^

Notre classe

Racisme d'Etat

Incendie criminel d’une mosquée, menaces de mort islamophobes... Le gouvernement est responsable !

Tags islamophobes sur un lieu de culte à Rennes, incendie criminel contre une mosquée à Nantes, menaces de mort contre la journaliste Nadiya Lazzouni. Les attaques islamophobes s'enchaînent dans un climat de haine installé par le gouvernement et attisé par la droite et l'extrême-droite.

dimanche 11 avril

« Non à l’islamisation », « Mahomet prophète pédophile », « les croisades reprendront », « Charles Martel sauve nous », « France éternelle », « catholicisme religion d’Etat ». Voici quelques unes des inscriptions découvertes ce dimanche matin sur les murs du centre culturel Avicenne de Rennes et révélées par l’AFP.

Des tags racistes mobilisant des références d’extrême-droite claires qui viennent s’ajouter aux autres actes islamophobes recensés cette semaine. En effet, dans la nuit de jeudi à vendredi à Nantes, c’est une mosquée qui brûlait suite à un acte apparemment criminel. Les auteurs de l’acte auraient déplacés des poubelles devant la porte en bois du site avant d’y mettre feu.

Jeudi, c’est la journaliste Nadiya Lazzouni, à laquelle nous apportons tout notre soutien, qui rendait public les menaces de mort dont elle a fait l’objet. Dans la lettre anonyme révélée sur les réseaux sociaux, celle-ci est insultée d’« islamiste » et menacée entre autres d’expulsion « au bulldozer » et de « balles dans la nuque ».

Et si cette haine s’est exprimée de façon violente à travers des menaces de mort, des tags et un incendie criminel, elle s’est également affichée sans détours dans l’enceinte du Sénat qui a continué sa surenchère raciste. Après l’interdiction du voile pour les mères accompagnatrices ou les mineures dans l’espace public, après la menace de dissolution contre les associations organisant des réunions non-mixtes, le Sénat a notamment voté la possibilité de dissoudre les organisations étudiantes jugées avoir enfreint la « laïcité » ou porté atteinte à la « souveraineté nationale ». Dans le même temps, Philippe De Villiers dissertait tranquillement sur différents plateaux télé en fustigeant une « colonisation » de la France par les « islamistes ».

Si Darmanin et Schiappa se sont émus des différentes affaires évoquées plus haut - Gérald Darmanin annonçant aujourd’hui sa venue à Rennes suite aux tags - force est de constater que c’est le projet de loi séparatisme du gouvernement et le climat islamophobe qu’il a activement installé ces derniers mois qui a attisé la haine que font semblant de déplorer les ministres. Une haine dont ils sont les promoteurs en haut-lieu, et sur laquelle la droite se contente de surenchérir, tandis que l’extrême-droite, elle, passe à l’action.

Face à cette vague d’actes islamophobes, il y a urgence à rompre avec la passivité qui a caractérisé la gauche politique et syndicale ces derniers mois. Le silence coupable face à la dissolution d’organisations telles que le CCIF fait en effet le lit de l’intensification de ces attaques, de même que la timidité de l’opposition à la loi séparatisme, sans parler du soutien de certaines organisations à ses mesures réactionnaires. L’offensive islamophobe est non seulement une attaque raciste mais une attaque contre les droits démocratiques, elle doit susciter une réponse d’ampleur de l’ensemble de la gauche politique et syndicale, dans laquelle le mouvement ouvrier devrait jouer un rôle central en mettant sa force au service du combat des organisations anti-racistes.




Mots-clés

Racisme d’État   /    Anti-racisme   /    Macronisme   /    mouvement ouvrier   /    Islamophobie   /    Racisme   /    Notre classe