Contrôler le temps, l’espace et les corps

Répression sanitaire : Marx et la biopolitique du capitalisme

Christa Wolfe

Répression sanitaire : Marx et la biopolitique du capitalisme

Christa Wolfe

La notion de "biopolitique", qui apparait comme un héritage central du travail de Michel Foucault, a pour fonction d’approfondir ce que Foucault lui-même désigne comme "le gouvernement des vivants". Les deux grandes thématiques foucaldiennes s’y trouvent impliquées et tramées ensemble : le thème du pouvoir médical - à travers notamment l’étude de la psychiatrie - et le thème du gouvernement - en un sens politique mais également éthique avec le "souci de soi".

La crise et l’agenda bourgeois

Avec la crise sanitaire et la centralité nouvelle du savoir médical, mais aussi avec les effets politiques produits par cette crise sanitaire, cette notion apparait utile pour parvenir à distinguer ce qui, en réalité, est souvent confondu - et, à vrai dire, délibérément confondu - dans les décisions politiques et dans les effets que celles-ci produisent à leur tour sur la société. C’est ainsi que le confinement, au départ réclamé par les services hospitaliers en surchauffe, s’est retrouvé interprété, dans la grammaire du gouvernement Macron, comme une pure opération de police, avec les violences qui l’accompagnent. C’est ainsi, encore, que sous prétexte de se soucier de la santé publique, des villes, comme Cannes, se sont équipées de caméras à reconnaissance faciale.

Mais il ne s’agit pas de pointer un effet de seuil soudainement atteint au moyen de l’épidémie, qui conduirait à la présenter comme une simple "opportunité politique" aux mains des gouvernements qui en auraient très vite identifié les potentialités en termes de surveillance de masse ou de reformulations de la vie économique et sociale, telles que le moment du "test à grande échelle" du télétravail. Il faut donc compter avec l’effet de surprise de l’épidémie, et l’adaptation au coup par coup des décisions des gouvernements, plutôt que d’aplanir les événements récents derrière la massivité d’une direction politique univoque et comme immédiatement rétablie sur ses bases. Si la bourgeoisie n’a ni perdu la tête, ni fait exactement ce qu’elle voulait - et veut encore - faire, en France du moins, les retards pris dans les décisions, leur caractère erratique, l’impréparation, démontrent que l’épidémie est venue bousculer l’agenda bourgeois.

Il reste que cet agenda demeure et que l’effort du gouvernement français depuis la rentrée consiste à adapter la crise sanitaire aux impératifs de la bourgeoisie - et on pourrait se demander pourquoi l’inverse ne serait pas possible. Quoi qu’il en soit, le gouvernement met en jeu sa capacité à imposer cet agenda par la force et ouvre ainsi une séquence où notre réponse de classe devient déterminante pour décider de l’issue de la crise sanitaire, en faisant de celle-ci une nouvelle articulation de la lutte des classes.

La logique qui consiste à forcer le réel - la crise sanitaire - à aller dans le sens des intérêts bourgeois n’est que la version sanitaire du capitalisme autoritaire qui dure depuis la crise de 2008 et dont Macron s’est fait le chantre en France. Mais le fait est que pour imposer cette "adaptation" à une population qui se sait menacée, et d’autant plus menacée que sa situation est plus précaire, il faut également resserrer les vis de l’Etat sécuritaire : c’est ici que la notion de biopolitique reprend une actualité critique. Car si, dans un premier temps, le gouvernement Macron a essayé de faire croire que la situation sanitaire exigeait des sacrifices personnels, il s’agit désormais d’autre chose avec la dernière allocution du mercredi 14 octobre : il s’agit de maintenir l’activité économique, comme une sphère de toute première nécessité, en supprimant l’en-dehors que constituent les relations sociales et les sorties. Le caractère martial, souligné par l’expression de "couvre-feu", est en train de perdre ses derniers maquillages : ce que Macron exige de nous, c’est ni plus ni moins que nous nous sacrifions collectivement aux intérêts de la bourgeoisie comme à l’ultime autel. On voit bien que pour un tel sacrifice, il faudra des moyens de police et de coercition hors-normes.

Responsabilités individuelles vs des moyens pour l’hôpital et la recherche médicale

De la même manière, alors que cela fait des années que les personnels soignants alertent sans relâche sur le manque de moyens et alors que la crise sanitaire vécue en mars dernier a rendu sensibles à une échelle de masse ces revendications, le gouvernement n’a renoncé ni à la logique de réduction des lits ni à son mépris cinglant pour les soignants - qui, en plus de la médaille, recevront 90€ de plus en septembre et encore 90€ de plus en décembre au lieu de mars (a annoncé Castex le cœur sur la main). Aucun retour en arrière, donc, sur les vingt ou trente longues années de destruction du service public de santé. Pire : depuis quelques semaines, le projet de loi de financement pour la Sécurité sociale de 2021 prévoit que le passage aux urgences devient payant.

