×

Mayotte

« Wuambushu ne défend pas les Mahorais mais les intérêts de l’État français ». Entretien avec Survie

Avec « Wuambushu », l’État français s’apprête à mener une opération militaro-policière d’ampleur à Mayotte. Riwadi Saïdi de l’association Survie revient dans cet entretien sur les enjeux de fonds de cette opération et sur la relation coloniale historique entre Mayotte, la France et les Comores.

Maëva Amir

20 avril 2023

Facebook Twitter

L’opération « Wuambushu » se précise à Mayotte et devrait probablement commencer ce week-end. A grands renforts policiers, le gouvernement prévoit la destruction de quartiers entiers et l’expulsion d’environ 24 000 étrangers, majoritairement Comoriens, en l’espace de deux mois. A quelques jours du lancement de cette opération militaire, Riwadi Saïdi, militante à Survie, revient dans cet entretien sur l’aspect colonial de cette opération et nous éclaire sur les relations historiques entre Mayotte, la France et les Comores.

Révolution Permanente : L’opération « Wuambushu » à Mayotte, pilotée par Gérald Darmanin commencera sans doute dans quelques jours. Des renforts policiers sont déjà arrivés sur place, c’est une opération militaire qui se prépare avec des quartiers entiers qui seront détruits et des milliers de personnes qui vont être expulsées. Peux-tu revenir sur les conséquences probables de cette opération ?

Riwadi Saïdi : L’opération Wuambushu est mise en place par le ministre de l’Intérieur et des Outre-mers Gérald Darmanin. Cette opération coup de poing consiste à expulser de l’île de Mayotte des milliers de Comorien-ne-s, y compris des enfants, vers l’île d’Anjouan. Il faut préciser que les Comores sont un archipel composé de quatre îles : la Grande-Comore, Mohéli, Anjouan et Mayotte. Depuis 1975, un conflit de souveraineté s’opère entre la France, l’ancienne puissance coloniale, et les Comores, État indépendant. Après le référendum portant sur l’indépendance des Comores, la France procède à une lecture des résultats du référendum île par île afin de justifier son maintien à Mayotte au prétexte que les Mahorais se seraient prononcés contre l’indépendance. Cette décision de l’État français de garder Mayotte a été plusieurs fois condamnée par des résolutions de l’Assemblée générale des Nations-Unies.
L’État français dans sa logique de vouloir conserver son influence aux Comores, déstabilise le pays par le biais de coups d’État menés par des mercenaires dont le plus connu est Bob Denard. L’instabilité du pays entraîne une pauvreté et une absence de structures qui poussent des milliers de Comorien-ne-s à se rendre, par tous les moyens, à Mayotte afin notamment de bénéficier d’un bon système de santé.

Depuis plusieurs décennies maintenant la France fait tout pour empêcher les Comorien-ne-s de se rendre à Mayotte. Et pire, elle considère les Comorien-ne-s des trois autres îles comme étant étrangers à Mayotte. C’est à ce titre qu’elle justifie son opération d’expulsion massive, en prétextant que les Comorien-ne-s doivent être retournés à Anjouan car ils seraient en situation irrégulière à Mayotte. C’est une aberration politique. Les Comorien-ne-s sont chez eux à Mayotte comme en Grande-Comore, à Anjouan ou encore à Mohéli, la France n’a pas à ordonner leur expulsion. Pour nous, cette opération s’inscrit dans un cadre répressif colonial.
Les conséquences seront dramatiques, on parle de centaines de Comorien-ne-s qui seront expulsés quotidiennement. Pour s’y prendre, l’État français va mobiliser des moyens humains et matériels redoutables. La gendarmerie, le RAID, la CRS-8… Des centaines de policiers et gendarmes seront envoyés en renfort. Plusieurs enfants seront retirés des écoles et envoyés du jour au lendemain dans un endroit qu’ils ne connaissent pas. Et les Mahorais seront également touchés, eux aussi habitent les bidonvilles, la France ne fera pas de distinction entre les Comorien-ne-s.

