×

Pétition

Non au jumelage de Bordeaux avec Ashdod, ville israélienne qui bloque l’aide humanitaire vers Gaza !

La ville israélienne d'Ashdod, jumelée historiquement avec Bordeaux, bloque depuis plusieurs mois l'aide humanitaire à destination de Gaza. Nous relayons une pétition pour mettre fin à ce jumelage.

Jiro Shigi

23 février

Facebook Twitter
Non au jumelage de Bordeaux avec Ashdod, ville israélienne qui bloque l'aide humanitaire vers Gaza !

Crédits photo : capture d’écran TRT World, blocage du port d’Ashdod par des manifestants israéliens

Depuis 1984, la ville de Bordeaux est jumelée avec la ville israélienne d’Ashdod, située à 30 kilomètres au nord de Gaza. Un jumelage qui pose plus que jamais problème alors que le port de la ville bloque depuis plusieurs jours le passage de l’aide humanitaire de l’ONU vers Gaza. En effet ce 13 février 2024, le ministre d’extrême droite des finances israéliennes, Bezalel Smotrich, a confirmé le blocage de plus de 1000 conteneurs de riz, d’huiles, de pois chiches, de sucres ou encore farines à destination de Gaza où la population fait face à une véritable famine.

Des blocages soutenus par des manifestants israéliens qui empêchent les camions d’avancer, alors que ces provisions sont normalement à destination de Rafah et ses environs où près de 1,5 million de palestiniens sont entassés et pris en étau. Ce blocage, justifié par la volonté « d’empêcher que l’aide ne parvienne au Hamas » et par l’ignoble campagne contre l’UNRWA, s’inscrit dans la politique de nettoyage ethnique dans la bande de Gaza que mène le gouvernement de Netanyahu depuis le 7 octobre. Celle-ci combine les bombardements incessants, raids militaires et blocages des aides humanitaires, condamnant la population à une situation de misère absolue.

Construite en 1956 sur les ruines du village palestinien d’Isdud, détruit durant la Nakba, et dont les 4000 habitants se sont réfugiés à Gaza, Ashdod joue ainsi un rôle central dans la politique génocidaire d’Israël. Alors que Bordeaux est jumelée avec la Ashdod depuis 1984, qualifiée de « ville sœur » par l’ancien maire de Bordeaux Alain Juppé, le silence de l’actuelle mairie EELV de Bordeaux est profondément scandaleux. Si la ville girondine entend adopter une position équidistante entre la Palestine et l’État sioniste, notamment au travers d’un « accord de coopération » signé avec Ramallah en 2007, la guerre que mène actuellement Israël contre l’existence palestinienne vient démontrer une nouvelle fois qu’une telle position est intenable. Encore plus alors que la Cour Internationale de Justice a reconnu un risque de génocide à Gaza.

Avec seulement un tweet le 17 novembre sur la situation à Gaza, affirmant que «  chaque jour amène de nouvelles souffrances pour des populations civiles innocentes  » et appelant à «  un cessez-le-feu, à faire taire les armes pour retrouver le chemin de la paix  », le silence général du maire EELV démontre au final son soutien à ce que les puissances impérialistes appellent «  le droit d’Israël à se défendre  ». Une position qui, plus que de dénaturer la réalité coloniale de l’État d’Israël, participe à criminaliser le soutien à la Palestine.

Dans ce cadre, il est urgent de poursuivre le mouvement de solidarité internationale avec la Palestine. Pour mettre fin au génocide des gazaouis et à la colonisation de la Palestine, il va falloir étendre la mobilisation. Localement nous ne pouvons également pas rester silencieux, il est important de revendiquer la fin du jumelage entre Bordeaux et Ashdod. C’est dans ce sens que nous relayons la pétition du Comité Action Palestine pour mettre fin à ce jumelage.


Facebook Twitter
Anasse Kazib convoqué par la police : « une procédure politique contre des dizaines de soutiens de Gaza »

Anasse Kazib convoqué par la police : « une procédure politique contre des dizaines de soutiens de Gaza »

Jeux Olympiques : le budget explose pendant que le gouvernement prépare l'austérité

Jeux Olympiques : le budget explose pendant que le gouvernement prépare l’austérité

L'université de Lille annule la conférence de LFI sur la Palestine après une campagne autoritaire

L’université de Lille annule la conférence de LFI sur la Palestine après une campagne autoritaire

100 jours d'Attal : la dette et les européennes réactivent le spectre de la crise politique

100 jours d’Attal : la dette et les européennes réactivent le spectre de la crise politique

Un an de prison avec sursis pour avoir soutenu la Palestine : exigeons la relaxe pour Jean-Paul Delescaut !

Un an de prison avec sursis pour avoir soutenu la Palestine : exigeons la relaxe pour Jean-Paul Delescaut !

Conférence de LFI interdite par l'Etat : une censure politique en pleine campagne des européennes

Conférence de LFI interdite par l’Etat : une censure politique en pleine campagne des européennes

Jeux olympiques : l'État jette à la rue 450 migrants hébergés à Vitry

Jeux olympiques : l’État jette à la rue 450 migrants hébergés à Vitry

 « Dette » et « guerre » : double matraquage et attaques en préparation

« Dette » et « guerre » : double matraquage et attaques en préparation