×

Solidarité !

Bordeaux. La solidarité avec les énergéticiens réprimés continue de se construire : relaxe immédiate !

Après une première démonstration de solidarité devant le tribunal de Bordeaux, près de 200 personnes étaient réunies devant le siège d’Énedis pour soutenir 3 énergéticiens convoqués par leur direction pour fait de grève. Relaxe immédiate !

Yann Causs

23 novembre 2023

Facebook Twitter
Bordeaux. La solidarité avec les énergéticiens réprimés continue de se construire : relaxe immédiate !

Ce jeudi, près de 200 personnes étaient réunies devant le siège de la direction d’Énedis à Mérignac, à côté de Bordeaux, pour soutenir trois énergéticiens, convoqués par leur direction pour rendez-vous préalable en vue d’un conseil de discipline. Une attaque pour des faits de grève.

Une démonstration de solidarité à laquelle ont pris part des travailleurs d’Énedis, d’EDF, de Regaz, mais également des dockers, des salariés de Dassault, de Stickers ou encore de la santé, à l’appel de la CGT énergie 33. « On est là pour nos collègues en premier lieu, pour qu’ils entendent et voient qu’on ne les lâchera pas », soutient Noé, représentant du personnel CGT énergie.

Parmi ces trois syndicalistes, Christophe et Alex, avaient déjà été convoqués par le tribunal correctionnel ce mardi pour les mêmes raisons. Face à cet acharnement, 800 travailleurs s’étaient rassemblés devant le tribunal pour exprimer leur solidarité, alors que le procureur de la République réclamait 18 mois de prison avec sursis et 2 000 euros d’amende pour les cégétistes.

Entre 10h30, heure de la première convocation, et 12h, celle de la dernière convocation, le rassemblement a décidé d’envahir à trois reprises le bâtiment de la direction, jusque devant la porte des rendez-vous, pour soutenir leurs collègues et mettre la pression sur la direction d’Énedis. Un mouvement spontané des travailleurs qui « a surpris et déstabilisé » la direction d’Énedis, selon les représentants syndicaux qui ont accompagné les syndicalistes réprimés.

Ces derniers ont également informé lors d’une restitution des rendez-vous au rassemblement que les faits reprochés « sont les mêmes que ceux du tribunal, le patron avait une trame avec les faits qui lui sont remontés au 26 octobre par l’avocat d’Énedis ». Il reproche aussi plus largement « toutes les manifestations et actions » qui ont eu lieu durant les manifestations contre la réforme des retraites. À présent, la direction a entre deux jours et un mois pour donner sa réponse, si elle classe le dossier, adresse un blâme ou convoque un conseil de discipline pouvant aller jusqu’au licenciement.

Enfin, tandis que les soutiens rassemblés scandaient vers les bureaux de la direction « classez le dossier », les trois syndicalistes réprimés sont sorti de l’établissement sous les acclamations des personnes présentes. S’en est suivie une longue scène d’accolade et d’émotion, les trois cégétistes se disant soulagés que les convocations soient passées même si la route reste encore longue. À ce titre, Noé s’est ainsi exprimé au micro de Révolution Permanente :

« On subit une répression inédite depuis le mouvement contre la réforme des retraites, aujourd’hui, ce sont 400 syndicalistes dans nos entreprises qui sont concernés ». Plus largement, pour le syndicaliste, « la répression sévit partout où il y a de la gronde et de la contestation, comme on peut le voir avec les soulèvements de la terre dont la dissolution a été retoqué par le Conseil d’État ». Ainsi, pour lui, « il ne faut pas avoir peur, il faut qu’on soit nombreux, unis et qu’on s’insurge contre ce qui se passe ».

Tandis que la solidarité face à la répression continue de s’exprimer, la mobilisation doit se poursuivre et s’étendre. Alors que le gouvernement et le patronat cherchent à marquer au fer rouge de la répression le mouvement ouvrier pour le dociliser, il faut une réponse large, qui aille de la relaxe immédiate de tous les syndicalistes et militants réprimés jusqu’à une riposte d’ensemble, en solidarité avec la Palestine, pour les salaires et contre le cours autoritaire et xénophobe du régime.


Facebook Twitter
SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

Toulouse. Marche blanche en mémoire d'Adrien, employé de l'ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

Toulouse. Marche blanche en mémoire d’Adrien, employé de l’ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs