×

police partout

Vidéosurveillance, 30.000 policiers… la macronie poursuit son saut répressif avec la Loi JO 2024

La loi JO 2024 a été adoptée mercredi par les deux chambres, permettant ainsi un nouveau renforcement sécuritaire. Alors que la répression de la mobilisation contre la réforme des retraites continue, le gouvernement se dote de nouveaux outils répressifs comme la vidéo-surveillance algorithmique.

Facebook Twitter

Ce mercredi, le Sénat a validé en deuxième lecture le texte préparé par le gouvernement en vue des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024. Ce dernier comporte un volet « sécurité » particulièrement chargé, permettant notamment la mise en place de la vidéosurveillance algorithmique (VSA) via son article 7.

La loi des JO va en effet permettre au gouvernement de déployer un arsenal répressif nouveau tout en renforçant l’appareil policier. Le volet « sécurité » va permettre à l’État de mettre en place en « expérimentation » la VSA jusqu’en mars 2025. Comme on peut lire dans un article de la quadrature du net, « la vidéosurveillance automatisée (VSA) est un outil de surveillance biométrique qui, à travers des algorithmes couplés aux caméras de surveillance, détecte, analyse et classe nos corps et comportements dans l’espace public pour alerter les services de police et faciliter le suivi des personnes. Après le déploiement ininterrompu des caméras de vidéosurveillance (dont le nombre exact n’est toujours pas connu), il s’agit d’une nouvelle étape dans la surveillance du territoire ».

Ce nouveau système de vidéosurveillance va donc renforcer considérablement la surveillance et la répression policière, notamment dans les quartiers populaires où la majorité des caméras seront mise en place. De la même manière, la loi va donner carte blanche au préfet Nunez qui va voir ses compétences élargies. Dans le même temps, plus de 30.000 policiers et gendarmes seront déployés chaque jour dans l’Hexagone.

Les militaires ont eux aussi prévu de se rajouter au système de sécurité prévu pour les JO, comme l’affirme Thierry Burkhard, chef d’état-major des armées, annonçant le déploiement possible de 10 000 militaires.

Ils viendraient grossir l’imposant dispositif répressif formé par les 30 000 policiers et gendarmes et les 22 000 agents de sécurité privée prévus, ou boucher les trous au cas où les sociétés de sécurités privées n’arriveraient pas à se mettre au niveau de la surenchère répressive de l’État français. Dans tous les cas, ce dispositif massif entraînera une militarisation encore accrue du 93, où la majorité des épreuves prennent place, et une répression inouïe des quartiers populaires. Les mesures mises en place par l’État français ne sont pas un cas isolé. Les JO ont toujours été un moyen pour les gouvernements capitalistes de mettre en place un renforcement sécuritaire comme ce fut le cas à Tokyo avec la mise en place de reconnaissance faciale ou encore les opérations militaires dans les favelas au Brésil.

Ce volet « sécurité » voté mercredi s’inscrit de plus dans la continuité de la politique mise en place par Darmanin depuis le début de l’année. La loi LOPMI passée en novembre dernier et le « plan anti-délinquance » mise en place pour « nettoyer la délinquance » dans les quartiers populaires pour reprendre les termes du premier flic de France avaient déjà marqué un premier saut répressif dans lequel le volet sécurité de la loi JO s’insère.

Alors que Darmanin est en train de lancer une offensive autoritaire que ce soit avec l’accélération de la répression contre la mobilisation actuelle contre la réforme des retraites et qu’il dissout nos organisations, la loi des JO vient renforcer l’appareil sécuritaire de l’exécutif. Face à ces nouvelles mesures sécuritaires il y a urgence à ce que les organisations du mouvement ouvrier, de la jeunesse et des mouvements écologiste, antiraciste et féministe fassent front face à la politique répressive et sécuritaire du gouvernement.

Canal Telegram : @revolution_permanente

Facebook Twitter
Des AED condamnés à de la prison avec sursis pour avoir dénoncé la répression syndicale et le racisme

Des AED condamnés à de la prison avec sursis pour avoir dénoncé la répression syndicale et le racisme

La manifestation antiraciste du 21 avril autorisée : tous dans la rue ce dimanche à Paris !

La manifestation antiraciste du 21 avril autorisée : tous dans la rue ce dimanche à Paris !

Marche antiraciste du 21 avril interdite à Paris. Face à la répression, faisons front !

Marche antiraciste du 21 avril interdite à Paris. Face à la répression, faisons front !

Répression coloniale. A Pointe-à-Pitre, Darmanin instaure un couvre-feu pour les mineurs

Répression coloniale. A Pointe-à-Pitre, Darmanin instaure un couvre-feu pour les mineurs

Peines contre les parents, internats : Attal s'en prend encore aux jeunes de quartiers populaires

Peines contre les parents, internats : Attal s’en prend encore aux jeunes de quartiers populaires

« Place Nette » à Mayotte : le gouvernement relance l'opération Wuambushu pour des expulsions de masse

« Place Nette » à Mayotte : le gouvernement relance l’opération Wuambushu pour des expulsions de masse

Solidarité avec les sans-papiers et les mineurs isolés : tous dans la rue ce vendredi 12 avril !

Solidarité avec les sans-papiers et les mineurs isolés : tous dans la rue ce vendredi 12 avril !

JO : À la Maison des Métallos, la lutte des mineurs en recours s'organise contre les expulsions

JO : À la Maison des Métallos, la lutte des mineurs en recours s’organise contre les expulsions