×

Multinationale pro-Israël

Comment la marque Puma soutient-elle la colonisation de la Palestine ?

Puma est le principal sponsor de la Fédération Israélienne de Football, au sein de laquelle on compte plusieurs clubs installés dans des colonies israéliennes en Cisjordanie. Un partenariat qui fait de la multinationale allemande un soutien du régime israélien de colonisation et d’apartheid.

Tristane Chalaise

10 novembre 2023

Facebook Twitter
Comment la marque Puma soutient-elle la colonisation de la Palestine ?

Alors que le ministère de la Santé palestinien fait état de plus de 10 000 morts dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre, les manifestations de solidarité avec le peuple Palestinien se multiplient à travers le monde. Une mobilisation qui ne se limite pas aux manifestations.

De Carrefour à Coca-Cola en passant Starbucks, McDonald’s, Axa, Hewlett-Packard ou encore Siemens, les campagnes de boycott ciblant des multinationales qui soutiennent plus ou moins directement l’État d’Israël prennent de l’ampleur. Parmi elles, l’entreprise allemande Puma, troisième équipementier sportif mondial et principal sponsor de la Fédération Israélienne de Football (IFA).

En sponsorisant l’IFA, Puma légitime le régime de colonisation d’apartheid israélien

Parmi les équipes membres de L’IFA et sponsorisées par Puma, on compte en effet plusieurs clubs installés dans des colonies israéliennes en Cisjordanie, sur des terres volées aux Palestiniens. Une situation dénoncée dans un rapport publié par Human Rights Watch dès 2016, qui interpellait la FIFA au sujet des clubs de football israéliens constitués dans les territoires occupés : « en excluant les Palestiniens, sur une terre que les autorités israéliennes ont illégalement prise aux Palestiniens, ces clubs […] contribuent à de sérieuses violations des droits humains. […] Sponsoriser des matchs dans les colonies contrevient aux engagements pris par la FIFA en termes de respects des droits humains. »

Une situation qui n’empêche pas la FIFA de poursuivre son soutien à la fédération israélienne, et qui n’a pas non plus empêché la direction de Puma de signer en 2018 un contrat de sponsoring de 4 ans avec l’IFA. Ce faisant, Puma contribue à cautionner non seulement l’Etat d’Israël en tant que régime d’apartheid mais soutient également activement des équipes de football dans les colonies israéliennes. En définitive, Puma participe à normaliser l’image de l’Etat colonial d’Israël, qui utilise la participation à des compétitions internationales pour se présenter comme un état « démocratique ».

Une complicité de Puma avec l’Etat d’Israël dénoncée par plusieurs campagnes internationales

Lancée en 2018 par plus de 200 clubs de sports palestiniens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, la campagne #BoycottPUMA est aujourd’hui relayée par plusieurs collectifs et organisations, que ce soit via la page ThisIsPuma ou l’organisation BDS (Boycott Désinvestissement Sanction). Elle a conduit plusieurs équipes et clubs sportifs, tels que le Luton Town, Forest Green Rovers, Chester FC, AFC Wimbledon (Royaume-Uni), le Donegal Celtic FC (Irlande), mais aussi le Qatar Sports Club et la plus grande université de Malaisie à rompre leurs contrats ou à s’engager à ne jamais signer avec Puma.

Une mobilisation face à laquelle l’entreprise allemande veut rassurer ses partenaires commerciaux – son prédécesseur et principal concurrent allemand, Adidas, ayant lui-même été la cible d’une campagne de boycott pour avoir été pendant 10 ans le sponsor de l’IFA. Interpellée en mai 2022 par des militant-e-s, la direction de Puma a prétendu n’avoir aucun lien avec les équipes de colonisation illégale, tout en ayant, la même année, menti dans un mémo interne, en affirmant qu’elle soutenait parallèlement aux clubs israéliens la Fédération Palestinienne de Football – une information immédiatement démentie par cette dernière.

Un mouvement de solidarité avec la Palestine auquel doit se joindre le mouvement ouvrier

Le boycott, lorsqu’il est envisagé non pas comme une pratique de consommation individuelle, mais comme un levier pour construire une mobilisation, permet de renforcer la lutte en pointant notamment la responsabilité des entreprises des pays impérialistes et de leurs gouvernements dans les massacres en cours à Gaza et en Cisjordanie. C’est ce qui met Puma, et, en arrière-plan, le gouvernement allemand sur la défensive, et l’a obligé à revoir sa communication, tout comme MacDonald’s est aujourd’hui en difficulté face aux appels aux boycott.

Mode d’action historique de la lutte contre le colonialisme, le boycott pose plus largement la question de modes d’action pour aller plus loin face aux soutiens d’Israël. Mais un élément central pour lier ces combats doit résider dans la mobilisation du mouvement ouvrier, par ses propres méthodes. Une jonction qui pose la question de la grève est centrale. En ce sens, une grève des salariés de Puma pour dénoncer que les agissements de leur entreprise en Israël pourraient être très progressiste. De telles mobilisations qui dénonceraient les entreprises, en bloquant l’économie ainsi que les profits pharaoniques, pourraient s’articuler aux grandes manifestations de soutien au peuple palestinien, dans la continuité des blocages d’envois d’armes aux Etats-Unis et dans l’État espagnol par les dockers.


Facebook Twitter
Ce que nous disent les flashs des photographies de Tsahal

Ce que nous disent les flashs des photographies de Tsahal

La guerre sans fin : Israël resserre son étau sur Rafah

La guerre sans fin : Israël resserre son étau sur Rafah

Un soldat américain s'immole à Washington pour protester contre le génocide à Gaza

Un soldat américain s’immole à Washington pour protester contre le génocide à Gaza

Argentine. Grèves enseignantes, aéroports bloqués : une rentrée sous le signe de la mobilisation

Argentine. Grèves enseignantes, aéroports bloqués : une rentrée sous le signe de la mobilisation

Crise de régime en Argentine : les tensions avec les gouverneurs fragilisent Milei

Crise de régime en Argentine : les tensions avec les gouverneurs fragilisent Milei


Guinée. Deux jeunes tués : le mouvement de grève générale réprimé par la junte

Guinée. Deux jeunes tués : le mouvement de grève générale réprimé par la junte

Aide à l'Ukraine : comment les budgets militaires s'envolent en Europe

Aide à l’Ukraine : comment les budgets militaires s’envolent en Europe

Démission du gouvernement palestinien : la guerre attise la crise de l'Autorité palestinienne

Démission du gouvernement palestinien : la guerre attise la crise de l’Autorité palestinienne