×

Génocide

Manifestations, occupations : le mouvement pour la Palestine se renforce en Italie

À Rome, Naples, Pise ou Milan, le soutien à la Palestine prend de l'ampleur dans les universités italiennes. A l'occasion de la journée de grève nationale du 17 novembre appelée par les syndicats, la jeunesse a profité de cette mobilisation pour exprimer sa solidarité avec le peuple palestinien.

Lisa Delisle

21 novembre 2023

Facebook Twitter
Audio
Manifestations, occupations : le mouvement pour la Palestine se renforce en Italie

Après des semaines de mobilisation en soutien au peuple palestinien, le mouvement s’ancre dans les universités. Après une première occupation de l’université de Naples-L’Orientale le 6 novembre dernier, plusieurs autres universités ont rejoint le mouvement avec des occupations de lieux d’études, et des actions dans les lycées, comme à Rome pour « envoyer un message de solidarité au peuple palestinien ».

Les élèves du lycée Pilo Albertelli, membres du mouvement étudiant Opposizione Studentesca d’Alternativa (OSA), ont ainsi occupé leur établissement, afin d’ exprimer une « une pensée particulière pour ceux de nos pairs qui devraient être à l’école mais ne le peuvent pas parce qu’ils sont soumis à des bombardements incessants ».

À Macerata, dans le centre de l’Italie, la manifestation de soutien qui s’est déroulée le 16 octobre s’est également terminée par l’occupation de la faculté de philosophie. Les étudiants expliquent répondre à l’appel lancé par l’université de Birzeit le 23 octobre dernier appelant à se mobiliser dans toutes les universités contre le génocide mené par l’Etat d’Israel avec la complicité des gouvernements impérialistes. « Montrer notre solidarité et notre soutien à ceux qui subissent la violence du colonialisme israélien sur leur peau depuis plus de 75 ans est plus important que n’importe quel cours ou activité académique. La seule leçon que nous jugeons indispensable aujourd’hui est celle que le peuple palestinien donne au monde depuis plus d’un mois » expliquent les étudiants de Macerata dans un communiqué. À ce titre, ils exigent le retrait immédiat de leur université du projet Trust, qui implique la participation à un programme d’échange académique avec des universités israéliennes (le ONO Academic College).

4000 enseignants-chercheurs appellent à un cessez-le-feu

En plus de la mobilisation étudiante, plus de 4000 universitaires italiens ont signé un appel à un cessez-le-feu. Ils estiment qu’il est de leur « devoir individuel, communautaire et académique » de se dissocier des positions du gouvernement italien, dont la première ministre d’extrême droite Georgia Meloni affiche un soutien inconditionnel aux agissements d’Israël depuis le 7 octobre.

La tribune dénonce la crise humanitaire causée par les attaques d’Israël sur la bande de Gaza, l’occupation illégale d’Israël imposée aux Palestiniens depuis 75 ans et appelle à mettre fin à la collaboration entre les universités italiennes et israéliennes. Les universitaires dénoncent également l’atteinte à la liberté d’expression du gouvernement italien contre les discours de solidarité envers la Palestine et demandent « la garantie du droit des étudiants des universités italiennes à débattre, et que soient encouragés les moments de débat et de discussion au sein des universités ».

« De l’argent pour l’éducation, pas pour la guerre »

Les mouvements de solidarité avec la Palestine en Italie se combinent aux revendications étudiantes à l’intérieur du pays. Ce vendredi 17 novembre une journée de grève nationale a été appelée par les syndicats contre le budget 2024 du gouvernement Meloni qui prévoit d’importantes mesures d’austérité. Une date qui correspond également à la journée de soutien à la Palestine prévue par les étudiants. Ces derniers ont répondu massivement à cet appel autour du mot d’ordre « De l’argent pour l’éducation, pas pour la guerre », dénonçant à la fois le soutien assumé de l’Italie à Israël, et la subordination des universités italiennes au secteur privé dans un contexte de casse du service public.

De nombreuses manifestations étudiantes ont eu lieu ce vendredi aux couleurs de la Palestine, comme à Milan, réunissant plus de 1000 étudiants, ou encore à Turin où les 500 étudiants du cortège « pour la Palestine et contre la réforme de l’école » se sont fait fortement réprimer par la police.

À Pise, des étudiants du Collettivo Autonomo Universitario ont déployé un drapeau palestinien géant depuis le sommet de la célèbre tour pour réclamer le cessez-le-feu et appellent à poursuivre la mobilisation dans des assemblées étudiantes, « pour discuter et construire ensemble la solidarité que notre ville peut et doit apporter au peuple palestinien ».

Une action symbolique impressionnante, qui montre la force du mouvements de solidarité avec la Palestine, le plus important depuis la guerre en Irak en 2003, et qui marque en Italie, mais aussi aux Etats-Unis et en Espagne, le retour de revendications anti-impérialistes dans le mouvement étudiant, rappelant le soutien pour le Vietnam qui avaient secoué les universités dans les années 1960. Pour imiter l’exemple des étudiants italiens, le mouvement commence également à se structurer en France, avec la tenue de comités Palestine dans de nombreuses facs et une date nationale prévue pour le 29 novembre, à l’appel de la première AG Palestine interfacs en Ile-de-France qui a rassemblé 350 personnes venues d’une dizaine d’universités.


Facebook Twitter
Ce que nous disent les flashs des photographies de Tsahal

Ce que nous disent les flashs des photographies de Tsahal

Un soldat américain s'immole à Washington pour protester contre le génocide à Gaza

Un soldat américain s’immole à Washington pour protester contre le génocide à Gaza

Argentine. Grèves enseignantes, aéroports bloqués : une rentrée sous le signe de la mobilisation

Argentine. Grèves enseignantes, aéroports bloqués : une rentrée sous le signe de la mobilisation

Crise de régime en Argentine : les tensions avec les gouverneurs fragilisent Milei

Crise de régime en Argentine : les tensions avec les gouverneurs fragilisent Milei


La guerre sans fin : Israël resserre son étau sur Rafah

La guerre sans fin : Israël resserre son étau sur Rafah

Guinée. Deux jeunes tués : le mouvement de grève générale réprimé par la junte

Guinée. Deux jeunes tués : le mouvement de grève générale réprimé par la junte

Aide à l'Ukraine : comment les budgets militaires s'envolent en Europe

Aide à l’Ukraine : comment les budgets militaires s’envolent en Europe

Démission du gouvernement palestinien : la guerre attise la crise de l'Autorité palestinienne

Démission du gouvernement palestinien : la guerre attise la crise de l’Autorité palestinienne