×

Siamo tutti antifascisti !

Rassemblement fasciste à Rome : des groupuscules français parmi les participants

Ce dimanche, plusieurs centaines de néofascistes, parmi lesquels on comptait plusieurs français, se sont rassemblés à Rome pour commémorer la mort de deux fascistes italiens. Face à la décomplexion de l’extrême-droite, les organisations politiques et syndicales doivent faire front !

Benoit Barnett

10 janvier

Facebook Twitter
Rassemblement fasciste à Rome : des groupuscules français parmi les participants

Capture d’écran de la vidéo partagée par le journaliste italien Paolo Berizzi

Les images ont fait le tour des réseaux ce week-end. Plusieurs centaines de néofascistes se sont rassemblés dans la capitale italienne devant l’ancien siège du Mouvement Social Italien, groupe fondé en 1946 par des militants issus du fascisme italien, dans un hommage à deux militants fascistes morts en 1978. Alignés et habillés de noir, les militants d’extrême se sont exécutés à opérer, au milieu des saluts fascistes, une « chorégraphie qui rappelle celle des chemises noires de Mussolini » selon Libération.

Au milieu de tous les nazillons présents sur place, la presse italienne a identifié des proches de l’actuelle présidente italienne, Giorgia Meloni, notamment le vice-président de la Chambre des députés, Fabio Rampelli, venu serrer des mains, qui a pourtant déclaré : « Ce sont des chiens égarés, ils n’ont rien à voir avec Fratelli d’Italia » (le mouvement de Giorgia Meloni). Une tâche d’encre donc, pour le parti au pouvoir.

Parmi les groupuscules italiens, des néofascistes bien de chez nous étaient de la partie. En effet, selon Arthur Weil-Rabaud et Daphné Deschamps, deux journalistes de StreetPress, plusieurs groupuscules français ont traversé les Alpes pour renforcer les rangs de leurs camarades italiens, un déplacement qui est fait chaque année pour une commémoration glauque. On retrouve, parmi les plus notables, des membres de la « GUD Connection », de Génération Identitaire, du RED d’Angers, des fémonationalistes de Némésis ainsi que Xavier Maire, auteur d’un recueil de témoignages de SS. Ambiance.

Concernant le RED Angers, un des militants présents, Aurélien Flottes, s’est illustré dans l’attaque d’une manifestation contre les violences policières suite au meurtre du jeune Nahel par la police. A ce moment-là, un militant italien du mouvement Casa Pound, organisateur du rassemblement romain, a été identifié dans le regroupement, armé d’une batte de baseball. Les liens entre les groupuscules d’extrême-droite français et les néofascistes italiens sont donc bien installés.

À eux se sont ajoutés des membres aixois de Tenesoun, ex-Bastion Social, comme Lenny T., connu pour avoir attaquer une distribution alimentaire à l’université d’Aix-en-Provence à coup de manche de pioche, après avoir fait des saluts de Kühnen, un signe à trois doigts utilisé pour contourner les législations interdisant le salut nazi. Selon StreetPress, en 2022, il participait à un pèlerinage en Espagne au pied de la tombe de Franco et du fondateur de la Phalange espagnole. Ce voyage a été l’occasion de démontrer une haine anti-LGBT en brûlant un drapeau arc-en-ciel dans les rues de Madrid, aussi agrémenté d’un salut à trois doigts et d’un signe suprémaciste blanc « White Power ».

Après le passage de la loi immigration ou encore la nationalisation de l’affaire de Crépol l’année dernière, les groupuscules fascistes français se sentent pousser des ailes, et tout cela avec l’assentiment du gouvernement français. La démonstration nauséeuse de Rome est un signal d’alarme que l’ensemble du mouvement ouvrier doit entendre et s’organiser contre nos gouvernements, la droite et l’extrême-droite, à l’image des 500 000 personnes rassemblées en novembre dernier suite au féminicide Giulia Cecchetin pour protester contre le gouvernement d’extrême-droite de Meloni. Nous regardons de l’autre côté des Alpes, oui, mais contrairement aux néo-nazis français, pour prendre exemple sur les grévistes italiens qui ont été plusieurs milliers à se mobiliser contre Meloni et tout ce qu’elle incarne. Seule une riposte d’ensemble du mouvement ouvrier, des jeunes et des féministes pourra mettre un frein à la montée de l’extrême-droite en Europe, permise par les gouvernements en place.


Facebook Twitter
Invasion de Rafah : une nouvelle étape dans le génocide des Palestiniens

Invasion de Rafah : une nouvelle étape dans le génocide des Palestiniens

Criminalisation des militants pour la Palestine : l'autre face du soutien au génocide d'Israël

Criminalisation des militants pour la Palestine : l’autre face du soutien au génocide d’Israël

Palestine : 49 étudiants de Yale interpellés, la colère s'étend à de nombreuses facs américaines

Palestine : 49 étudiants de Yale interpellés, la colère s’étend à de nombreuses facs américaines

Génocide à Gaza. La mobilisation du peuple jordanien montre la voie

Génocide à Gaza. La mobilisation du peuple jordanien montre la voie

Argentine : la jeunesse entre massivement en lutte contre Milei et l'austérité

Argentine : la jeunesse entre massivement en lutte contre Milei et l’austérité

Les milices de colons et l'armée israélienne mènent plusieurs raids sanglants en Cisjordanie

Les milices de colons et l’armée israélienne mènent plusieurs raids sanglants en Cisjordanie

28 salariés de Google licenciés pour avoir dénoncé le génocide en Palestine

28 salariés de Google licenciés pour avoir dénoncé le génocide en Palestine

Veto à l'adhésion de la Palestine à l'ONU, ou l'hypocrisie des Etats-Unis sur les « deux États »

Veto à l’adhésion de la Palestine à l’ONU, ou l’hypocrisie des Etats-Unis sur les « deux États »