×

Scandale

L’Université de Montpellier censure une conférence sur l’apartheid israélien en plein génocide

La présidence de l’UM a refusé d’accueillir une conférence de Pierre Stambul de l’UJFP sur l’apartheid en Israël. Une censure qui s’inscrit dans la répression nationale de la solidarité au peuple palestinien, attaquant y compris le droit de réunion.

Natacha Lubin

20 mars

Facebook Twitter
L'Université de Montpellier censure une conférence sur l'apartheid israélien en plein génocide

Alors que, dans le cadre de l’Israeli Apartheid Week, une conférence de Pierre Stambul, porte-parole de l’Union Juive Française Pour la Paix (UJFP) était prévue le lundi 25 mars prochain à l’Université de Montpellier, la présidence de l’université a refusé de mettre à disposition un amphithéâtre pour l’événement. Le motif invoqué pour justifier ce refus ne laisse aucun doute quant à la volonté de la présidence de criminaliser une parole apportant son soutien au peuple palestinien.

En effet, dans sa réponse, elle affirme « qu’un tel événement est susceptible de porter une atteinte excessive au principe d’indépendance du service public de l’enseignement supérieur (…) en raison des propos qui pourraient y être tenus ». Comme l’explique un communiqué signé par plusieurs associations et organisations politiques, la présidence de l’Université de Montpellier mobilise des arguments juridiques pour défendre ce point de vue, en citant notamment un passage du Code de l’éducation sur « l’indépendance de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique » de l’institution universitaire.

Une position scandaleuse et totalement hypocrite, qui laisse entendre qu’exprimer des positions politiques à l‘université contreviendrait à son « indépendance ». Un argument pour le moins ironique de la part de l’Université de Montpellier, puisque le refus d’allouer une salle pour une conférence coïncide avec la réintégration de Phillipe Pétel, ancien doyen de la faculté de droit ayant participé à un commando d’extrême-droite qui a commis des violences contre des étudiants qui occupaient un amphithéâtre en mars 2018, lors de la mobilisation contre la loi Vidal...

L’Université affirme également que la réunion pourrait « provoquer des troubles à l’ordre public ». Un argument là aussi bien connu, puisqu’il s’agit de celui qui avait été utilisé pour censurer une rencontre publique avec Judith Butler en décembre dernier, de même que d’autres actions visant à dénoncer le génocide en cours. Cette tentative de censure s’inscrit dans une répression à échelle nationale des démonstrations de solidarité envers le peuple palestinien qui ont lieu dans différents établissements d’enseignement supérieur.

A l’université Aix-Marseille, la direction a ainsi empêché d’organiser des événements pour la Palestine au motif que le sujet serait « ultra sensible » et ne permettait pas à l’institution de garder sa position de « stricte neutralité ». A l’université Bordeaux Montaigne, la direction de l’établissement a censuré la profession de foi du Poing Levé Plus récemment, « l’affaire Sciences Po » a fait la une des médias, avec un scandale monté de toute pièce par le gouvernement et la classe politique pour s’attaquer aux étudiants solidaires de la Palestine-> https://www.revolutionpermanente.fr/Sciences-Po-une-campagne-mensongere-made-in-Macron-contre-la-jeunesse-anti-imperialiste].

Face à cette offensive qui s’attaque au droit de réunion, alors que la politique d’Israël a tué plus de 30 000 personnes à Gaza ces derniers mois et affame encore des millions de palestiniens et de palestiniennes, il faut faire front. À Montpellier, le 12 mars, 200 personnes ont participé à une action de solidarité à la Palestine menée à l’université Paul Valéry, dans le cadre de la journée européenne de soutien universitaire au peuple palestinien. Plus que jamais, à l’heure où le génocide et la famine s’aggravent, il est nécessaire de continuer à nous mobiliser sur nos lieux d’études et dans la rue, afin de continuer à dénoncer le massacre commis par l’Etat israélien et soutenir la lutte du peuple palestinien pour son émancipation du joug colonial.

Soyons nombreux à participer à la conférence de Pierre Stambul sur l’apartheid israélien et le sionisme qui se tiendra malgré la censure le lundi 25 mars prochain et à participer aux autres événements organisés dans le cadre de la Israeli Apartheid Week.


Facebook Twitter
Burger King, Auchan, Boulanger, Société Générale : entreprises complices d'Israël, hors de nos facs !

Burger King, Auchan, Boulanger, Société Générale : entreprises complices d’Israël, hors de nos facs !

Palestine : les étudiants de l'ENS organisent un campement à Ulm contre le génocide

Palestine : les étudiants de l’ENS organisent un campement à Ulm contre le génocide

Lock-out : l'EHESS fermée administrativement pour empêcher la mobilisation pour la Palestine

Lock-out : l’EHESS fermée administrativement pour empêcher la mobilisation pour la Palestine


L'Oréal, un soutien d'Israël et de la colonisation partenaire de l'Université Paris-Cité

L’Oréal, un soutien d’Israël et de la colonisation partenaire de l’Université Paris-Cité

Comparution immédiate dès 16 ans : Attal précise son offensive contre les quartiers populaires

Comparution immédiate dès 16 ans : Attal précise son offensive contre les quartiers populaires

« Cessez-le-feu » : À l'AG des écoles d'art, les étudiants veulent étendre le mouvement contre le génocide

« Cessez-le-feu » : À l’AG des écoles d’art, les étudiants veulent étendre le mouvement contre le génocide


 « On faisait du 40h par semaine sans être payé ». Témoignages de lycéens de stage hôtelier

« On faisait du 40h par semaine sans être payé ». Témoignages de lycéens de stage hôtelier

Les partenariats universitaires avec Israël, ou la nouvelle cible stratégique des étudiants pro-Palestine

Les partenariats universitaires avec Israël, ou la nouvelle cible stratégique des étudiants pro-Palestine