^

Genres et Sexualités

Du Pain et des Roses

Faisons-nous face à une nouvelle vague féministe  ? Par Andrea d’Atri

Nous publions ci-dessous un texte d’Andrea d’Atri écrit à l’occasion de la parution en français de son ouvrage « Du Pain et des Roses : appartenance de genre et antagonisme de classe sous le capitalisme ». A la lueur des mobilisations de femmes ayant eu lieu ces dernières années à l’échelle internationale, l’auteure interroge la signification politique de cette résurgence du féminisme, et ses conséquences potentielles pour le mouvement ouvrier dans son ensemble.

Illustration : Camila Rivero

Faisons-nous face à une nouvelle vague féministe  ? En fonction du système utilisé pour classifier le féminisme, on parle de la troisième ou de la quatrième vague [1]. Au-delà des divergences académiques sur ce point, personne ne nie aujourd’hui le fait que nous vivons une résurgence du féminisme qui, avec ses manifestations diverses, traverse le monde occidental. Des mobilisations #NiUnaMenos en Argentine contre la violence patriarcale jusqu’à la campagne massive #MeToo aux États-Unis, qui a débordé les réseaux sociaux et frappé l’industrie cinématographique  ; des grèves des femmes en Islande et en France contre l’écart salarial ou pour s’opposer aux restrictions d’accès à l’avortement légal en Pologne, jusqu’aux milliers de femmes mobilisées dans l’État espagnol pour dénoncer la justice patriarcale  ; les femmes ont également été les protagonistes d’énormes mobilisations contre Trump alors qu’il était à peine élu président des États-Unis. Récemment, de jeunes femmes latines, indigènes et musulmanes ont obtenu un vote record à la Chambre des représentants lors des élections américaines de mi-mandat. Au Brésil, les femmes ont défilé par milliers, sous le slogan #EleNão avant que le candidat de droite Jair Bolsonaro ne remporte l’élection présidentielle. Elles ont mené une lutte massive pour le droit à l’avortement en Argentine, brandissant des foulards verts comme symbole universel de cette revendication.

Cette nouvelle vague du féminisme a baissé le seuil de «  tolérance aux actes machistes  » dans la vie actuelle, depuis les dénonciations publiques du harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux jusqu’aux débats sur le langage inclusif. Les magazines montrent l’intégration des femmes dans des emplois qui, jusqu’à aujourd’hui, étaient à prédominance masculine. Les parlements débattent des lois sur la parité ou l’augmentation des quotas de femmes à un moment où, pour la première fois, plusieurs femmes président simultanément des pays, commandent de puissantes forces armées, sont à la tête de grandes entreprises et d’institutions financières internationales. Dans les librairies, l’explosion des ventes intronise les féministes anticapitalistes issues du milieu universitaire, ainsi que les post-féministes qui élaborent des théories queers à partir de leurs propres expériences individuelles. Le cinéma, la télévision et les nouvelles plates-formes de divertissement foisonnent de films, de programmes et de séries mettant en vedette des personnages féminins forts, audacieux, rebelles et autonomes.

Cette nouvelle vague féministe marque une avancée dans la redéfinition de la réalité, renversant certains codes culturels prédominants et, dans une certaine mesure, tente d’imposer un programme politique réformiste se limitant aux revendications égalitaristes.

Dans ce qui semble être une ascension à contre-courant, cette vague émerge avec un élan particulier à mesure que la crise du système démocratique bourgeois s’approfondit, principalement au cœur de l’impérialisme américain, suite à la récession de 2008 et à la fin du consensus néolibéral. Alors que les classes dirigeantes entendent résoudre cette crise par des gouvernements bonapartistes, tels que Trump ou Bolsonaro, les guerres commerciales et les conflits entre puissances sont à nouveau à l’ordre du jour. Cependant, non seulement la droite qui progresse est hétérogène dans les différents pays, mais nous assistons également à un phénomène visible d’effondrement du centre politique et des partis traditionnels, au milieu d’une tendance à la polarisation politique et sociale.

Dans ce contexte international, quelle est la signification politique des mobilisations massives des femmes et de la résurgence du féminisme  ? Les femmes anticipent-elles l’ouverture d’un nouveau cycle de radicalisation de masse et de lutte des classes  ?

Depuis la fin du XIXe siècle, la concentration et la centralisation de capitaux progressent et la domination des monopoles augmente. Tandis que les anciennes puissances se partagent le monde, d’autres commencent à émerger, imposant un nouveau partage du pouvoir colonial. Les contradictions deviennent plus aiguës et engendrent des tendances à la guerre  ; mais le carnage impérialiste est aussi accoucheur d’énormes processus révolutionnaires.

