^

Genres et sexualités

Solidarité internationale

Mobilisations féministes à l’international pour soutenir le droit à l’avortement aux Etats-Unis

Dans le monde entier, des manifestations féministes ont eu lieu ce week-end en solidarité avec les mobilisations aux États-Unis suite à la révocation de l’arrêt de la Cour suprême Roe v. Wade et les attaques de la droite contre l’autonomie corporelle des femmes.

vendredi 1er juillet

Crédit photo : Left Voice

Au lendemain de la décision de la Cour suprême des États-Unis de révoquer l’arrêt Roe v. Wade et ce faisant le droit constitutionnel à l’avortement, des féministes dans le monde entier ont exprimé leur solidarité avec les centaines de millions de personnes qui viennent de subir une des plus graves attaques institutionnelles contre leur autonomie corporelle depuis des décennies.

Le 27 juin, des dizaines de manifestant·e·s se sont réunis devant l’ambassade des États-Unis à Buenos Aires (Argentine) pour protester contre cette décision réactionnaire de la Cour suprême, à l’appel de la Campaña Nacional por el Derecho al Aborto (Campagne nationale pour le droit à l’avortement) et d’organisations féministes. Les mêmes groupes ayant mené la Marea verde (la Vague verte) qui a obtenu le droit à l’avortement en Argentine en 2020 revendiquent maintenant une solidarité avec la lutte des femmes étatsuniennes pour leurs droits reproductifs.

Sous les chants de « avortement légalisé, dans le monde entier » et de « mon corps, mon choix », les manifestant·e·s arboréaient des foulards verts, qui sont devenu le symbole international pour le combat pour le droit à l’avortement. Faisant face à la police qui monte constamment la garde devant l’ambassade, une représentante de la Campaña Nacional a lu une déclaration indiquant que le mouvement était en état d’alerte et prêt à se mobiliser, et a exprimé sa solidarité avec les manifestant·e·s qui sont descendus dans les rues dans de nombreuses villes des États-Unis.

Des figures du mouvement féministe argentin, dont Martha Rosenberg, Nina Brugo, Elsa Schwartzman et Nelly Minyersk ont rejoint les rangs des manifestant·e·s ; Pan y Rosas — l’organisation sœur du groupe Du Pain et des Roses en France — a répondu à l’appel des camarades aux États-Unis, montrant le type de mouvement et de solidarité internationale nécessaire pour conquérir le droit à un avortement sur demande, libre, sûr et légal.

À Malte, dernier pays d’Europe à interdire l’avortement en toute circonstance, des militant·e·s et des médecins se sont réunis à La Valette pour dénoncer la révocation de Roe v. Wade, mais également pour exiger le droit à l’avortement, alors qu’il y a quelques jours encore une touriste américaine s’y est vue refuser un avortement pour une grossesse non viable, mettant sa vie en danger.

En Irlande, où l’avortement n’est légal que depuis 2018, les militant·e·s qui se sont réuni·e·s devant l’ambassade des États-Unis à Dublin ont évoqué l’expérience irlandaise et la nécessité d’un grassroots movement (un mouvement qui part du bas) et l’impossibilité de se fier aux cours de justice pour pour obtenir des droits.

Des rassemblements ont également eu lieu au Mexique, où la Cour suprême, à rebours des États-Unis, à décriminalisé l’avortement ; la légalité effective de l’avortement y reste néanmoins comme aux États-Unis du ressort des États, et seuls 9 d’entre eux l’ont légalisé.

Alors que le Parti démocrate états-unien assurait pendant des années que leur élection à la tête du pays ainsi que la constitutionnalisation du droit à l’avortement permettraient de le garantir, les mobilisations à l’international suite à l’abrogation de la jurisprudence Roe v. Wade sont une première réponse de taille à ces illusions.



Mots-clés

Mouvement féministe   /    Avortement   /    Féminisme    /    IVG   /    Du Pain et des Roses   /    Etats-Unis   /    Genres et sexualités