×

SNCF

Grève des conducteurs SNCF de Nice : « Un mouvement historique depuis 2009 »

Cette semaine, les conducteurs SNCF de Nice ont fait grève pendant 4 jours, dont deux sans préavis, pour demander des revalorisations salariales. Une démonstration de force qui a permis le « renforcement face aux prochaines attaques », selon Jordan Mandelli, délégué syndical Sud-Rail.

Lisa Mage

12 janvier

Facebook Twitter
Grève des conducteurs SNCF de Nice : « Un mouvement historique depuis 2009 »

Crédits photo : Fickr/@szczepan.lemanczyk

Ce lundi, les conducteurs SNCF de Nice se sont mis en grève pour demander une revalorisation de leurs rémunérations à hauteur de 200 euros bruts. Revendication commune aux quatre syndicats représentatifs, à savoir Sud-Rail, la CFDT, la CGT et FO, qui avaient déposé un préavis commun de 48 heures. « Les deux premières journées de grève ont été un succès historique depuis 2009 avec 100 % de taux de grévistes », explique Jordan Mandelli, délégué syndicale Sud-Rail.

Durant ces deux jours, de nombreux grévistes ont été reçus par la direction, une pression qui a poussé les travailleurs à radicaliser le mouvement en dépassant le préavis de 48 heures. « On sentait qu’on était méprisé par une direction sourde et arrogante qui ne comptait rien lâcher, les collègues ont donc décidé de ne pas reprendre le service le mercredi et le jeudi, mais cette fois sans préavis », précise t-il. Ce « dépôt de sac » suivit à près de 95 % est, selon le syndicaliste « historique dans le secteur de la conduite ».

Un taux de mobilisation très important qui s’explique, en partie, par le problème de reconnaissance du métier que les conducteurs pointent déjà depuis plusieurs années, mais aussi et surtout par la perspective du transfert de l’entreprise à Transdev et de la filiation à la SNCF Sud-Azur. « Le problème est bien plus profond que la seule question de la rémunération, on a aussi dans le viseur le transfert qui sera très certainement synonyme de la casse des accords réglementant notre travail », surenchérit Jordan.

Hier soir, les grévistes ont réussi à trouver un accord avec la direction, qui leur a accordé des primes de 150 euros net, une « victoire relative » qui a surtout permis de se « renforcer face aux futures batailles que nous devrons mener durant la renégociation des accords de filiation avec la SNCF Sud-Azur l’année prochaines et la création d’accords avec Transdev en 2025 », indique le syndicaliste.

Refusant de se contenter des accords signés avec la direction, une trentaine d’agents continuent la grève aujourd’hui, symptôme de la combativité de ce secteur pris à la gorge par la non-reconnaissance de la dureté de l’emploi, les bas salaires et la perspective d’une casse encore plus importante de leurs conditions de travail.

Ce mouvement apparaît d’autant plus important que cette mobilisation intervient en même temps qu’une grève nationale des technicentres SNCF. Une coïncidence qui révèle que les problèmatiques des salaires et des conditions de travail touchent tous les secteurs de la SNCF, et même au delà de l’entreprise. Un état de fait qui appelle à construire la grève et la coordination pour obtenir de véritables avancées sur les questions des salaires et des conditions de travail.


Facebook Twitter
Scandale : l'inspection du travail refuse le licenciement de Christian Porta, InVivo tente de passer en force

Scandale : l’inspection du travail refuse le licenciement de Christian Porta, InVivo tente de passer en force

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Pour un 1er mai contre leurs guerres et l'austérité : rejoins les cortèges de Révolution Permanente !

Pour un 1er mai contre leurs guerres et l’austérité : rejoins les cortèges de Révolution Permanente !

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis