×

Intifada étudiante

Oxford, Cambridge, Londres... : la mobilisation pour la Palestine s’étend sur les campus britanniques

Suivant l'exemple des étudiants étatsuniens, la mobilisation pour la Palestine grandit au Royaume-Uni, avec des campements dans de nombreuses universités, comme Londres, Leeds, Cambridge, Édimbourg ou Oxford.

Elea Novak

14 mai

Facebook Twitter
Oxford, Cambridge, Londres... : la mobilisation pour la Palestine s'étend sur les campus britanniques

Dans la foulée de la mobilisation des étudiants de Columbia aux Etats-Unis, la solidarité avec la Palestine continue de s’exprimer sur les campus partout dans le monde. Les étudiants au Royaume-Uni notamment ont emboîté le pas aux Américains, et sont aujourd’hui le deuxième pays avec le plus de campements étudiants. Selon Socialist Worker, le journal du parti trotskyste SWP, ce sont 25 universités britanniques qui ont été occupées pour la Palestine. Parmi les sites mobilisés, on retrouve les plus grands centres universitaires du Royaume-Uni qui sont secoués par la mobilisation : Londres, Leeds, Cambridge, Édimbourg ou Oxford.

Alors que la solidarité avec la Palestine a été très forte au Royaume-Uni, réunissant plus de 800 000 manifestants en novembre dernier, désormais le mouvement étudiant joue un rôle clé dans la mobilisation. D’après Issy, un membre du campement de l’université de Leeds au nord de l’Angleterre qui témoigne pour Socialist Worker, cette forte mobilisation depuis les universités est primordiale car les étudiants représentent « l’aile la plus radicale du mouvement pour la Palestine [et permet de] faire pression à la fois contre les universités et le gouvernement ». Un rapport de force que les étudiants réussissent à construire au sein même de leurs universités avec les présidences grâce à cette importante mobilisation, comme le relate l’étudiante de Leeds pour le Socialist Worker : « nous avons été capable de faire [ce rendez-vous avec l’administration] grâce au soutien de la coordination étudiante plus large, et à travers les syndicats du campus ».

Une coordination des forces étudiantes qui peut expliquer que les universités britanniques n’aient pas encore atteint un niveau répression comparable à la France et aux Etats-Unis, où les universités font appel aux forces de police pour intervenir contre les étudiants mobilisés et détruire les campements. Au campement d’Oxford, la police s’est cantonnée à allumer le système d’arrosage de la pelouse dans l’espoir de chasser les étudiants, sans succès puisque ces derniers ont maintenu leur campement.

En plus de former de véritables réseaux de mobilisation pour la Palestine, ces campements sont le lieu d’une importante effervescence intellectuelle et culturelle, permettant de répondre idéologiquement aux discours criminalisant le soutien au peuple palestinien. Avec la possibilité de se mobiliser sur leur lieu d’études, les étudiants d’Oxford ont pu organiser des cours alternatifs, des discussions sur la mobilisation étudiante, et faire des messages de soutien au peuple Palestinien. On observe des méthodes similaires au Goldsmith College de Londres, où étudiants et professeurs ont organisé une occupation avec cours alternatifs sur le féminisme au Moyen-Orient.

Ces mobilisations permettent en outre de dénoncer les liens entre les universités et le régime colonial israélien, à l’image des mobilisations étudiantes contre le régime d’apartheid sud-africain en leur temps. En ce sens, le Trinity College de Cambridge, qui est le plus grand college de l’université et un des plus riches du Royaume-Uni, a annoncé se désengager ses liens avec la société d’armement israélienne Elbit Systems grâce à la mobilisation des étudiants et des professeurs. D’après Middle East Eye, le Trinity College avait investi 71 736 euros dans cette entreprise. Le 14 mai, une lettre ouverte signée par 2 500 personnels, universitaires et étudiants a été déposée auprès de l’administration de l’université de Cambridge pour exiger l’arrêt de ce partenariat.

Ces premières victoires dans la mobilisation étudiante britannique doivent encourager les étudiants à se mobiliser contre la complicité des universités et gouvernements avec le génocide. Si les autorités britanniques espèrent ne pas mettre le feu aux poudres en envoyant les forces de l’ordre sur les campus, la détermination des étudiants ne semble pas faiblir, et est d’autant plus forte que les mobilisations sont soutenues par les personnels des universités et le corps enseignants. Pour le 76ème anniversaire de la Nakba le 15 mai, les universités du Royaume-Uni et de tous les pays sont appelées à une journée de mobilisation, contre la colonisation en Palestine.


Facebook Twitter
Génocide à Gaza : Biden prêt à sanctionner la Cour pénale internationale pour protéger Netanyahou

Génocide à Gaza : Biden prêt à sanctionner la Cour pénale internationale pour protéger Netanyahou

Kanaky : la vie chère imposée par les grands groupes attise les révoltes

Kanaky : la vie chère imposée par les grands groupes attise les révoltes

Ilan Pappé : « pourquoi j'ai été arrêté et interrogé sur Israël et Gaza dans un aéroport américain »

Ilan Pappé : « pourquoi j’ai été arrêté et interrogé sur Israël et Gaza dans un aéroport américain »

L'offensive russe en Ukraine et le spectre d'une situation « pré-1914 »

L’offensive russe en Ukraine et le spectre d’une situation « pré-1914 »

Californie : 48 000 travailleurs de l'Université votent la grève pour le droit à soutenir la Palestine !

Californie : 48 000 travailleurs de l’Université votent la grève pour le droit à soutenir la Palestine !

La Norvège, l'Espagne et l'Irlande reconnaissent l'État palestinien : nouveau revers pour Israël

La Norvège, l’Espagne et l’Irlande reconnaissent l’État palestinien : nouveau revers pour Israël

Famine organisée : Les colons israéliens multiplient les attaques de convois humanitaires destinés à Gaza

Famine organisée : Les colons israéliens multiplient les attaques de convois humanitaires destinés à Gaza

« Mission de dialogue » : Macron en Kanaky pour légitimer la répression et poursuivre le passage en force

« Mission de dialogue » : Macron en Kanaky pour légitimer la répression et poursuivre le passage en force