^

Racisme et violences d’Etat

Islamophobie

La Belgique refuse d’extrader Iquioussen : un revers pour Darmanin et son offensive islamophobe

Vendredi dernier, le tribunal belge a refusé que l’imam marocain Hassan Iquioussen soit extradé vers la France. Une décision qui sonne comme un revers pour Darmanin, qui comptait sur la Belgique pour mener à bout son offensive islamophobe.

jeudi 27 octobre 2022

Crédit photo : AFP

Vendredi 21 octobre, le parquet belge a refusé de mettre à exécution le mandat d’arrêt européen pour « soustraction à l’exécution d’une décision d’éloignement » à l’encontre de l’imam marocain Iquioussen qui avait fui la France à la suite d’une décision d’expulsion le concernant. Ce rebondissement dans l’affaire met Darmanin et l’État français dans l’embarras car il signe un revers dans l’offensive islamophobe menée à l’encontre de l’Imam. Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a tenté de garder la face dimanche en affirmant « L’imam Iquioussen est aujourd’hui en prison en Belgique, donc par principe pas dans une mosquée en France en train de réaliser des prêches dangereux ».
Dans le même temps, la défense d’Hassan Iquioussen a porté plainte pour diffamation contre Gérald Darmanin, fer de lance de l’offensive islamophobe en cours contre l’Imam depuis cet été. Le ministre de l’Intérieur l’avait en effet qualifié de « délinquant, fuyard et séparatiste » alors même qu’il n’a jamais été condamné.

Le ministre de l’intérieur voulait faire de la traque d’Iquioussen un symbole de l’intransigeance de l’Etat français pour mener sa lutte islamophobe contre « le séparatisme ». En effet, le 28 juillet dernier, Gérald Darmanin lançait sa nouvelle offensive réactionnaire en notifiant la décision d’expulsion de l’Imam Hassan Iquioussen au motif de propos antisémites et sexistes tenus par ce dernier il y a plusieurs années. Ce sont d’ailleurs ces mêmes propos qui ont été retenu par le Conseil d’Etat le mardi 30 août pour justifier la validation de cette décision du ministre de l’Intérieur, légitimant ainsi l’instrumentalisation de la lutte féministe par le gouvernement français à des fins racistes et autoritaires. Cette décision est venue renforcer les trop nombreuses mesures d’exception qui visent les musulmans en créant un précédent d’expulsion sous prétexte de simples propos. En effet, si les propos d’Iquioussen sont bien mysogynes et réactionnaires, sa condamnation relève bien d’une mesure d’exception islamophobe.

Alors qu’il tente de multiplier les offensives islamophobes depuis la rentrée notamment sur le terrain de l’école ce refus de la Belgique d’extrader l’imam Iquioussen apparaît pour le gouvernement comme un contre-temps dans sa chasse aux musulmans. Néanmoins, pour le faire véritablement reculer sur toutes ses offensives islamophobes, loin de compter sur la justice d’un autre État capitaliste, il faut faire front en continuant de dénoncer l’expulsion de Hassan Iquioussen et en revendiquant la fin de l’ensemble des mesures d’exception visant notamment les musulmans.



Mots-clés

Racisme d’État   /    Gérald Darmanin   /    Islamophobie   /    Racisme et violences d’Etat   /    Répression