×

Répression

Rassemblement pour le procès des grévistes de Keolis : « on ressort reboostés ! »

Ce mardi 12 octobre, se tenait l’audience des grévistes de Montesson assignés par Keolis au tribunal judiciaire de Versailles. Face à la tentative de répression de la direction, de nombreuses personnes se sont rassemblés pour les soutenir.

Léna Nilène

14 octobre 2023

Facebook Twitter
Audio
Rassemblement pour le procès des grévistes de Keolis : « on ressort reboostés ! »

Les conducteurs de bus de Keolis-Montesson sont en grève depuis 5 semaines contre la suppression de leur prime d’intéressement, de participation et pour l’amélioration de leurs conditions de travail. Face à une grève largement majoritaire avec 90% de grévistes sur le site, et refusant toute négociation, la direction a choisi d’assigner en justice 7 d’entre eux espérant obtenir de la justice l’expulsion des grévistes de leur piquet de grève.

Une tentative d’intimidation importante, que les grévistes ont su utiliser à leur avantage pour organiser une belle démonstration de solidarité, avec un rassemblement regroupant de nombreux soutiens. Parmi eux, des travailleurs de nombreux secteurs tels que des salariés de la CGT RATP, de la poste, de ONET, des travailleurs de Transdev actuellement en grève, ou encore des cheminots de sud-rail. Une trentaine d’étudiants du collectif Le Poing Levé étaient également présents.

"Si vous gagnez c’est une victoire pour nous tous, dans la jeunesse et dans toute notre classe. Se battre à vos côtés c’est aussi un combat écolo, pour un transport en commun gratuit et de qualité" expliquait Simon, militant au Poing Levé et à Révolution Permanente. Fernande, ex-gréviste de Onet, entreprise de nettoyage sous-traitante de la SNCF apporte son soutien : « Je suis là pour soutenir parce que nous aussi à l’époque on a été assigné, et on a eu du soutien et on a gagné ! Alors je suis là en soutien, on est nombreux, pour dire qu’on est ensemble !"

De son côté, Anasse Kazib, cheminot, syndicaliste à SUD RAIL et porte-parole de Révolution Permanente, avançait que : « la grève des Keolis est centrale parce qu’elle est un exemple pour tous les salariés, elle pose la question de la vie chère », alors qu’en effet, l’inflation reste très élevée et notamment sur les produits de premières nécessités.

De nombreuses organisations politiques étaient également présentes, comme Lutte ouvrière, Révolution Permanente, le PCF et LFI. Toutes sont venues apporter leur soutien : « Partout on casse les conditions de travail, on supprime des primes. Face à ces méthodes, vous n’êtes pas seuls ! D’autres subissent ces attaques. Il faut dénoncer tout ça, c’est pour ça que nous sommes là ! » déclarait Colette Gergen, élue PCF

C’est sous les chants des soutiens bien audibles depuis la salle du tribunal que l’audience démarre, au cours de l’après-midi. Après les plaidoiries des deux parties, les grévistes ressortent sous un tonnerre d’applaudissements des soutiens, qui les attendaient à l’extérieur.

Les avocates des grévistes, Marie-Laure Dufresne-castets et Louisa Lamour ont déclaré : « C’est une assignation qui a été faite pour intimider les grévistes et pour faire cesser la grève. […] Aujourd’hui vous adressez à Keolis qui vous attaque la plus belle réponse qui soit : beaucoup de détermination et de solidarité. Quel que soit le résultat lundi, il faut utiliser cette journée pour préparer la suite, la plus belle des réponses c’est de reconduire la grève, jusqu’à la victoire ».

Si la direction de Keolis a cru pouvoir utiliser la voie judiciaire pour discipliner les grévistes sans accéder à leurs revendications, le large soutien dont ils ont bénéficié a en réalité marqué une nouvelle étape dans leur lutte. « C’est incroyable, on ressort de là avec tous les collègues reboosté. En fait on prend conscience de l’ampleur de notre lutte, ça concerne pas que nous, mais plein d’autres personnes qui nous soutiennent et sont derrière nous. » explique ainsi un gréviste.

Le lendemain, c’est fort de cette belle démonstration de force et avec beaucoup de moral qu’une délégation de grévistes s’est rendue à la manifestation pour les salaires. L’occasion de remplir leur caisse de grève et de faire connaître leur lutte. La semaine prochaine, la grève continue, et les grévistes appellent au soutien le plus large possible et à leur rendre visite sur leur piquet.

Parce que cette grève pose la question du niveau de vie face à l’inflation et de la lutte contre la dégradation des services publics du transport, elle doit être largement soutenue. Aussi, il est plus que jamais nécessaire faire un don à leur caisse de grève afin de les aider à tenir pour cette sixième semaine de grève ! Mais elle doit aussi être un point d’appui pour discuter largement de la stratégie à adopter pour obtenir des augmentations de salaires, mais aussi mettre un frein à la casse des services publics.


Facebook Twitter
Grève : l'usine Bosch de Mondeville à l'arrêt contre la menace de suppression d'emplois

Grève : l’usine Bosch de Mondeville à l’arrêt contre la menace de suppression d’emplois

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l'éducation

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l’éducation

« C'est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

« C’est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l'éducation

Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l’éducation

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?


Un dirigeant de la CGT convoqué à la gendarmerie pour un collage d'affiches sur une poubelle

Un dirigeant de la CGT convoqué à la gendarmerie pour un collage d’affiches sur une poubelle

Fin de la vidéosurveillance des travailleurs : une première victoire pour les employés des librairies Boulinier

Fin de la vidéosurveillance des travailleurs : une première victoire pour les employés des librairies Boulinier

InVivo : « L'homme le plus puissant de l'agriculture française » n'aime pas les syndicats

InVivo : « L’homme le plus puissant de l’agriculture française » n’aime pas les syndicats