×

Solidarité !

« Les précaires peuvent se battre » : rassemblement en soutien aux grévistes d’ONET à Montpellier

Ce vendredi 22 septembre, un rassemblement en soutien aux grévistes d'ONET était appelé par un large front d'organisations politiques et syndicales. Près de 100 personnes étaient présentes, signe du large soutien aux salariés qui continuent leur grève ce lundi 25 septembre.

Lucas Darin

25 septembre 2023

Facebook Twitter
« Les précaires peuvent se battre » : rassemblement en soutien aux grévistes d'ONET à Montpellier

Crédit photo : Révolution Permanente

Les travailleurs du nettoyage d’ONET, sous-traitant pour le CHU de Montpellier sont mobilisés depuis le 13 septembre contre le flicage de leur employeur, pour les conditions de travail et l’obtention d’un 13ème mois. Une grève qui s’est durcie après le 15 septembre avec des grévistes déterminés à faire plier une direction qui reste sourde à leurs revendications.

Vendredi 22 septembre avait lieu un rassemblement de soutien appelé par un grand nombre d’organisations politiques et syndicales de la ville : Révolution Permanente, Le Poing Levé, NPA, MUPES, le SCUM, Sud Santé sociaux, le Parti de Gauche, Sud Chimie, La Gauche écosocialiste, Du Pain et des Roses, Solidaires étudiant-e-s, EELV Montpellier. Des élus ont aussi appelé au rassemblement à l’instar de Nathalie Oziol (LFI), Sylvain Carrière (LFI), René Revol (LFI) et Julia Mignacca (EELV). Ainsi près d’une centaine de personnes étaient présente dès 7 h 30 du matin sur le piquet de grève pour soutenir les grévistes.

Ce rassemblement était à la fois un fort message de soutien et de solidarité envers les grévistes, mais aussi un message adressé à la direction d’ONET, pour montrer que le mouvement est loin d’être isolé. « Cette grève montre que les précaires peuvent se battre » affirme une militante du Poing Levé durant le rassemblement.

Un moment important qui a aussi permis aussi d’apporter un soutien matériel à la grève, avec notamment un don de 270 euros du syndicat SUD Chimie Sanofi, lui-même engagé dans une grève reconductible de plusieurs semaines l’hiver dernier. Un soutien qui vient s’ajouter au don important de 500 euros fait la veille par la CGT du CHU de Montpellier.

Au-delà même du rassemblement unitaire de vendredi matin, le soutien aux grévistes s’exprime très clairement dans la caisse de grève lancée lundi dernier qui comptabilise actuellement près de 60 donateurs. En plus des dons effectués en ligne, et des dons généreux des syndicats CGT CHU et Sud Chimie Sanofi, une caisse de grève militée dans la manifestation du samedi 23 septembre a permis de récolter près de 600 euros.

Face à une direction qui ne cède rien, la grève reconduite ce lundi

Alors que la grève continue, et que les salariés grévistes ont à nouveau tenu un piquet de grève au CHU ce matin, tous ces éléments montrent à quel point leur combat trouve de l’écho, une solidarité qui est un élément essentiel pour tenir dans le rapport de force contre l’entreprise. En plus de l’aspect financier, le fait de médiatiser et populariser la grève augmenterait la pression sur ONET mais aussi sur le CHU, qui se rend complice de l’entreprise en faisant appel à ses services et en gardant bien le silence aujourd’hui alors que des travailleurs essentiels de l’hôpital se battent pour leur dignité.

Ainsi, la semaine écoulée témoigne de la détermination sans faille des grévistes qui continuent d’être mobilisés ce lundi 25 septembre. Face au mépris de la direction d’ONET, qui joue la carte de l’épuisement en ne cédant sur aucune des revendications, les salariés rentrent dans leur neuvième journée de grève. Pourtant, derrière cette solidité de façade, le rapport de force semble plutôt évoluer en faveur des grévistes.

En effet, du côté de l’entreprise, plus la lutte dure et plus la situation empire. La grève met ONET en difficulté par rapport au CHU avec lequel elle est en contrat, et ne peut pas prendre le risque de perdre ce marché qui représente la majeure partie de son activité locale. Une donnée dont la direction est bien consciente, comme en témoignent les tentatives de coups de pression mis aux grévistes, en faisant venir la direction régionale du groupe ou encore en passant sur le piquet de grève mercredi et jeudi pour tenter de démoraliser les salariés mobilisés.

Du côté des salariés, au contraire, non seulement la mobilisation ne faiblit pas, mais elle paraît même se renforcer. Face à une direction qui espère la démoralisation des grévistes, ces derniers ont tout intérêt à s’appuyer sur le soutien qui s’exprime actuellement pour créer un front large et augmenter le rapport de force.


Facebook Twitter
5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

Toulouse. Marche blanche en mémoire d'Adrien, employé de l'ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

Toulouse. Marche blanche en mémoire d’Adrien, employé de l’ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

Chambéry. Les parents d'élèves rejoignent la mobilisation en soutien à une enseignante

Chambéry. Les parents d’élèves rejoignent la mobilisation en soutien à une enseignante 

SNCF. Une victime de VSS et le syndicaliste qui la défend convoqués en conseil de discipline

SNCF. Une victime de VSS et le syndicaliste qui la défend convoqués en conseil de discipline

Toulouse. Les travailleurs d'Airbus Defense & Space en grève pour les salaires

Toulouse. Les travailleurs d’Airbus Defense & Space en grève pour les salaires