×

Palestine

S’organiser pour soutenir la Palestine : créer partout des comités de soutien dans les universités !

Les bombardements israéliens ont tué plusieurs milliers de Palestiniens dans la Bande de Gaza. Malgré la répression du gouvernement, de nombreux rassemblements ont eu lieu pour soutenir le peuple palestinien. Dans plusieurs universités du pays, des comités de soutien à la Palestine se structurent pour élargir la mobilisation.

Jahan Lutz


et Le Poing Levé

27 octobre 2023

Facebook Twitter
Audio
S'organiser pour soutenir la Palestine : créer partout des comités de soutien dans les universités !

Depuis le 7 octobre, le gouvernement israélien mène des bombardements meurtriers sur la Bande de Gaza, tuant plus de 7000 Palestiniens dont plus de 2000 enfants. Le gouvernement israélien a également coupé l’électricité, la fourniture de carburant et d’eau à Gaza depuis le 9 octobre. Un état de siège qui affame les Gazaouis.

De leur côté, l’ensemble des puissantes impérialistes occidentales, des Etats-Unis à l’Allemagne, en passant par la France et l’UE se sont alignées sur le « soutien inconditionnel » à Israël face au peuple palestinien. Cette semaine encore, Macron rencontrait Netanyahou, le premier ministre d’extrême-droite sioniste à la tête du gouvernement israélien, et réaffirmait son soutien à Israël, jusqu’à en appeler à une coalition internationale pour le soutenir militairement. Une fois de plus, les puissances impérialistes portent un soutien complice à la politique coloniale et répressive de l’État d’Israël.

En France, le gouvernement Macron a réprimé toute forme de soutien au peuple palestinien, interdit les rassemblements, interpellé des militants syndicaux comme le secrétaire général de l’UD Nord pour « apologie du terrorisme », et s’adonne à une véritable chasse aux sorcières des soutiens à la Palestine dans les universités. Pourtant, malgré la criminalisation des dizaines de milliers de personnes ont exprimé leur solidarité avec le peuple palestinien, avec un rassemblement qui a réunit plus de 30 000 personnes à Paris ce 22 octobre.

Dans les facs également, la solidarité s’organise. Alors que la ministre de l’enseignement supérieur cherche à faire taire tout soutien à la Palestine, des initiatives de solidarité ont fleuri partout sur le territoire. À Lille et Rennes, des étudiants ont déployé des banderoles. À Toulouse, ce sont plus de 400 personnes qui se sont rassemblées en solidarité des Palestiniens à l’Université du Mirail. A l’international également,outre les manifestations très importantes, la mobilisation commence à se structurer dans une série d’universités, notamment en Europe. À Madrid et Barcelone, par exemple, une mobilisation étudiante internationaliste était organisée le 26 octobre contre le massacre colonial à Gaza.

Pour la création de comités de soutien à la Palestine partout dans le pays !

À Paris, Toulouse, Bordeaux ou encore Montpellier, des comités de soutien à la Palestine se structurent. À Toulouse, le comité qui a été appelé par huit organisations étudiantes a réuni 100 personnes ce mercredi 25 octobre. Le comité a été l’occasion de débattre de la situation en Palestine, alors que Macron venait de se rendre en Israël. Entre autres activités, le comité de solidarité a voté la création d’une commission « cinéma » pour organiser des projections sur la Palestine.

À l’université de Paris, ce sont 40 étudiants qui se sont réunis. Aux côtés d’un master de genre qui a organisé une semaine de mobilisation sur la Palestine, avec des projections, des collages d’affiches, les étudiants ont décidé de se joindre à la mobilisation pour la Palestine ce samedi à Châtelet à Paris à 14 heures.

À l’Université de Saint-Denis en région parisienne, ce sont plus de 100 étudiants et personnels de la fac qui se sont rassemblés jeudi 26 octobre en soutien au peuple palestinien, à l’appel de cinq organisations étudiantes. Toute la semaine, Le Poing Levé avait organisé un « espace Palestine » dans le Hall de l’université, où les étudiants ont pu déployer leur créativité pour faire entendre cette solidarité, au travers d’affichage de poèmes palestiniens, de réalisation de fresques, d’échange politiques sur la situation, de partage d’articles, etc.

Des comités qui permettent de s’engager concrètement contre le massacre en cours à Gaza, et en soutien à la lutte du peuple palestinien contre l’oppression coloniale. Alors que le gouvernement tente de réprimer toute voix de solidarité avec la Palestine, ces comités sont essentiels pour faire entendre cette voix dans les universités et au-delà. En effet, le mouvement étudiant a un rôle à jouer dans la situation. Historiquement, celui-ci a joué un rôle clé pour s’opposer aux politiques de l’impérialisme français. Par exemple, lors de la guerre du Vietnam, des comités de soutien ont fleuri dans des dizaines d’universités en solidarité avec la lutte de libération nationale au Vietnam. Ils ont participé d’une vague de protestation internationale dans le monde entier et notamment en Europe, contre cette guerre impérialiste, et ont notamment débouché sur de grandes manifestations qui ont contribué à mettre à la défensive les États-Unis et leurs alliés, alors engagés dans une guerre sanglante contre la résistance vietnamienne.

Aujourd’hui, face à un gouvernement complice des crimes de l’Etat d’Israël, il est nécessaire de reconstruire une tradition anti-impérialiste dans les universités. Les comités de soutien, espaces ouverts à toutes et tous, doivent être des lieux qui permettent de construire par en bas la mobilisation contre le gouvernement Macron. D’autant plus que celui-ci se saisit de la situation en Palestine pour renforcer une offensive sécuritaire et répressive, qui risque de se répercuter in fine sur les mobilisations étudiantes et le mouvement social.

Afin d’amplifier la mobilisation pour s’opposer aux bombardements à Gaza, et s’opposer à l’offensive autoritaire du gouvernement, il faut structurer des comités partout, avec l’appui des organisations d’étudiants et de personnels qui soutiennent la cause palestinienne !


Facebook Twitter
Répression de l'activité politique étudiante à Nanterre : un front dénonce la politique de la Présidence

Répression de l’activité politique étudiante à Nanterre : un front dénonce la politique de la Présidence


Université du Mirail : tout comprendre à la suppression des rattrapages

Université du Mirail : tout comprendre à la suppression des rattrapages

Ouverture de la plateforme Mon Master : top départ pour les Hunger Games étudiants

Ouverture de la plateforme Mon Master : top départ pour les Hunger Games étudiants


Lycée Ravel : la direction menace de modifier les bulletins scolaires des élèves qui bloquent

Lycée Ravel : la direction menace de modifier les bulletins scolaires des élèves qui bloquent

Austérité : le « gouvernement des jeunes » nous promet plus de précarité et (encore) moins d'écologie

Austérité : le « gouvernement des jeunes » nous promet plus de précarité et (encore) moins d’écologie


« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants