^

Écologie

Catastrophe climatique

Tempête Fiona en Guadeloupe : 150.000 personnes privées d’eau et un mort après des pluies historiques

Ce vendredi, la Guadeloupe a été frappée par l'ouragan Fiona, faisant un mort et d'importants dégâts. Un phénomène climatique dont la violence devrait s'intensifier du fait du réchauffement, notamment dans les zones tropicales.

lundi 19 septembre

Crédits photo : AFP

Dans la soirée du vendredi 16 septembre, la Guadeloupe a été durement frappée par la tempête tropicale Fiona, causant d’immenses inondations et faisant un mort. Considéré comme le sixième événement cyclonique de la saison sur le bassin atlantique, le centre du cyclone a frôlé l’île de la Désirade avant de toucher Grande-Terre et encore plus durement le sud de l’île. Le cyclone, requalifié en ouragan en raison de l’augmentation de sa violence, a ensuite atteint les côtes de Porto Rico dimanche soir, engendrant des dégâts similaires, et privant le pays d’électricité.

Une fois la tempête passée, la Guadeloupe en mesure désormais les dégâts. C’est dans la commune de Basse-Terre que leur ampleur a été la plus importante : orages, maisons détruites, routes bloquées, inondations monstres amplifiées par les crues des rivières causant la mort d’un habitant emporté avec sa maison par les eaux. Par ailleurs, ces crues ont causé la destruction d’un pont à Goyave et la destruction de nombreuses infrastructures électriques. Les principaux témoignages font état de maisons éventrées remplies de débris et de boues, d’arbres et de voitures entassées qui obstruent les routes.

Crédits photo : AFP

Alors que 150 000 personnes sont actuellement privées d’eau, les dégâts de la catastrophe naturelle vont ainsi fortement peser sur la population de l’île qui souffre déjà d’une situation marquée par l’absence de services publics, des prix exorbitants notamment pour les produits alimentaires et d’une gestion policière et coloniale. Autant d’éléments dénoncés avec force lors du mouvement de l’hiver dernier en Guadeloupe.

Le réchauffement des océans : un facteur d’intensification des tempêtes tropicales

En plus de causer des dégâts considérables, le cyclone met en évidence les effets tragiques du réchauffement climatique. Les pluies relevées en Guadeloupe ont ainsi été qualifiées d’historiques par Météo France. Par endroit, plusieurs mois de pluies sont en effet tombées en quelques heures.

Alors que la température de surface des océans a augmenté de plus de 0,8 °C par rapport à la moyenne sur le XXème siècle, les effets de cette hausse sont donc particulièrement préoccupants. Si le nombre de catastrophes de ce type ne devrait pas augmenter numériquement, de nombreux experts expliquent que le réchauffement des océans, surtout à la surface de ceux-ci, risque d’amplifier fortement la puissance des cyclones et de provoquer des pluies torrentielles d’une plus grande importance encore.

La tempête Fiona laisse donc entrevoir les aspects toujours plus destructeurs du réchauffement climatique, notamment dans les zones tropicales, souvent également en proie à d’importantes inégalités sociales et à une situation de dépendance économique.



Mots-clés

Guadeloupe   /    Catastrophe écologique    /    Réchauffement climatique   /    Écologie   /    International