×

Police partout

500 interpellations, 15 000 policiers et le RAID : Darmanin lance son opération anti-quartiers

Le gouvernement a lancé en grandes pompes l’opération « Place nette XXL ». Sous couvert de lutte contre le trafic de drogues, cette vaste campagne policière vise à accentuer la criminalisation et la répression des quartiers populaires à quatre mois des JO.

Arno Gutri

26 mars

Facebook Twitter
Audio
500 interpellations, 15 000 policiers et le RAID : Darmanin lance son opération anti-quartiers

Lundi soir, Gérald Darmanin a annoncé les premiers résultats de l’opération « Place Nette » commencée la semaine dernière à Marseille. Vingt ans après « le nettoyage des banlieues au Kärcher » lancé par Sarkozy quelques mois avant les révoltes de 2005, Darmanin affiche sa volonté d’intensifier la répression des quartiers populaires à quatre mois des JO. Depuis le 19 mars, ce sont près de 500 personnes qui ont été interpellés dont Marseille, Lille, Dijon, Lyon ou dans plusieurs villes d’Île-de-France. Une intensification des contrôles et de la répression dont Darmanin s’est félicité sur X :

Pour l’opération « Place Nette », l’Etat déploie d’intenses moyens pendant plusieurs jours pour quadriller les quartiers visés avec une coopération entre les policiers, les gendarmes, les douaniers, les magistrats et même les services sociaux. « « Avec ‘Place nette’, on conjugue l’action judiciaire initiale avec tous les services de l’Etat, comme l’Urssaf pour les fraudes sociales, les finances publiques pour contrôler les infractions fiscales ou à la réglementation du travail... On balaie une zone tous azimuts pendant trois ou quatre jours pour rechercher toutes les infractions », explique le préfet du Val d’Oise. Des déclarations qui montrent que, au delà de la communication « anti-drogue » pour vendre une pseudo lutte contre les trafics, l’enjeu est surtout de déployer une opération anti-pauvres, pour s’attaquer par différents moyens aux habitants des quartiers populaires.

Au lancement de l’opération, la semaine dernière à la cité de la Castellane à Marseille, 900 policiers, gendarmes et douaniers avaient été mobilisés. En déplacement à Roubaix-], lundi 25 mars, Darmanin a annoncé le déploiement de 15 000 policiers, gendarmes et douaniers cette semaine. Le RAID, le GIGN et la CRS8, l’unité mobile utilisée pour l’opération Wambushu à Mayotte et pour réprimer les révoltes des quartiers populaires, font partie des effectifs déployés. Jusqu’à présent, les opérations ont touché Marseille, les agglomérations lilloise et lyonnaise, Dijon, Sevran (Seine-Saint-Denis) et Colombes (Hauts-de-Seine) et devraient s’intensifier notamment dans la région parisienne. En effet, Darmanin voudrait atteindre 850 interpellations dans les semaines qui arrivent. Une opération qui ressemble donc plutôt à une véritable chasse à l’homme dans les quartiers populaires où les arrestations arbitraires sont fréquentes.

En parallèle des 487 interpellations déjà effectuées, 7 établissements ont fait l’objet de fermetures administratives, notamment des commerces, 4 personnes ont été placées en centre de rétention administrative et 7 OQTF ont été délivrées. Interrogé sur le passage du plan Vigipirate au niveau « Urgence attentat » après l’attentat de Moscou, qui va voir le renforcement policier sur le territoire, Darmanin n’a pas hésité à faire un parallèle avec « l’argent sale du trafic de stupéfiants » qui « finance souvent le terrorisme », évoquant une « menace endogène ». Une façon de justifier les opérations « Place nette » en désignant une lutte contre un ennemi intérieur.

Ces opérations servent ainsi à renforcer le déploiement policier dans les quartiers populaires, pour donner prises aux discours les plus réactionnaires, et ouvrent aussi la voie à de nouveaux dispositifs répressifs. Un policier qui a participé à l’opération « Place nette » à Villeurbanne explique par exemple que « pour vraiment essorer les trafiquants, il faudrait maintenir une présence policière sur les points de deal en permanence pendant quatre ou cinq mois ». Même son de cloche du côté d’un porte-parole du syndicat Alliance : « La difficulté, c’est quand la police va partir. Mais on ne peut pas rester à six compagnies de CRS en continu... ». Les syndicats policiers les plus réactionnaires, à l’image d’Alliance qui défendait l’impunité totale pour les policiers après les émeutes veulent donc utiliser la focalisation médiatique autour de ces opérations pour renforcer la présence policière dans les quartiers populaires, quand bien même les budgets de l’armée et de la police sont bien les seuls qui augmentent dans ces temps d’austérité.

Quelques mois après la répression de la jeunesse des quartiers populaires suite à la mort de Nahel et alors que la police a récemment tué le jeune Wanys, l’État par ces opérations « Place nette » veut donner le champ libre aux policiers pour renforcer les contrôles, humiliations des jeunes de quartiers et arrestations abusives habituelles. Dans ces conditions, il est regrettable que les députés de la France insoumise Ugo Bernalicis et David Guiraud choisissent de critiquer l’opération « Place nette »... pour son manque d’efficacité et de moyens. « On a des effectifs de police qui sont en souffrance (...) Moi je vois l’opération, mais je me dis dans la durée ça va apporter quoi ? », a notamment déclaré David Guiraud, député de la 8ème circonscription du Nord, en marge du déplacement de Darmanin à Roubaix.

Pourtant, ces opérations obéissent à la la politique plus générale du gouvernement en vue des Jeux Olympiques, qui veut en faire un prétexte pour « nettoyer » Paris, en expulsant massivement des camps de migrants, les sans-abris et en gentrifiant les quartiers populaires. Il est donc urgent de rompre avec les discours qui demandent plus de moyens pour la police, est au contraire dénoncer les attaques que subit la jeunesse des quartiers populaires, pour construire un front large contre les politiques racistes et sécuritaires du gouvernement, dont « Place Nette » est une incarnation.


Facebook Twitter
Islamophobie : Darmanin veut expulser le président de la mosquée de Pessac pour son soutien à la Palestine

Islamophobie : Darmanin veut expulser le président de la mosquée de Pessac pour son soutien à la Palestine

Interdiction de Tik Tok : le gouvernement peine à défendre sa répression coloniale devant le Conseil d'Etat

Interdiction de Tik Tok : le gouvernement peine à défendre sa répression coloniale devant le Conseil d’Etat

Survie : « La lutte anticoloniale du peuple kanak est une lutte pour redevenir maître de leur propre destin »

Survie : « La lutte anticoloniale du peuple kanak est une lutte pour redevenir maître de leur propre destin »


Circulaire Moretti : l'Etat se prépare à condamner massivement les Kanak

Circulaire Moretti : l’Etat se prépare à condamner massivement les Kanak

5 mai 1988 : quand l'armée française massacrait les indépendantistes dans la grotte d'Ouvéa

5 mai 1988 : quand l’armée française massacrait les indépendantistes dans la grotte d’Ouvéa


Toulouse. Le 18 mai, une journée solidaire pour exiger un logement pour tous !

Toulouse. Le 18 mai, une journée solidaire pour exiger un logement pour tous !

Kanaky : Des milices mènent des chasses à l'homme contre les Kanak

Kanaky : Des milices mènent des chasses à l’homme contre les Kanak

Impunité. Non-lieu en appel pour les gendarmes impliqués dans la mort d'Adama Traore

Impunité. Non-lieu en appel pour les gendarmes impliqués dans la mort d’Adama Traore