×

Répression du 8 mars

Poursuites judiciaires pour un slogan anti-flics : Darmanin s’attaque (encore) aux droits des manifestants

Ce dimanche, Gérald Darmanin a annoncé saisir la justice contre un slogan chanté par des manifestant.e.s lors de la manifestation du 8 mars. Une nouvelle illustration de la surenchère répressive du gouvernement.

Arsène Justo

11 mars

Facebook Twitter
Audio
Poursuites judiciaires pour un slogan anti-flics : Darmanin s'attaque (encore) aux droits des manifestants

Le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin a annoncé, ce dimanche, avoir « saisi le procureur de la République de Paris » au sujet d’un slogan chanté lors de la manifestation du 8 mars et dénoncé par le média d’extrême droite Livre noir : « Le kérosène, ce n’est pas pour les avions, c’est pour brûler les flics ». Interpellé quelques heures plus tôt par Grégory Joron, secrétaire général d’Unité SGP Police, composante de FO, le ministre a réagi immédiatement et donné suite aux revendications d’Unité SGP Police, annonçant que « tout sera[it] mis en œuvre pour retrouver les responsables de cette incitation à commettre un crime ».

Le ministre tire en effet prétexte de ce slogan, repris dans le cadre festif et collectif de la manifestation pour les droits des femmes, pour réprimer les femmes en lutte et limiter les possibilités d’expression contestataires contre le gouvernement ou la police, responsable de plusieurs dizaines de morts. Ce slogan n’est, en outre, pas nouveau. Né au sein du mouvement écologiste, il y a plusieurs années, il fait notamment référence au meurtre policier du botaniste et militant écologiste Rémi Fraisse.

Cette nouvelle offensive judiciaire contre les manifestants témoigne de l’intensification de la répression. À l’approche des JO et alors que le gouvernement prépare de nouvelles attaques anti-sociales, le gouvernement ne cesse, d’autre part, de donner des gages à ses forces de répression. Cette fois, Darmanin entend instituer un délit d’opinion qui permettrait de censurer jusqu’aux slogans de manifestation. L’objectif est clair : intimider les manifestants et harceler les organisations militantes.

Le gouvernement n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai. Jocelyne Chassard, une Gilet jaune, avait ainsi été condamnée à trois mois de prison avec sursis pour un slogan contre Macron en 2022. Autres exemples : en 2019, six militants écologistes avaient été condamnés, d’une manière tout aussi absurde, pour avoir décroché des portraits de Macron ; en 2023, c’étaient au tour de manifestants ayant brûlé des mannequins ou encore traité Macron d’ « ordure » d’être poursuivis. La liste est loin d’être exhaustive.

Incapable de susciter un consensus large, le gouvernement donne des gages aux syndicats de police et saisit chaque occasion pour harceler les organisations militantes et intimider les manifestants. Darmanin aimerait que nos slogans de manifestation soient apolitiques, lisses et inoffensifs, qu’ils ne puissent plus refléter notre colère. Au risque de lui déplaire, nous continuerons à manifester et … à chanter des slogans.


Facebook Twitter
Génocide à Gaza : des dizaines de milliers de personnes déferlent dans les rues de Paris

Génocide à Gaza : des dizaines de milliers de personnes déferlent dans les rues de Paris

Lidl : comment l'entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Lidl : comment l’entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Menace de fermer l'usine : InVivo durcit l'offensive, faisons front avec Christian Porta et les Neuhauser !

Menace de fermer l’usine : InVivo durcit l’offensive, faisons front avec Christian Porta et les Neuhauser !

« Sciences Po a le droit d'évacuer » : Glucksmann soutient la répression des étudiant·es pro-Palestine

« Sciences Po a le droit d’évacuer » : Glucksmann soutient la répression des étudiant·es pro-Palestine

Anasse Kazib poursuivi par l'État : tous devant le tribunal judiciaire de Paris ce jeudi à 12h !

Anasse Kazib poursuivi par l’État : tous devant le tribunal judiciaire de Paris ce jeudi à 12h !

Crise de la dette : le FMI appelle la France à toujours plus d'austérité

Crise de la dette : le FMI appelle la France à toujours plus d’austérité

Interpellation massive : plus de 100 militants écolos en GAV après une action contre Total

Interpellation massive : plus de 100 militants écolos en GAV après une action contre Total


Kanaky : Macron temporise mais maintient le cap répressif et colonial

Kanaky : Macron temporise mais maintient le cap répressif et colonial