×

Solidarité internationale

Appel urgent des syndicats palestiniens aux travailleurs : « mettez fin à toute complicité, arrêtez d’armer Israël »

Face à l'offensive meurtrière de l'État d'Israël contre les Gazaouis, assiégés depuis une semaine et soumis à des bombardements constants ayant déjà causé la mort de plus de 2 800 Palestiniens, des syndicats palestiniens appellent les travailleurs et travailleuses du monde entier à faire front face à ce massacre et à refuser de fabriquer et de transporter des armes à destination d'Israël.

Camille Yomiclo

17 octobre 2023

Facebook Twitter
Audio
Appel urgent des syndicats palestiniens aux travailleurs : « mettez fin à toute complicité, arrêtez d'armer Israël »

Crédits photo : Dorian M

Ce lundi 16 octobre, plusieurs syndicats palestiniens ont lancé un appel à l’action adressé aux travailleurs et travailleuses du monde entier, afin de stopper le financement et la vente d’armes à l’État d’Israël, qui mène une campagne militaire d’ampleur.

Outre les bombardements continuels contre la Palestine et la préparation d’une offensive terrestre imminente de Tsahal, le gouvernement israélien arme massivement les civils. Le ministre de la sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a ainsi annoncé il y a quelques jours l’achat de plus de 10 000 fusils destinés à armer les colons israéliens dans les villes frontalières de la bande de Gaza, en Cisjordanie ainsi que dans les « villes mixtes judéo-arabes » en Israël. Ce lundi 16 octobre, la police israélienne a annoncé l’enrôlement de plus de 13 000 civils volontaires. Le bureau du ministre de la Sécurité nationale entend assouplir les critères de permis de port d’armes pour mener à bien la militarisation de la population israélienne.

Face à l’intensification de la campagne militaire d’Israël, plusieurs groupes dont la Fédération générale des syndicats palestiniens, l’Union générale des enseignant.es palestinien.nes, l’Union générale des femmes palestiniennes ou encore la Fédération des syndicats de professionnel.les de santé, écrivent le communiqué suivant :

Israël a exigé que 1,1 million de Palestiniens évacuent la moitié nord de Gaza, tout en les soumettant à des bombardements constants. Cette mesure impitoyable s’inscrit dans le cadre du plan d’Israël, qui bénéficie du soutien indéfectible et de la participation active des États-Unis et de la majorité des États européens, visant à perpétrer des massacres odieux et sans précédent contre les 2,3 millions de Palestiniens de Gaza et à procéder à un nettoyage ethnique de la région. Depuis samedi, Israël a bombardé Gaza de manière aveugle et intensive et a coupé le carburant, l’électricité, l’eau, la nourriture et les fournitures médicales. Israël a tué plus de 2 700 Palestiniens, dont 614 enfants, rasant des quartiers entiers, éliminant des familles entières et blessant plus de 10 000 personnes. Certains experts en droit international ont commencé à mettre en garde contre les actes génocidaires d’Israël.

Par ailleurs, le gouvernement israélien d’extrême droite a distribué plus de 10 000 fusils à des colons extrémistes en Palestine de 1948 et en Cisjordanie occupée, afin de faciliter l’escalade des attaques et des pogroms contre les Palestiniens. Les actions, les massacres et la rhétorique d’Israël indiquent son intention de mettre en œuvre la seconde Nakba promise depuis longtemps, en expulsant autant de Palestiniens que possible et en créant un "nouveau Moyen-Orient" dans lequel les Palestiniens vivent perpétuellement soumis.

La réponse des États occidentaux a été un soutien complet et total à l’État d’Israël, sans même un clin d’œil au droit international. Cela a amplifié l’impunité d’Israël, lui donnant carte blanche pour mener sa guerre génocidaire sans limite. Au-delà du soutien diplomatique, les États occidentaux fournissent de l’armement à Israël et sanctionnent les activités des entreprises d’armement israéliennes à l’intérieur de leurs frontières.

Alors qu’Israël intensifie sa campagne militaire, les syndicats palestiniens appellent leurs homologues internationaux et toutes les personnes de conscience à mettre fin à toute forme de complicité avec les crimes d’Israël, en cessant de toute urgence le commerce d’armes avec Israël, ainsi que tout financement et toute recherche militaire. C’est maintenant qu’il faut agir - des vies palestiniennes sont en jeu.