RP : Depuis la sortie officieuse sur l’opération dans le Canard Enchaîné, les députés mahorais Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine tiennent des propos xénophobes extrêmement durs qui rappellent la rhétorique de l’extrême droite. De même ils s’attaquent aux « droits de l’hommistes » qui dénoncent l’opération et martèlent que la population mahoraise soutient cette opération. Comment comprends-tu cette mobilisation excessive de ce qu’on appelle « le sentiment mahorais » à la veille de cette nouvelle opération à Mayotte

Riwadi Saïdi : C’est un classique dans l’histoire coloniale et dont la France est une grande habituée : il faut « diviser pour mieux régner ». Déjà pendant la colonisation, l’État français cherchait à mettre en concurrence les Comoriens. En déplaçant la capitale des Comores de Dzaoudzi (Mayotte) à Moroni (Grande-Comore) et en persuadant les Mahorais que les Grands-Comoriens leur volaient leur travail, des premières tensions commençaient à transparaître. L’État français ne s’est pas arrêté là puisqu’à l’indépendance des Comores, la France a essayé de faire croire que parce que les résultats des votes à Mayotte étaient différents de ceux en Grande-Comore, les Mahorais ne se sentaient pas Comoriens. C’est ainsi qu’est né le récit complètement fictif que les Mahorais ne sont pas Comoriens ou encore que Mayotte aurait une histoire particulière avec la France au prétexte qu’elle aurait été la première des quatre îles à être colonisée par la France. Donc vous voyez, ce genre de discours remonte au temps des colonies.

Ensuite, il faut rétablir des évidences qui n’en sont pas. De quelle population mahoraise parle-t-on ? Il y a des Mahorais comme ces deux députés qui soutiennent l’opération mais il y a aussi d’autres Mahorais qui n’ont pas une aussi grande visibilité médiatique que ces deux-là qui ne soutiennent pas l’opération. Et puis, le fait que l’opération soit soutenue ou pas par les Mahorais ne la rend pas moins légitime, de même qu’une ratonnade dans un quartier ne serait pas plus acceptable si elle était soutenue par ses habitants. On parle de milliers de personnes qui seront expulsés violemment de chez eux, qui verront leurs habitations détruites et qui perdront tous leurs repères car envoyés dans un endroit qu’ils ne connaissent pas. C’est très grave. Si l’insalubrité des habitations importe autant, qu’on les reloge dans les bonnes conditions. L’expulsion n’est en rien une solution.

Enfin il ne faut pas perdre de vue que ce ne sont pas les Mahorais qui imposent l’expulsion des autres Comorien-ne-s dans l’agenda politique. Le premier responsable de cette opération, c’est l’État français. C’est lui qui décide de mener ou non ce type d’opération. C’est lui qui a la compétence et les moyens de déployer cet arsenal policier et militaire. Si demain la totalité des Mahorais s’opposaient à l’opération, l’État la mènerait quand même. À Mayotte, ce ne sont pas les Mahorais qui décident. Il ne faut pas déresponsabiliser l’État français dans cette affaire car l’État ne fait pas cette opération pour les Mahorais, il la fait pour protéger et défendre ses propres intérêts.

RP : Cette opération questionne l’histoire des rapports entre Mayotte, la France et les Comores. L’instauration du visa Balladur entre Mayotte et le reste des Comores en 1995 a marqué un tournant. Depuis, les politiques répressives en matière d’immigration et les mesures d’exception coloniale n’ont eu de cesse d’être renforcées par les gouvernements successifs. Saïd Bouamama parle de « production d’un flux migratoire structurel » vers Mayotte largement lié à la présence française dans la région. En quoi cette opération s’inscrit dans cette logique ?

Riwadi Saïdi : Ce qui est sûr, c’est que « Wuambushu » ne dissuadera pas les Comoriens de venir à Mayotte. Tant que Mayotte bénéficiera d’infrastructures sanitaires meilleures qu’à Anjouan, Grande-Comore et Mohéli, les Comorien-ne-s les plus démuni-e-s continueront de se déplacer à Mayotte pour se soigner. D’ailleurs, Mayotte n’est pas le seul endroit de la région où les Comorien-ne-s vont pour se soigner, ceux qui ont le plus de moyen vont en Tanzanie par exemple. Mais Mayotte est accessible pour celles et ceux qui ont le moins de moyens financiers notamment car elle se situe à quelques dizaines de kilomètres d’Anjouan, elles appartiennent au même archipel.

