×

Ville anti-pauvres

Distributions alimentaires interdites à Paris : l’Etat prive des centaines de personnes de repas

Ce mardi, la préfecture de Paris a interdit les distributions alimentaires dans deux arrondissements pendant un mois. Face à l'inflation, le gouvernement renforce sa politique xénophobe et anti-pauvre, quitte à priver d’un repas entre 200 et 500 personnes par jour.

Karl Nara

11 octobre 2023

Facebook Twitter
Distributions alimentaires interdites à Paris : l'Etat prive des centaines de personnes de repas

Crédits Photo : Utopia 56

Mardi 10 octobre, journée internationale de lutte contre le sans-abrisme, la préfecture de police de Paris a déposé un arrêté interdisant les distributions alimentaires dans les Xème et XIXème arrondissements de Paris, et ce, durant un mois. Pour justifier cette interdiction, la préfecture utilise l’argumentaire réactionnaire classique, déployée auparavant pour la même restriction à Calais, en évoquant « les nuisances » que représenteraient les immigrés, les usagers de drogue, et les personnes sans abris. Dans un mépris violemment anti-pauvre, la préfecture affirme que les distributions auprès de ces personnes auraient fait du secteur « un point de fixation pour de tels campements ».

Dans les colonnes du journal Le Monde, Océane Marache, coordinatrice à Utopia 56 estime que « 200 à 500 personnes » par jour seront privées de nourriture en conséquences. Une situation dramatique qui s’inscrit dans un contexte économique d’une inflation galopante depuis un an, qui se manifeste dans une flambée des prix de l’alimentaire et une crise aiguë du logement.

Selon la fondation Abbé Pierre, 330 000 personnes sont sans abris aujourd’hui, représentant une augmentation de 30 000 depuis l’année dernière et un doublement sur dix ans. Face à des taux de pauvreté en hausse, les Restos du coeur sont aujourd’hui au bord de la faillite, crise emblématique d’une rentrée marquée par la misère sociale.

Cette attaque de la préfecture s’inscrit également dans le renforcement sécuritaire et xénophobe qui sous-tend depuis plusieurs années maintenant la politique du gouvernement. On ne compte ainsi plus le nombre d’évacuation de campement à Calais, la dernière en date s’étant déroulé ce mardi 10 octobre. Pour les associations de solidarité avec les immigrés, la multiplication de ces interdictions et de ces évacuations font parti d’une même offensive xénophobe et répressive. Utopia 56 témoigne pour Le Monde : « L’État applique à Paris le même schéma qu’à Calais  ». Philippe Caro, responsable du collectif Solidarité Migrant Wilson complète : « On complique la vie des associations et des gens, sans jamais résoudre leurs problèmes. On va juste déplacer le problème, mais avec les Jeux olympiques qui arrivent, on sent que la pression monte ».

Avec l’interdiction, l’État accuse ces mêmes associations de créer des appels d’air : « Ces distributions alimentaires engendrent, par leur caractère récurrent, une augmentation de la population bénéficiaire de ces opérations ». Un argumentaire anti-pauvre à peine masqué. Pourtant, l’accélération de l’appauvrissement aujourd’hui est le résultat direct des politiques d’un État qui cherche à faire payer la crise à la population, alors que les patrons des industries comme l’agroalimentaire enregistrent des profits records. Pour que ce soit le patronat qui paie cette crise, un plan de bataille à la hauteur des attaques antisociales est nécessaire, afin d’arracher l’augmentation des salaires et des minima sociaux ainsi que leur indexation sur l’inflation.


Facebook Twitter
Opération « place nette » à Bordeaux : les Verts jouent la carte du sécuritaire

Opération « place nette » à Bordeaux : les Verts jouent la carte du sécuritaire


Bordeaux : la mosquée de Pessac à nouveau ciblée par des tags islamophobes

Bordeaux : la mosquée de Pessac à nouveau ciblée par des tags islamophobes

Répression sanglante : la police tue par balle un kanak après la visite de Macron

Répression sanglante : la police tue par balle un kanak après la visite de Macron

Islamophobie : Darmanin veut expulser le président de la mosquée de Pessac pour son soutien à la Palestine

Islamophobie : Darmanin veut expulser le président de la mosquée de Pessac pour son soutien à la Palestine

Interdiction de Tik Tok : le gouvernement peine à défendre sa répression coloniale devant le Conseil d'Etat

Interdiction de Tik Tok : le gouvernement peine à défendre sa répression coloniale devant le Conseil d’Etat

Survie : « La lutte anticoloniale du peuple kanak est une lutte pour redevenir maître de leur propre destin »

Survie : « La lutte anticoloniale du peuple kanak est une lutte pour redevenir maître de leur propre destin »


5 mai 1988 : quand l'armée française massacrait les indépendantistes dans la grotte d'Ouvéa

5 mai 1988 : quand l’armée française massacrait les indépendantistes dans la grotte d’Ouvéa


Circulaire Moretti : l'Etat se prépare à condamner massivement les Kanak

Circulaire Moretti : l’Etat se prépare à condamner massivement les Kanak