×

A69

Manif des élus pour l’A69 : un front au service de la répression et d’un projet écocidaire

Le vendredi 8 mars, des élus locaux se sont réunis pour dénoncer l’occupation de la ZAD de la Crem’arbre, dernier lieu d’occupation sur le trajet de l’A69. Un discours pour passer en force sur ce projet écocidaire en s'attaquant aux manifestants réprimés.

Joseph Chapron

12 mars

Facebook Twitter
Manif des élus pour l'A69 : un front au service de la répression et d'un projet écocidaire

Crédit photo : Christophe Ramond sur X

Une centaine d’élus se sont réunis ce vendredi à Saïx, petite commune du sud du Tarn, pour condamner les actions des militants opposés à la construction l’autoroute A69. Les discours qualifiaient les militants de « délinquants », contre lesquels « l’état de droit doit triompher ». Il s’agit de menaces à peine déguisées contre les « écureuils », les occupant·es de la ZAD du Crem’arbre.

Ce discours s’attaque aux militants qui ont subi une répression particulièrement violente lors du weekend du 18 février. Une répression si forte que le rapporteur des nations unies Michel Forst a demandé à l’État Français d’assurer la protection des militants au vu de la gravité des observations d’utilisations de grenades lacrymogènes, de coups contre les manifestants, de privations de sommeil délibérées par les forces de l’ordre ainsi que l’entrave à l’accès à de la nourriture et à de l’eau potable des semaines durant.

Michel Vilbois, préfet du Tarn, s’en est pris aux écologistes : « L’intimidation, le mensonge, la violence. Osons dire que c’est un projet politique qui, dans l’histoire de la République, dans l’histoire de l’Europe, a un nom. Osons les dénoncer. ». C’est pourtant lui, et non les militant·es, qui a employé des méthodes brutales de répression, en prétextant avoir « reçu comme mandat de construire l’A69 ». Le weekend du 18 février à la Crem’arbre, ce sont sous les ordres du préfet que la police a versé de l’essence et brûlé les affaires des occupant·es, à quelques mètres d’eux et des arbres.

Le président du conseil départemental du Tarn, Christophe Ramond, a lui repris à son compte le terme « éco-terroriste » qu’utilisait Darmanin contre les militant·es de Sainte-Soline, visant les occupant·es de la ZAD. L’élu du Parti Socialiste a comparé les militants écologistes à des « terroristes verts » et compte « sur l’État pour mettre fin à cette guérilla organisée et enfin libérer cette zone de non-droit » comme le rapporte le média local, le journal d’ici. Un honteux appel à la répression contre les opposant·es à un projet écocide. Le président du conseil départemental s’est également attaqué à la militante écologiste Greta Thunberg, qui a été présente sur la ZAD, l’appelant « Greta Machin » et la qualifiant de « touriste suédoise ».

Ramond avait rédigé en octobre dernier un communiqué avec le sénateur Philippe Folliot, défendant les aspects économiques et pseudo-écologiques du projet de l’A69. Ce dernier, président de l’Alliance centriste a déclaré lors de la manifestation « si l’Etat lâche ici, nous ne serons plus en démocratie ». Il est également candidat aux élections européennes, tête de liste de « Ruralités, l’avenir dans le bon sens », et défend notamment la chasse à courre ou la corrida, et veut retirer le loup des espèces protégées. Ce sénateur a également appelé à faire liste commune avec le Président de la fédération des Chasseurs, Willy Schraen, soutien d’Emmanuel Macron et de politiques anti-écologistes.

La « démocratie » à laquelle appellent ces élus ne tient en compte que les intérêts des grandes entreprises, comme l’entreprise pharmaceutique Pierre-Fabre qui a fait du lobbying pour le projet de l’A69, au mépris de la biodiversité et des besoins de la population locale. Le gouvernement profite par ailleurs de la contestation contre les projets d’infrastructures écocidaires pour expérimenter des nouveaux outils de répression, à l’image des blindés « Centaures » au prix de 770 000€ par engin, qui utilisent du gaz lacrymogène et disposent de lance-grenades automatiques. Une expérimentation qui augure de nouvelles formes quasi-militaires de répression dans les prochains mouvements sociaux pour les années à venir. Nous restons solidaires des militant·es réprimés et dénonçons l’expulsion de la ZAD de la Crem’arbre.


Facebook Twitter
Les ingénieurs face à la crise écologique, cause ou solution ?

Les ingénieurs face à la crise écologique, cause ou solution ?

Acheter les actions de Total pour sauver la planète ? La nouvelle trouvaille d'EELV pour les européennes

Acheter les actions de Total pour sauver la planète ? La nouvelle trouvaille d’EELV pour les européennes

InVivo, derrière la coopérative « verte », un géant de l'agrobusiness anti-syndicats et anti-écolo

InVivo, derrière la coopérative « verte », un géant de l’agrobusiness anti-syndicats et anti-écolo

Défaire le mythe de la transition énergétique

Défaire le mythe de la transition énergétique

Victoire ! Relaxe pour les 9 activistes de XR, réprimés suite à une action contre InVivo

Victoire ! Relaxe pour les 9 activistes de XR, réprimés suite à une action contre InVivo

Toulouse. Le 21 avril, tous à la manifestation contre l'A69 et son monde

Toulouse. Le 21 avril, tous à la manifestation contre l’A69 et son monde

Action contre Lafarge : l'Etat mobilise à nouveau l'anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

Action contre Lafarge : l’Etat mobilise à nouveau l’anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

Catastrophe capitaliste. 57 entreprises responsables de 80 % du CO2 émis depuis les accords de Paris

Catastrophe capitaliste. 57 entreprises responsables de 80 % du CO2 émis depuis les accords de Paris