En parallèle, tant que la France continuera de soutenir les régimes autoritaires et répressifs africains qui empêchent le développement de leur pays, comme elle le fait avec les Comores, les Comorien-ne-s continueront d’être dans le besoin. Depuis l’élection en 2016 du Colonel Azali, le Président comorien s’est rendu pas moins de 6 fois à l’Élysée. Sa nomination à la tête de l’Union africaine a été poussée par la France. Pourtant, l’élection de ce président est contestée par les Comorien-ne-s. Une fraude électorale a permis sa prise de pouvoir qu’il a prolongé à coups de modifications de la Constitution. Azali est coutumier du fait puisqu’il a accédé au pouvoir une première fois en 1999 par un coup d’État. À partir de là on peut se demander pourquoi la France maintient des relations étroites avec un président aussi contesté par son peuple ? C’est ça la Françafrique ! Les Comores en sont un bon exemple : une indépendance volée par le pouvoir colonial, des décennies de déstabilisations politiques qui ont empêché le développement du pays, le soutien aux dictatures. Et ce sont les Comorien-ne-s qui en paient les pots cassés. Ils se retrouvent divisés, dans le besoin, ils risquent leur vie pour mener une existence digne et des dizaines de milliers de vies sont sacrifiées, [La Cimade estimait en 2016 le bilan humain à plus de 12 000 morts dans la traversée entre Anjouan et Mayotte, ndlr].

RP : Des voix commencent à s’élever contre cette opération coloniale mais aussi contre la mainmise de la France sur l’île de Mayotte. Par exemple des organisations de la société civile comorienne ont lancé des rassemblements en France hexagonale et à Moroni contre l’opération. La gauche est pourtant restée discrète et ne questionne pas le statut colonial de Mayotte. A quoi est dû ce manque de la part de la gauche française ?

Riwadi Saïdi : Malheureusement en France, que ce soit dans les gouvernements de droite comme de gauche, la Françafrique arrange tout le monde. À droite comme à gauche, maintenir les intérêts économiques et stratégiques de la France prime sur le droit international et les droits humains. C’est sous Mitterrand que la France s’est rendue complice du génocide des Tutsis au Rwanda. Hollande, comme Sarkozy avant lui et comme Macron après lui, était lui aussi un allié des dictateurs africains. C’est une grave faute politique. On ne peut pas en 2023 ne pas remettre en question le statut colonial de Mayotte mais aussi des autres départements et territoires colonisés. On l’a vu ailleurs qu’à Mayotte, en Kanaky-Nouvelle-Calédonie où les Kanaks étaient majoritairement pour l’indépendance et ont boycotté largement le dernier référendum. Malgré un taux de participation de 43,9 % au 3ème et dernier référendum, Macron a reconnu les résultats comme si de rien n’était. Ce n’est pas sérieux.

Pour revenir à Mayotte, on ne peut pas se contenter de dénoncer les politiques répressives du gouvernement sans parler des raisons qui rendent cette politique répressive possible. Si aujourd’hui Darmanin peut se permettre d’envoyer du matériel et des renforts humains à Mayotte pour mener cette action violente, c’est parce que la France a conservé sous son autorité des territoires disséminés un peu partout dans le monde. Cette autorité date de l’époque coloniale et elle persiste encore aujourd’hui.


Facebook Twitter
Invasion de Rafah : une nouvelle étape dans le génocide des Palestiniens

Invasion de Rafah : une nouvelle étape dans le génocide des Palestiniens

Criminalisation des militants pour la Palestine : l'autre face du soutien au génocide d'Israël

Criminalisation des militants pour la Palestine : l’autre face du soutien au génocide d’Israël

Palestine : 49 étudiants de Yale interpellés, la colère s'étend à de nombreuses facs américaines

Palestine : 49 étudiants de Yale interpellés, la colère s’étend à de nombreuses facs américaines

Génocide à Gaza. La mobilisation du peuple jordanien montre la voie

Génocide à Gaza. La mobilisation du peuple jordanien montre la voie

Argentine : la jeunesse entre massivement en lutte contre Milei et l'austérité

Argentine : la jeunesse entre massivement en lutte contre Milei et l’austérité

Les milices de colons et l'armée israélienne mènent plusieurs raids sanglants en Cisjordanie

Les milices de colons et l’armée israélienne mènent plusieurs raids sanglants en Cisjordanie

28 salariés de Google licenciés pour avoir dénoncé le génocide en Palestine

28 salariés de Google licenciés pour avoir dénoncé le génocide en Palestine

Veto à l'adhésion de la Palestine à l'ONU, ou l'hypocrisie des Etats-Unis sur les « deux États »

Veto à l’adhésion de la Palestine à l’ONU, ou l’hypocrisie des Etats-Unis sur les « deux États »