×

Casse sociale

Malgré une activité en hausse, l’industrie du jeu vidéo a déjà licencié 6 300 salariés en 2023

Dans le secteur des jeux vidéos, l'année 2023 marque un record avec l'annonce de 6 300 suppressions d'emplois. Des licenciements par milliers alors que l'activité du secteur se porte très bien avec une année 2023 qui devrait générer 187,7 milliards de dollars de chiffre d'affaire.

Maïa Maros

16 octobre 2023

Facebook Twitter
Malgré une activité en hausse, l'industrie du jeu vidéo a déjà licencié 6 300 salariés en 2023

Crédit photo : Tmaximumge

Fin septembre, l’entreprise Epic Games, maison mère du jeu à succès Fortnite, supprimait 1080 emplois. Si ce plan de licenciement représentait déjà le plus important du secteur cette année, il est loin d’être un cas isolé. En effet, il s’inscrit dans la lignée de multiples annonces de licenciements massifs, recensé par Jordan Fragen, employé de l’entreprise américaine Riot Games via son site.

Selon cette recension, à minima, ce sont 6 383 emplois qui ont été supprimés dans l’industrie des jeux vidéo depuis le début de 2023. La suppression de 16% des effectifs d’Epic Games s’ajoute ainsi à l’annonce en mars dernier du licenciement de 775 employés d’Electronic Arts, détenant le célèbre jeu de football Fifa.

D’autres entreprises emblématiques comme Amazon Games ont annoncé supprimer 535 postes en grande majorité au niveau de la plateforme Twitch. Un autre géant du secteur, Embracer qui détient 138 studios et compte près de 17 000 salariés à travers le monde, a également annoncé de grandes « restructurations » en juin qui impliqueraient la fermeture de studios, l’arrêt de projets et « la réduction des frais généraux ». Pour ce dernier, les annonces se limitent pour l’instant à 296 postes supprimés.

Au total, ce sont 80 entreprises du jeu vidéo qui ont annoncé cette année supprimer des emplois, avec un record de 17 annonces de plan de restructuration pour le seul mois de septembre. Une dynamique mondiale particulièrement violente pour les salariés de l’industrie que le patronat justifie par une baisse de l’activité sur l’année 2022. Un recul de l’activité qui reste malgré tout plutôt logique après une année 2021 où le chiffre d’affaire du secteur a atteint 192,7 milliards de dollars, (la deuxième meilleure année de l’histoire) après la crise Covid et la sortie de nouvelles consoles.

De plus, le recul de l’activité en 2022 reste très temporaire comme le montre les projections des analystes de Newzoo, qui annoncent que le secteur devrait bénéficier d’une croissance de 2.6 % sur l’année 2023. Aussi, la vente des jeux vidéo se maintient à la hausse sur la dernière année avec une augmentation de 5,4%. Ainsi, le patronat du jeu vidéo licencie par milliers avec comme seul objectif de maximiser toujours plus ses profits, cela au détriment des travailleurs qui se retrouvent sur le carreau.

Au-delà de l’industrie des jeux vidéos, ces plans de licenciements massifs s’étendent à tout le secteur de la tech où plus de 240 000 postes ont été supprimés en 2023. Un décompte gigantesque alors que l’année n’est pas terminée. Ces licenciements massifs sont d’autant plus scandaleux que dans le contexte d’inflation généralisé, la perte de ces emplois laisse sans revenus des centaines de milliers de travailleurs, les plongeant eux et leurs familles dans la pauvreté.

Face à cette casse sociale d’ampleur, il y a urgence à ce que les directions du mouvement ouvrier construisent une riposte qui coordonne les salariés des différentes entreprises dans une lutte commune pour interdire les licenciements et imposer le partage du temps de travail. C’est la seule solution pour que les travailleurs n’aient pas à payer les crises et les fluctuations de l’activité économique.


Facebook Twitter
Grève : l'usine Bosch de Mondeville à l'arrêt contre la menace de suppression d'emplois

Grève : l’usine Bosch de Mondeville à l’arrêt contre la menace de suppression d’emplois

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l'éducation

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l’éducation

« C'est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

« C’est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l'éducation

Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l’éducation

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?


Un dirigeant de la CGT convoqué à la gendarmerie pour un collage d'affiches sur une poubelle

Un dirigeant de la CGT convoqué à la gendarmerie pour un collage d’affiches sur une poubelle

Fin de la vidéosurveillance des travailleurs : une première victoire pour les employés des librairies Boulinier

Fin de la vidéosurveillance des travailleurs : une première victoire pour les employés des librairies Boulinier

InVivo : « L'homme le plus puissant de l'agriculture française » n'aime pas les syndicats

InVivo : « L’homme le plus puissant de l’agriculture française » n’aime pas les syndicats