La dirigeante socialiste allemande Clara Zetkin prévenait que les femmes occuperaient une place prééminente dans ces luttes qu’annonce la guerre. Rassemblements, sabotages dans les usines, magasins d’alimentation pris d’assaut… Autant d’actes dont les femmes sont les protagonistes tandis que leurs enfants, leurs parents et leurs maris se battent et meurent sur le champ de bataille. Dans ce cadre, l’intégration des femmes à la sphère du travail productif – même dans des espaces jusqu’alors exclusivement masculins – contraste brutalement avec l’absence de droits politiques.

L’égalité relative avec les hommes, sur le marché du travail, diffère grandement de l’inégalité subie devant la loi. La revendication du droit de vote des femmes est emblématique de cette situation, avec la révolution socialiste en Russie comme toile de fond – où les travailleuses ont été l’étincelle qui a allumé la flamme – mais elle s’est aussi soldée par l’intégration des secteurs les plus importants des suffragettes britanniques à la défense de la nation et par une rupture avec la dimension internationale du mouvement des femmes [2].

À la fin des années 1960 et au début des années 1970 a émergé la deuxième vague féministe, remettant en question le mythe érigé par le capitalisme patriarcal autour de la séparation entre la sphère publique et le domaine privé et accompagnant une longue décennie de radicalisation de masse, au cours de laquelle sont apparus les «  nouveaux mouvements sociaux  », tels que la jeunesse étudiante, le mouvement pour la libération sexuelle et les mouvements du «  black power  ». Avec la guerre du Vietnam et le sentiment anti-impérialiste et anti-guerre généralisé qui a imprégné toute une génération, l’impérialisme américain a vu sa domination hégémonique remise en question. Son enlisement et sa défaite dans les confins de l’Asie du Sud-Est ont encouragé les luttes des peuples coloniaux pour leur libération mais aussi les luttes de la classe ouvrière et du mouvement étudiant dans l’hémisphère occidental. Entre-temps, les soulèvements populaires contre l’ingérence et l’occupation des troupes de l’Union soviétique en Europe de l’Est se sont accompagnés d’une remise en question de l’ordre mondial.

Le capitalisme a alors traversé une nouvelle crise économique, sociale et politique. Face à cette montée révolutionnaire, les classes dirigeantes n’ont pas répondu par une guerre mondiale mais par l’expansion et l’extension des régimes capitalistes démocratiques. Pour cela, la collaboration des directions politiques et syndicales des masses était essentielle. Elles sont passées avec armes et bagages en faveur du rétablissement de l’ordre bourgeois, trahissant leurs bases. Tandis que les classes moyennes et une petite partie des masses salariées étaient intégrées à la grande fête de la consommation, l’immense majorité sombrait dans des niveaux de paupérisation jamais vus auparavant.

Une fois tous les horizons révolutionnaires liquidés, s’est imposée l’idée qu’il n’y avait pas d’alternative au néolibéralisme. Les mouvements sociaux, tels que le féminisme, étaient – dans une large mesure – également intégrés aux démocraties capitalistes. Pendant plusieurs décennies, les femmes ont, comme jamais auparavant, conquis des droits propres, tout en formant les plus grands contingents de personnes précaires, migrantes, pauvres et exploitées [3].

Sous le fouet du capital, les femmes sont entrées sur le marché du travail pour devenir le secteur le plus exploité, et dans les pires conditions, tout en changeant définitivement le visage de la classe ouvrière. Aujourd’hui, elles représentent environ 50 % de la main-d’œuvre mondiale et cela constitue déjà un défi en soi pour les organisations syndicales traditionnelles, ainsi que pour les gouvernements et les régimes. Cette force sociale se développe dans des sociétés formellement égalitaires, du moins infiniment plus égalitaires que celles où s’était développée la première vague du féminisme. Non seulement les femmes rencontrent moins d’obstacles juridiques, mais il est souvent acquis parmi les masses les plus larges que les femmes ne sont «  pas inférieures  » aux hommes.

Ces dernières décennies, par l’intégration dans les institutions du régime et la constitution d’une technocratie de genre qui fait partie de l’administration de l’État capitaliste, ou par la voie alternative d’un post-féminisme centré sur la thèse libérale du «  libre choix  » de l’individu, est née l’illusion que les femmes n’ont plus besoin du féminisme. En d’autres termes, la lutte pour leurs droits serait devenue archaïque.

Aujourd’hui encore, le contraste persistant entre cette «  égalité devant la loi  » et «  l’inégalité devant la vie  » est frappant. Les féminicides et toutes les formes de violence à l’égard des femmes continuent de toucher toutes les classes et tous les pays. La précarisation, pour les femmes, n’est pas seulement celle du travail, elle imprègne également tous les aspects de leur vie. L’exploitation sexuelle des femmes et des filles est devenue une industrie se comptant en milliards de dollars, même si une infime minorité défend la pratique de la prostitution comme travail librement choisi. Les femmes, bien que salariées, n’ont jamais pu se dissocier de la responsabilité patriarcale du travail reproductif qu’implique le travail domestique et de soins gratuits.

C’est au cœur de cette contradiction que nous devons chercher les fondements de la nouvelle vague internationale du mouvement des femmes. Mouvement qui, et ce n’est pas un hasard, adopte le langage et les formes historiquement utilisés par le mouvement ouvrier dans sa lutte contre le capital  : la grève des femmes, les manifestations internationales des femmes. C’est logique si l’on considère que la moitié de la classe salariale – et la majorité dans certains secteurs qui ont connu une croissance extraordinaire, comme les services – sont des femmes. C’est grâce à ces millions de femmes que s’est popularisée l’idée suivante, le 8 mars 2018, à l’occasion de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes  : «  Si nos vies sont sans valeur, qu’ils produisent sans nous  ».

Plus haut, nous avons interrogé la signification politique des mobilisations massives des femmes et de la résurgence du féminisme dont nous sommes témoins. Nous le répétons donc, il est possible que cette nouvelle vague de féminisme anticipe l’ouverture d’un nouveau cycle de radicalisation de masse et de lutte des classes.

Pour l’instant, le réformisme et d’autres courants modérés ont l’intention d’en tirer profit pour les partis du régime, contre la droite. Cette politique du régime bourgeois, pour que le féminisme ne propose pas de perspective qui questionne profondément ce système et dépasse les limites du capitalisme patriarcal, est aussi hétérogène. Du Parti des Travailleurs (PT) du Brésil, qui a dévié la grande mobilisation des femmes contre Bolsonaro vers un soutien acritique à son candidat Haddad, au Parti Démocrate impérialiste nord-américain, encourageant les candidatures des femmes latines, musulmanes, indigènes et lesbiennes lors des dernières élections américaines de mi-mandat, en passant par l’Argentine, où l’ancienne présidente Cristina Kirchner – qui dirige actuellement l’opposition au gouvernement néolibéral de Mauricio Macri – est présentée comme la seule option viable pour le mouvement des femmes lors des prochaines élections présidentielles.

Nous ne pouvons pas prédire le résultat. L’Histoire nous donne le défi le plus enthousiasmant  : l’occasion d’intervenir dans un phénomène historique, politique, social et idéologique vivant, afin d’en développer les tendances les plus radicales, anticapitalistes et combatives, contre l’influence du réformisme, pour converger vers les masses les plus largement exploitées. C’est la perspective pour laquelle nous, socialistes féministes du courant international Pan y Rosas [Du Pain et des Roses], nous luttons. Parce qu’une société libérée de toutes les formes d’exploitation et d’oppression, qui écrasent aujourd’hui la grande majorité de l’humanité, n’est pas un désir, mais une impérieuse nécessité pour que la vie mérite d’être vécue.

Andrea D’Atri
Buenos Aires, 7 novembre 2018
101º anniversaire de la Révolution russe


Notes

[1] Les études féministes de l’Europe continentale situent la première vague dans la période des Lumières, au milieu du XVIIIe siècle, bien que du point de vue des études anglo-saxonnes, cela ait commencé avec le mouvement des suffragettes au milieu du XIXe siècle. Une troisième ou deuxième vague, selon le cadre théorique adopté, se serait produite au cours de la décennie des années 70 du XXe siècle.

[2] Ce point est développé dans le chapitre IV de l‘ouvrage Du Pain et des Roses («  Impérialisme, guerre et genre  »).

[3] Ce point est développé dans le chapitre VIII de l‘ouvrage Du Pain et des Roses («  Postmodernité, post-marxisme, post-féminisme  »).

Révolution Permanente sera à l’initiative de plusieurs événements publics avec Andrea D’Atri :

- A Bordeaux, le 14 février : Le retour de la lutte des femmes en France ?

- A Toulouse, le 15 février : De l’Argentine à la France : les femmes en première ligne ?

- A Paris, le 22 février : Des foulards verts en Argentine aux Gilets Jaunes en France : les femmes en première ligne ?, en présence également de plusieurs femmes protagonistes de différentes luttes ces dernières années, dans la santé, le nettoyage, la SNCF, et aussi des Femmes Gilets Jaunes qui viendront partager leurs expériences et débattre avec le public.

Une section spéciale dédiée à la diffusion des écrits et articles d’Andrea, ainsi qu’aux différents débats au sein du mouvement féministe, a été créée à cette occasion. N’hésitez pas à visiter, lire, commenter et partager les articles ! Pour commander le livre « Du Pain et des Roses », écrit par Andrea D’Atri et édité pour la première fois en français, écrire à communard.e.s.assoc@gmail.com.