l’entreprise dans les meilleurs délais. »

Un avant-goût du projet de l’entreprise avec cette procédure disciplinaire : virer un syndicaliste combatif pour mettre au pas l’ensemble des travailleurs d’une usine connue pour sa combativité. En effet, le site de Fürst est le plus gros de l’entreprise et accumule depuis des années des conquêtes sociales, fruit du combat collectif des salariés et de l’équipe syndicale CGT : passage au 32 heures, embauches en CDI, réintégration de salariés licenciés ou encore primes et augmentations face à l’inflation. C’est à ça que Neuhauser et le groupe InVivo s’attaquent, à l’heure où la première grève nationale et intersyndicale de l’entreprise doit débuter.

La tentative pourrait cependant très vite se heurter à la réaction des travailleurs. « Une immense majorité des travailleurs de l’usine avec lesquels on a discuté ont signé la pétition que nous avons immédiatement lancés sur le site pour dénoncer cette attaque, ça suscite beaucoup de réactions. On ne va pas se laisser faire » explique ainsi un militant de la CGT Neuhauser. Même son de cloche du côté du reste de l’équipe syndicale, bien déterminée à ne pas laisser passer l’attaque. Comme première réponse, 100% des salariés de l’équipe de viennoiserie de nuit s’est déjà déclarée gréviste pour ce mardi matin dans le cadre d’une mobilisation pour les salaires et la fin de la procédure visant Christian Porta. Une caisse de grève lancée par les travailleurs et le syndicat doit leur permettre de tenir dans la durée.

Alors que la grève devrait se poursuivre toute la semaine, le militant syndical a lancé une procédure pour faire tomber en justice l’interdiction illégale d’accéder au site et une audience aura lieu mercredi matin, à 9h30, au Tribunal judiciaire de Sarreguemines. Surtout, un rassemblement de solidarité aura lieu ce vendredi à l’occasion du premier entretien disciplinaire de Christian Porta dans le cadre de la procédure. « J’ai commencé à recevoir énormément de soutiens, de salariés mais aussi d’organisations et de militants de la région avec lesquels nous avons menés de nombreuses batailles » note pour finir le militant CGT, alors qu’un communiqué de solidarité signé par l’UD CGT Moselle, la CGT InVivo, la CGT Neuhauser et l’UL CGT de Saint Avold a été publié dès samedi.

Il faudra être très nombreux à exprimer la même solidarité, dès vendredi 9h, devant le siège de Neuhauser, 18 avenue Folsch à Folschviller, pour refuser une offensive patronale qui cherche à écraser un syndicaliste combatif, en première ligne des grandes mobilisations des dernières années, et de la défense des travailleurs de Neuhauser contre les plans de la direction.

Communiqué de la CGT Neuhauser, de la CGT InVivo, de l’UL CGT de Saint-Avold et de l’UD CGT de Moselle :


Facebook Twitter
Répression syndicale, du jamais vu depuis l'après-guerre

Répression syndicale, du jamais vu depuis l’après-guerre

Grève illimitée à l'hôpital du Mans : « On met des rustines à chaque fois mais on est au bout »

Grève illimitée à l’hôpital du Mans : « On met des rustines à chaque fois mais on est au bout »

Grève : l'usine Bosch de Mondeville à l'arrêt contre la menace de suppression d'emplois

Grève : l’usine Bosch de Mondeville à l’arrêt contre la menace de suppression d’emplois

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l'éducation

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l’éducation

« C'est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

« C’est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?


Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l'éducation

Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l’éducation

Un dirigeant de la CGT convoqué à la gendarmerie pour un collage d'affiches sur une poubelle

Un dirigeant de la CGT convoqué à la gendarmerie pour un collage d’affiches sur une poubelle