Cette situation urgente et génocidaire ne peut être évitée que par une augmentation massive de la solidarité mondiale avec le peuple de Palestine et qui peut freiner la machine de guerre israélienne. Nous avons besoin que vous agissiez immédiatement - où que vous soyez dans le monde - pour empêcher l’armement de l’État israélien et des entreprises impliquées dans l’infrastructure du blocus. Nous nous inspirons des mobilisations antérieures des syndicats en Italie, en Afrique du Sud et aux États-Unis, ainsi que des mobilisations internationales similaires contre l’invasion italienne de l’Éthiopie dans les années 1930, contre la dictature fasciste au Chili dans les années 1970 et ailleurs, où la solidarité mondiale a limité l’ampleur de la brutalité coloniale.

Nous appelons les syndicats des secteurs concernés à

  •  Refuser de fabriquer des armes destinées à Israël.
  •  Refuser de transporter des armes vers Israël.
  •  D’adopter des motions à cet effet au sein de leur syndicat.
  •  De prendre des mesures contre les entreprises complices qui participent à la mise en œuvre du siège brutal et illégal d’Israël, en particulier si elles ont des contrats avec votre institution.
  •  Faire pression sur les gouvernements pour qu’ils cessent tout commerce militaire avec Israël et, dans le cas des États-Unis, qu’ils cessent de le financer.

    Nous lançons cet appel alors que nous assistons à des tentatives d’interdiction et de réduction au silence de toutes les formes de solidarité avec le peuple palestinien.

    Nous vous demandons de vous exprimer et d’agir face à l’injustice, comme les syndicats l’ont fait historiquement. Nous lançons cet appel car nous sommes convaincus que la lutte pour la justice et la libération de la Palestine n’est pas seulement une lutte déterminée au niveau régional et mondial. C’est un levier pour la libération de tous les peuples dépossédés et exploités du monde.

    De telles solidarités ouvrières avec le peuple palestinien ont déjà vu le jour par le passé. En mai 2021, un syndicat d’ouvriers du port de Livourne, en Toscane, a tenté d’empêcher la livraison d’une cargaison d’armes et d’explosifs à destination d’Israël, en déclarant que « le port de Livourne ne sera pas complice du massacre du peuple palestinien ». La même année, des dockers sud-africains ont refusé de décharger la cargaison d’un navire israélien pour protester contre l’offensive israélienne sur la bande de Gaza, répondant à un appel du mouvement ouvrier palestinien au boycott d’Israël. Une initiative similaire a eu lieu au port d’Oakland, répondant au même appel.

    Dans la lignée de ces solidarités internationales de la classe ouvrière, cet appel souligne la nécessité de faire front, dans tous les pays, contre la politique meurtrière de l’État colonial d’Israël et contre les pays qui le soutiennent. Les États impérialistes occidentaux, en apportant un soutien diplomatique total à l’État d’Israël ainsi qu’un appui militaire, se rendent complices de la politique génocidaire qu’il mène dans une impunité la plus totale. C’est donc autant sur le territoire de la Palestine historique que sur ceux des alliés d’Israël que la lutte doit se mener.


  • Facebook Twitter
    Ce que nous disent les flashs des photographies de Tsahal

    Ce que nous disent les flashs des photographies de Tsahal

    Un soldat américain s'immole à Washington pour protester contre le génocide à Gaza

    Un soldat américain s’immole à Washington pour protester contre le génocide à Gaza

    Argentine. Grèves enseignantes, aéroports bloqués : une rentrée sous le signe de la mobilisation

    Argentine. Grèves enseignantes, aéroports bloqués : une rentrée sous le signe de la mobilisation

    La guerre sans fin : Israël resserre son étau sur Rafah

    La guerre sans fin : Israël resserre son étau sur Rafah

    Crise de régime en Argentine : les tensions avec les gouverneurs fragilisent Milei

    Crise de régime en Argentine : les tensions avec les gouverneurs fragilisent Milei


    Guinée. Deux jeunes tués : le mouvement de grève générale réprimé par la junte

    Guinée. Deux jeunes tués : le mouvement de grève générale réprimé par la junte

    Aide à l'Ukraine : comment les budgets militaires s'envolent en Europe

    Aide à l’Ukraine : comment les budgets militaires s’envolent en Europe

    Démission du gouvernement palestinien : la guerre attise la crise de l'Autorité palestinienne

    Démission du gouvernement palestinien : la guerre attise la crise de l’Autorité palestinienne