×

FACHOS HORS DE NOS LUTTES

L’extrême-droite fonce en camion sur des manifestants à Metz : « ils ont voulu nous écraser »

À Metz, ce jeudi, un camion conduit par des militants d’extrême-droite a renversé des manifestants qui bloquaient son passage. Une attaque scandaleuse qui soulève à nouveau la question de la présence de militants d’extrême droite dans les cortèges messins contre la réforme des retraites et de la bataille pour les en expulser.

Nathan Deas

8 avril 2023

Facebook Twitter
L'extrême-droite fonce en camion sur des manifestants à Metz : « ils ont voulu nous écraser »

Crédits photo : Capture d’écran / Lorraine Actu

L’acte XI de la mobilisation contre la réforme des retraites, ce jeudi, a été marqué à Metz par une violente agression de la part de militants d’extrême droite. En début de manifestation, sur le parvis de la gare, une camionnette a tenté de forcer un barrage formé par plusieurs militants, notamment de l’UCL, FA, la CNT, Le Poing Levé et Révolution Permanente. 

Christian Porta, travailleur à Neuhauser, militant CGT et Révolution Permanente raconte. « À Metz, on a vu apparaître l’extrême-droite dans nos cortèges le 19 janvier dernier. Ils défilent depuis à chaque journée de mobilisation dans le sillage d’un camion siglé « Macron Picsou » dans un cortège organisé par des militants des Patriotes (le parti de Florian Philippot) et de Civitas (une organisation catholique intégriste) ». Le syndicaliste poursuit : « Ce jeudi, plusieurs manifestants ont décidé de faire bloc pour empêcher l’extrême-droite d’intégrer nos cortèges. C’est alors que le camion Picsou a décidé de forcer le passage et d’écraser des manifestants. Trois militants ont été touchés, un a du se rendre à l’hôpital. Ces dernières semaines, on avait pu voir circuler sur les réseaux sociaux des photos de ces militants promettant de « casser du rouge » »

Une agression violente permise par la police selon le syndicaliste. « Non seulement la police est restée passive et a regardé les manifestants se faire écraser, mais la BAC a profité de l’occasion pour arrêter un des manifestants agressés par l’extrême droite. Nous exigeons sa libération immédiate, c’est absolument scandaleux » dénonce le travailleur de Neuhauser. 

Plus largement, au-delà de la condamnation ferme de cette agression, celle-ci pose des questions sur la réponse à donner à la présence organisée de militants d’extrême-droite dans nos cortèges. Pour Christian Porta, « il faut qu’on tire des leçons de ce qu’il s’est passé ». Et d’expliquer : « si l’extrême-droite a franchi un cap dans la violence et pris confiance, ce n’est pas étranger à la passivité de plus en plus grande de l’intersyndicale locale sur la question. Le 23 mars, on a pu voir le bus de la CGT fermer la manifestation derrière l’extrême-droite et son camion Picsou, les intégrant de fait dans nos cortèges. Il faut une réponse très claire, l’extrême-droite n’a rien à faire dans nos manifestations. Ce sont des ennemis des travailleurs, ils viennent de le démontrer une fois de plus »

Il conclut : « À Metz, on ne peut plus faire l’économie de la lutte contre l’extrême-droite dans le cadre du mouvement actuel. Cette semaine, un chanteur, Bilal Hassani, a été contraint d’annuler son concert à cause de menaces proférées par les mêmes qui nous ont agressé. Avec quelques sections syndicales et organisations politiques, on avait organisé un rassemblement pour le soutenir. Face à l’extrême-droite, ce dont nous avons besoin, c’est d’une riposte large et unitaire dans la rue et nos manifestations ». À bon entendeur. 

Alors que Marine Le Pen et consorts entendent faire leur beurre électoral sur la colère profonde contre Macron et la réforme des retraites, l’attaque de militants syndicaux, de travailleurs et de jeunes mobilisés à Metz est une preuve de plus et une piqure de rappel, s’il en fallait encore une, que l’extrême-droite est l’ennemie profonde des travailleurs et du mouvement ouvrier. Elle n’a rien à faire dans nos cortèges. À Metz comme ailleurs.

Canal Telegram : @revolution_permanente

Facebook Twitter
Douze maires du 93 convoqués pour avoir défendu la nécessité d'un plan d'urgence dans l'éducation

Douze maires du 93 convoqués pour avoir défendu la nécessité d’un plan d’urgence dans l’éducation

Mathilde Panot convoquée par la police : face au nouveau saut répressif, il faut faire front !

Mathilde Panot convoquée par la police : face au nouveau saut répressif, il faut faire front !

Révolution Permanente débarque sur Twitch à partir de dimanche

Révolution Permanente débarque sur Twitch à partir de dimanche

Contre le délit d'opinion, pour défendre notre droit à soutenir la Palestine : il faut faire front !

Contre le délit d’opinion, pour défendre notre droit à soutenir la Palestine : il faut faire front !

Durée d'allocation, durcissement des règles : Attal précise son offensive contre l'assurance chômage

Durée d’allocation, durcissement des règles : Attal précise son offensive contre l’assurance chômage

À 100 jours des JO, Darmanin finalise son plan ultra-répressif

À 100 jours des JO, Darmanin finalise son plan ultra-répressif

« Plan de stabilité » du gouvernement : la Cour des comptes et le FMI font pression

« Plan de stabilité » du gouvernement : la Cour des comptes et le FMI font pression

Compte épargne temps : les directions syndicales s'entendent avec l'U2P pour aménager la misère

Compte épargne temps : les directions syndicales s’entendent avec l’U2P pour aménager la misère