^

Notre classe

Répression

Chauffeur de bus RATP, Grégory risque le licenciement pour un « vol de kits Covid » qu’il dément

Chauffeur de bus au dépôt RATP de Créteil, Grégory est convoqué en conseil de discipline le 30 septembre. Accusé notamment du « vol de kits de protection Covid incluant des masques, des lingettes et du gel hydroalcoolique », qu'il dément, il risque le licenciement et dénonce un acharnement à son encontre : « J'ai fait 48h de garde-à-vue, on est venu me chercher sur mon lieu de travail, on m'a traité comme un délinquant et un voleur ». Il lance un appel à soutien.

mardi 22 septembre

Conducteur de bus depuis 12 ans au centre bus RATP de Créteil, Grégory Watieaux passe en conseil de discipline en vue d’un licenciement place Lachambaudie à Paris le 30 septembre à 14h. Il se dit victime de répression et de harcèlement psychologique de la part de sa hiérarchie depuis 2014. En 2018, lors de son agression par un agent de la Brinks, le manque de soutien de sa direction a été très dur pour lui sur le plan psychologique. En arrêt maladie pendant de nombreux mois, il raconte avoir souffert à son retour des reproches incessants sur la qualité de son travail, alors même que son médecin traitant l’avait déclaré inapte à la conduite. Récemment, Grégory a été accusé d’avoir volé des kits de protection Covid-19 et d’avoir dégradé une porte sous le coup de la colère, ce qui lui a valu d’être placé 24 heures en garde-à-vue. Son témoignage est une illustration parmi tant d’autres des pressions permanentes que les agents de la RATP subissent de la part de leur direction, et du mal-être au travail qu’elles engendrent, méritant un large soutien.




Mots-clés

Témoignage   /    Vidéo   /    RATP   /    Répression   /    Notre classe