^

Politique

« 600 euros de butin »

Saisie de chewing-gums, « 10 grammes dans un bosquet » : la comm’ policière tourne au ridicule

Sur Twitter, la Police Nationale se vante, photos à l'appui, de toutes leurs saisies. Deux arrestations pour près de 600 euros de chewing-gums, une opération de lutte contre les stupéfiants pour récolter « 10 grammes de cannabis dans un bosquet »... les coups de comm' ratés se multiplient pour tenter de légitimer la politique sécuritaire

lundi 29 novembre 2021

Dans une publication Twitter, la Police de la Somme annonce une curieuse saisie : ils ont arrêté deux individus ce samedi qui auraient volé dans des supermarchés 26 bouteilles de cognac, 5 désodorisants, ainsi qu’une grosse centaine de paquets de chewing-gum pour un butin total estimé à 600€.

S’enfonçant dans le ridicule de la mise en scène, les policiers iront même jusqu’à trier les paquets de chewing-gum par couleurs. Les policiers se vantent dans le même poste d’avoir placé les deux individus incriminés en garde à vue, et annoncent qu’ils seront jugés en janvier.

Une volonté d’exposer les moindre petits délits et arrestations comme des «  butin  » de guerre, qu’on retrouve quasi-quotidiennement sur le compte Twitter de la Police Nationale de la Somme, @PoliceNat80. Et elle relève en réalité d’une tendance générale des services de police sur les réseaux sociaux, qui communiquent sur la moindre petite opération, et se couvrent tout aussi souvent de ridicule.

Une semaine plus tôt, le compte de la police de la Marne se vantait du succès d’une opération de «  lutte contre les stupéfiants  ». La photo publiée sur Twitter, sur laquelle figurent 4 policiers municipaux et un chien en bas d’un immeuble pour saisir... «  10 grammes de cannabis dans un bosquet  » montre bien le prétexte sécuritaire qui permet au gouvernement de déployer des dispositifs policiers dérisoires dans les quartiers.

En autre exemple caricatural de cette communication, on pourra se rappeler de mars dernier, où la Préfecture de Police de Paris annonçait avec fierté la saisie de «  25 Kg de drogue de synthèse  », estimée à près d’1 million d’euros. Mais les analyses en laboratoire montreront quelques jours plus tard qu’il ne s’agissait pas de drogue mais de poudre... de fraise Tagada.

Cette communication à outrance des comptes officiels des services de police révèle au moins une chose : la volonté du ministère de l’Intérieur de redorer l’image de la police sur le terrain «  sécuritaire  », en se montrant intransigeant et punitif avec le moindre petit délit. Mais leur «  Police Républicaine  » ne regagnera jamais de légitimité auprès de ceux qui en subissent quotidiennement la violence dans les quartiers populaires, dans les manifestations, après avoir mutilés des centaines de gilets jaunes ou encore en réprimant la grève générale en cours en Guadeloupe->https://www.revolutionpermanente.fr/Des-milliers-de-manifestants-ce-samedi-la-mobilisation-continue-en-Guadeloupe].




Mots-clés

Loi sécurité globale   /    Réseaux sociaux   /    Police   /    Amiens   /    Politique