×

Génocide à Gaza

Camouflet pour Israël : la Cour International de Justice reconnait un « risque » génocidaire à Gaza

Pour la première fois, Israël est officiellement reconnu coupable de faire peser le risque d'un génocide à Gaza. Une décision symbolique qui constitue une défaite idéologique importante pour Israël, mais qui ne suffira pas à arrêter son offensive meurtrière.

Hélène Angelou

26 janvier

Facebook Twitter
Camouflet pour Israël : la Cour International de Justice reconnait un « risque » génocidaire à Gaza

Crédit photo : United Nations Photo, CC BY-NC-ND 2.0 Deed.

La Cour internationale de justice de La Haye a rendu un premier verdict à l’encontre d’Israël : elle considère que l’Afrique du Sud a démontré le caractère plausible d’un risque d’actes génocidaires et dénonce la crise humanitaire à Gaza. En conséquence, des mesures conservatoires sont exigées d’Israël, à savoir l’obligation de lutter contre toute incitation au génocide, l’obligation d’autoriser davantage d’aide humanitaire et l’obligation de rendre un rapport dans un mois sur la mise en œuvre de ces mesures.

Ce verdict de la Cour international de justice fait suite à sa saisie le 29 décembre 2023 par l’Afrique du Sud. Il ne concerne pas le fond de l’affaire, à savoir si Israël est oui ou non coupable de pratiques génocidaires, mais les mesures conservatoires d’urgence demandées par l’Afrique du Sud.

Une défaite idéologique pour Netanyahou

Ce verdict constitue un coup dur pour Israël et son premier ministre Netanyahou dont l’argumentaire depuis le début des massacres perpétrés à Gaza consiste à brandir un prétendu droit à se défendre et à déshumaniser les populations gazaouies pour normaliser les massacres et avancer vers un nettoyage ethnique. D’autant plus qu’il intervient à un moment où les massacres de civils à Khan Younes s’amplifient, poussant toujours plus au sud l’exode massif des Palestiniens et alourdissant le nombre de civils tués par l’armée israélienne.

À ce titre, la CIJ écorne l’image d’Israël à l’international et le fragilise. Sa saisie avait ainsi conduit le premier ministre à se délimiter de la frange la plus décomplexée de son gouvernement, issue de l’extrême-droite sioniste et ouvre une brèche dans la lutte en défense de la Palestine. Le Hamas a ainsi salué « un développement important » qui « isole Israël », rapporte Le Monde.

Cette pression pèse également sur les puissances impérialistes qui soutiennent Israël. C’est ce que souligne le juriste Johann Soufi, dans une interview pour L’Humanité, réalisée avant la décision : « C’est la première fois qu’une juridiction se prononcera sur la gravité de ce qui se passe à Gaza, en temps réel. Par ailleurs, si la Cour considère qu’il y a un « risque plausible de génocide » et ordonne des mesures conservatoires, cela entraînera des conséquences à la fois politiques et juridiques pour l’ensemble des Etats de la communauté internationale, par exemple, l’interdiction de continuer à soutenir militairement une opération potentiellement génocidaire. ». L’Union Européenne a ainsi demandé la mise en œuvre immédiate des mesures prises par la CIJ.

La CIJ refuse d’appeler à un cessez-le-feu

Pour autant, l’appel à un cessez-le-feu demandé par l’Afrique du Sud a été rejeté par la CIJ. Celle-ci, tout en reconnaissant la possibilité d’un génocide, refuse ainsi d’ordonner la suspension des combats.

Surtout, bien que ces décisions soient contraignantes du point de vue légal, la CIJ n’a aucunement les moyens d’en imposer l’effectivité. En ce sens, craignant une mesure de cessez-le-feu la veille du verdict, Israël avait déjà indiqué refusé de se conformer à la décision de la cour : « Personne ne nous arrêtera, ni La Haye, ni l’Axe du Mal, ni personne d’autre » avait ainsi déclaré Netanyahou.

Ce verdict de la Cour international de justice démontre ainsi en même temps l’impuissance des institutions internationales à mettre fin au massacre à Gaza, lorsqu’elles n’en sont pas complices. Pour imposer non seulement un cessez-le-feu mais aussi obtenir le droit à l’autodétermination des Palestiniens, c’est la mobilisation des travailleurs et des peuples du monde entier qui est déterminante. Le rendu de la CIJ ouvre une opportunité dont nous devons nous saisir afin de construire le rapport de force nécessaire.


Facebook Twitter
Invasion de Rafah : une nouvelle étape dans le génocide des Palestiniens

Invasion de Rafah : une nouvelle étape dans le génocide des Palestiniens

Criminalisation des militants pour la Palestine : l'autre face du soutien au génocide d'Israël

Criminalisation des militants pour la Palestine : l’autre face du soutien au génocide d’Israël

Palestine : 49 étudiants de Yale interpellés, la colère s'étend à de nombreuses facs américaines

Palestine : 49 étudiants de Yale interpellés, la colère s’étend à de nombreuses facs américaines

Génocide à Gaza. La mobilisation du peuple jordanien montre la voie

Génocide à Gaza. La mobilisation du peuple jordanien montre la voie

Argentine : la jeunesse entre massivement en lutte contre Milei et l'austérité

Argentine : la jeunesse entre massivement en lutte contre Milei et l’austérité

Les milices de colons et l'armée israélienne mènent plusieurs raids sanglants en Cisjordanie

Les milices de colons et l’armée israélienne mènent plusieurs raids sanglants en Cisjordanie

28 salariés de Google licenciés pour avoir dénoncé le génocide en Palestine

28 salariés de Google licenciés pour avoir dénoncé le génocide en Palestine

Veto à l'adhésion de la Palestine à l'ONU, ou l'hypocrisie des Etats-Unis sur les « deux États »

Veto à l’adhésion de la Palestine à l’ONU, ou l’hypocrisie des Etats-Unis sur les « deux États »