Et pour mieux faire oublier que ceux qu’on entend aujourd’hui partout dans les médias s’émouvoir sur la détresse des personnels soignants sont, en réalité, les fossoyeurs de longue date de l’hôpital public, chacun y va de sa partition pour désigner les coupables, qui seraient du côté de la jeunesse ou des fêtards.

Mais comment considérer, en effet, l’avertissement sévère de Martin Hirsch sur France inter, le 25 août dernier lorsqu’on sait que c’est le même qui, il y a à peine un an, s’est fait le relais de la destruction de l’hôpital ?

Comment ne pas voir que dans les prétendues inquiétudes de personnages comme Hirsch, il n’y a évidemment nulle bienveillance collective, mais probablement l’instrumentalisation, pour partie, de la peur collective déclenchée par l’épidémie et pour une autre partie, la volonté de faire oublier sa propre responsabilité dans les difficultés des soignants ? C’est que Macron et toute sa bande étaient là pour se faire gestionnaires des intérêts bourgeois, certainement pas pour se soumettre aux impératifs médicaux imposés par la situation : ce rôle, tout simplement, ils ne savent pas le jouer et ça sonne faux de partout, surtout quand les premiers concernés - les soignants et l’AP-HP notamment - se souviennent très bien de ceux qui leur refusaient le minimum il n’y a pas si longtemps.

Et pour éviter que cette demande se fasse massive, collective et consciente, le gouvernement montre du doigt celles et ceux qui ne respectent pas les "gestes barrières" - essentiellement les jeunes. De fait, la jeunesse est globalement moins affectée par la maladie que les catégories plus âgées. Mais alors que pendant des années, la bourgeoisie a gentiment moqué "l’insouciance de la jeunesse" ou ses "émotions révolutionnaires" - surtout quand on espérait que "ça leur passera" - voilà qu’on ne rit plus du tout chez Hirsch, Macron, Castex, Véran et Blanquer. La liste des tristes sires, avec une mention toute spéciale à Blanquer, qui disparait quand le gouvernement durcit le ton partout sauf à l’école et qui réapparait pour nous faire savoir que "tout va bien".

Le capitalisme à l’état brut

Cette accusation a au moins ceci de pratique, à défaut d’être rationnelle : elle justifie les moyens policiers et dissimule les choix politiques de laisser gentiment mourir l’hôpital public. Dans un tel contexte, l’Etat se révèle comme une structure essentiellement répressive lorsque, comme c’est le cas désormais, il n’a plus rien à nous donner en échange de notre servitude. Ce qu’on voit, ainsi, c’est la mécanique nue d’un pouvoir qui exige le travail et menace de la matraque : le capitalisme à l’état brut.

Or, ce que montre Foucault avec la biopolitique, c’est la violence contenue de tous les pouvoirs, une violence qui s’exerce d’abord sur les corps. Dans la situation que nous connaissons actuellement, la violence n’est plus freinée par la nécessité de se justifier - de se rendre légitime - et il semble que l’architecture souterraine du capitalisme se révèle dans ce déchainement : nous serions là pour travailler sous la menace et mourir en silence. Une telle coïncidence avec son propre concept, celui qu’a élaboré Marx dans le Capital, a au moins l’avantage rendre tout à fait évidente la nature de notre régime économique, un esclavage que viennent parfois adoucir des patrons soucieux du bien-être de leurs ouvriers, ou un "Etat providence", ou encore des "dialogues sociaux".

Ainsi, si pour l’instant, la crise sanitaire a surtout radicalisé la monstruosité ordinaire du capitalisme, c’est elle qui rend également nécessaire un sursaut de notre propre radicalité : face à la machine nue, face à la menace et à la coercition sans phrase de la classe bourgeoise, il est temps de construire une réponse de l’ensemble de notre classe, celle qui s’est révélée essentielle à la continuation de la vie sociale pendant le confinement. D’être du côté de la nécessité et de l’essentiel doit être notre force et notre arme, dans la lutte que la bourgeoisie espère gagner par la répression dont elle nous menace, lorsque, comme maintenant, elle est en train de perdre l’aura idéologique de sa propre nécessité historique.

VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE ÉDITION
MOTS-CLÉS

[Couvre-feu]   /   [Jean Castex]   /   [Marxisme]   /   [Olivier Véran]   /   [Covid-19]   /   [Macronisme]   /   [Crise de la représentation ]   /   [Etat d’urgence]   /   [Répression]   /   [Débats]

COMMENTAIRES