×

Répression

Solidarité avec les militants écologistes de Sainte Soline condamnés à de la prison avec sursis !

Ce mercredi, trois militants écologistes ont été condamnés à de la prison avec sursis et six à des amendes lourdes pour l’organisation de manifestations contre les méga-bassines à Sainte Soline. Solidarité face à la répression et à l’acharnement judiciaire !

Lorélia Fréjo

18 janvier

Facebook Twitter
Solidarité avec les militants écologistes de Sainte Soline condamnés à de la prison avec sursis !

Photo : Soulèvements de la Terre sur X

Ce mercredi, neuf militants écologistes passaient en procès au tribunal correctionnel de Niort pour l’organisation de manifestations contre les méga-bassines à Sainte Soline. A l’issue du procès, trois d’entre eux ont été condamnés à de la prison avec sursis et six autres à de lourdes amendes et à des interdictions de territoire.

Parmi eux, des figures connues du mouvement écologiste comme Julien Le Guet, porte-parole du collectif Bassine Non Merci et militant historique de la lutte contre les méga-bassines. Comme le relate le journal 20 minutes, Julien le Guet « a été condamné à douze mois avec sursis, conformément aux réquisitions, et à une interdiction de paraître à Sainte-Soline et Mauzé-sur-le-Mignon (Deux-Sèvres) pendant trois ans ». Une condamnation symbolique de la répression subie par les écologistes et de l’acharnement policier en direction du militant. En juin dernier, après une énième convocation policière, malgré une paralysie faciale, il avait déclaré : « on ne s’habitue pas à l’acharnement surtout quand on se bat pour le vivant ». Pour cause, l’obstination de l’État contre ce militant courageux a pris toutes les formes, blessé par un coup de matraque lors d’une manifestation en 2022, il avait déjà été convoqué plusieurs fois par la police de Niort depuis la manifestation de mars à Sainte Soline, et même placé en garde à vue en octobre dernier avant donc de subir désormais la répression judiciaire.

Le tribunal de Niort a également condamné à neuf mois de prison avec sursis Basile Dutertre, et à six mois de prison avec sursis Benoît Feuillu, tous deux militants du collectif les Soulèvements de la Terre. Par ailleurs, six autres militants dont des syndicalistes de la CGT et de Solidaires, des militants de la Confédération Paysanne, ont été condamnés à de lourdes amendes, dont le montant total « avoisine les 20 000 euros » comme l’explique le communiqué des Soulèvements. On y apprend également que « des interdictions de territoire de 3 ans ont été prononcées pour tous les prévenus qui ne résident pas dans les Deux Sèvres ».

Ces peines visent clairement à empêcher ces militants de participer à de nouveaux mouvements dans les prochaines années et à intimider. Elles font suite à des mois d’acharnement répressif contre les militants anti-bassines. En effet, le gouvernement a d’abord utilisé sa police pour terroriser les manifestants de Sainte Soline en mars, faisant des dizaines de blessés. Ensuite, Darmanin s’est attaqué au collectif les Soulèvements de la Terre en lançant un processus pour sa dissolution. Désormais, c’est la justice qui poursuit l’acharnement, quelques mois après les arrestations brutales et la condamnation d’un militant à 10 mois de prison ferme en juin dernier par le même tribunal de Niort.

Ces nouvelles condamnations ont un caractère historique en ce que la répression judiciaire s’attaque également à des militants syndicaux et vise les organisateurs d’une manifestation. Comme l’explique le communiqué des Soulèvements, il s’agit toujours du même procédé : « le juge de Niort a choisi de se soumettre à l’intimidation politique et de condamner pour l’exemple quelques-unes des voix de ce mouvement pour tenter d’étouffer les autres ». Alors que ces attaques contre des militants écologistes s’inscrivent dans une conjoncture réactionnaire où tous les secteurs sont attaqués par le renforcement autoritaire du gouvernement, il est essentiel de faire front et de se mobiliser contre cette répression. Nous apportons toute notre solidarité aux militants condamnés, qui se battent simplement pour la justice climatique et contre l’accaparement de l’eau.


Facebook Twitter
Toulouse. Le 21 avril, tous à la manifestation contre l'A69 et son monde

Toulouse. Le 21 avril, tous à la manifestation contre l’A69 et son monde

Défaire le mythe de la transition énergétique

Défaire le mythe de la transition énergétique

Acheter les actions de Total pour sauver la planète ? La nouvelle trouvaille d'EELV pour les européennes

Acheter les actions de Total pour sauver la planète ? La nouvelle trouvaille d’EELV pour les européennes

Sainte-Soline : sept militants condamnés pour leur opposition aux méga-bassines, solidarité !

Sainte-Soline : sept militants condamnés pour leur opposition aux méga-bassines, solidarité !

Action contre Lafarge : l'Etat mobilise à nouveau l'anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

Action contre Lafarge : l’Etat mobilise à nouveau l’anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

Catastrophe capitaliste. 57 entreprises responsables de 80 % du CO2 émis depuis les accords de Paris

Catastrophe capitaliste. 57 entreprises responsables de 80 % du CO2 émis depuis les accords de Paris

« De l'eau, pas des puces » : à Grenoble, la lutte écologique s'attaque aux industries de la micro-électronique

« De l’eau, pas des puces » : à Grenoble, la lutte écologique s’attaque aux industries de la micro-électronique

Vote de la loi contre les polluants éternels : une « victoire historique », vraiment ?

Vote de la loi contre les polluants éternels : une « victoire historique », vraiment ?