×

Solidarité internationaliste

DIRECT. Suivez la journée de grève nationale en Argentine contre Milei et ses offensives !

Ce mercredi se tient une journée de grève décisive en Argentine contre les attaques du gouvernement d’extrême-droite de Milei. Grèves, blocages, manifestations, déclarations du gouvernement, correspondants sur place : suivez en direct à l'heure argentine sur RP.

Facebook Twitter
Audio
DIRECT. Suivez la journée de grève nationale en Argentine contre Milei et ses offensives !

16h20 en Argentine - Le Congrès annonce qu’il ne votera pas la Loi Omnibus avant mardi prochain

Face à la pression de la rue, le président de la chambre des députés Martin Menem, allié central de Milei au Congrès, a annoncé que la LO ne serait pas votée avant mardi prochain. Le plan du gouvernement était de faire voter la loi dès demain dans la soirée. Selon les pronostics actuels, le gouvernement n’aurait pas encore les votes nécessaires pour faire passer la loi. La grève générale a déjà obligé le gouvernement à repousser le vote de la loi par peur que la possibilité d’un vote de la loi dès demain réactive une nouvelle mobilisation massive dans la rue et dans les entreprises. Une démonstration qu’il est possible de faire reculer le gouvernement avec un véritable plan de bataille.

16h20 en Argentine - Des centaines de milliers de personnes mobilisées contre le gouvernement d’extrême-droite

En Argentine, des centaines de milliers de personnes ont manifesté partout dans le pays dans le cadre d’une grève nationale contre les attaques du gouvernement. Une étape importante, qui doit permettre de construire un plan de bataille face à Milei. A lire sur Révolution Permanente.

16h10 en Argentine - Les travailleurs de l’usine sous contrôle ouvrier Madygraf sont présents dans la mobilisation !

L’usine de la zone nord de Buenos Aires sous contrôle de ses travailleurs Madygraf a été récupérée en 2014 après une tentative de fermeture de l’entreprise par ses patrons. Les travailleurs de Madygraf étaient présents aujourd’hui pour soutenir la mobilisation contre le gouvernement Milei et ses réformes autoritaires, ils sont un exemple qu’il est possible de résoudre la crise par d’autres voies, en mettant la production sous contrôle ouvrier !

15h30 en Argentine - Le rassemblement se termine à Buenos Aires, la grève dans les transports commencera à 19h

15h20 en Argentine - Du monde à Paris en soutien au peuple argentin

À Paris du monde est réuni devant l’ambassade d’Argentine en soutien aux Argentins qui se mobilisent contre les attaques du nouveau président d’extrême-droite, Javier Milei. Une grève nationale est appelée aujourd’hui.

15h10 en Argentine - Plusieurs dizaines de milliers de manifestants à Cordoba et à Rosario

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants à Cordoba et Rosario, les deuxième et troisième plus grandes villes d’Argentine.

15h00 en Argentine - « La plus grande mobilisation de l’histoire de Tucumán »

Plus de 40 000 personnes sont rassemblées aux alentours de l’Independancia, dans la province de Tucumán au nord-ouest du pays. « La plus grande mobilisation de l’histoire de Tucumán » selon des organisations syndicales. Parmi les manifestants, de très nombreux étudiants et travailleurs de la culture.

Crédit photo : @spisarello sur X (anciennement Twitter)

14h30 en Argentine - Mobilisation massive à Buenos Aires

Les manifestants continuent d’affluer Plaza del Congreso à Buenos Aires contre les offensives du gouvernement de Javier Milei

14h15 en Argentine - Nicolás del Caño, député d’extrême-gauche du FIT-U / PTS devant le Congrès

« Cette grève nationale très suivie doit être un premier pas pour construire un véritable plan de bataille des travailleuses et travailleurs qui se poursuive pendant l’examen de la Loi Omnibus, qui va frapper durement 7 millions de retraités. C’est pour cela que nous allons probablement appeler à se mobiliser le jour du vote de la loi, en luttant également contre le DNU. (…) Les travailleuses et travailleurs, les habitants des quartiers, les mouvements sociaux doivent compter sur leurs propres forces et s’organiser » explique le député.

13h45 en Argentine - Le ministère de la Sécurité tente d’imposer son « protocole »

Des voitures de la police et de la gendarmerie fédérale cherchent à empêcher l’accès à la Plaza del Congreso à Buenos Aires. Mais, les manifestants ont répondu en bloquant les avenues Rivadavi et Entre Rios.

13h40 en Argentine - Du monde continue d’arriver Plaza del Congreso

Les assemblées de quartiers du CABA (Ciudad Autonoma Buenos Aires) et de banlieues se dirigent vers la Plaza del Congreso.

13h30 en Argentine - Des dizaines de milliers de manifestants contre l’extrême-droite à Buenos Aires

Un mois après l’arrivée au pouvoir de Milei, mobilisation massive dans tout le pays contre ses attaques anti-ouvrières et autoritaires.

13h10 en Argentine - Rassemblement de solidarité à Berlin

Plus de 150 personnes se sont rassemblées ce mercredi devant l’ambassade d’Argentine à Berlin en solidarité avec le peuple argentin.

13h00 en Argentine - Les travailleurs de la culture sont présents massivement avec Unidxs por la Cultura dans les rues de Buenos Aires

Parmi les cortèges les plus importants présents dans les rues de Buenos Aires, plusieurs centaines de travailleurs de la culture ont suivi l’appel du collectif Unidxs por la Cultura (uni.e.s pour la culture) à rejoindre le cortège indépendant qui regroupe la Rencontre pour la Mémoire, la Vérité et la Justice, le syndicalisme combatif, la Coordination Basta de Falsas Soluciones (Stop aux fausses solutions, mouvement écologiste), de nombreuses assemblées de quartiers, des syndicats étudiants, des organisations de chômeurs et l’extrême-gauche. Ces dernières semaines, les travailleurs de la culture avaient été à l’initiative de plusieurs actions pour préparer la journée de mobilisation de ce mercredi, et notamment de casserolades dans plus de 80 villes le 11 janvier dernier.

12h40 en Argentine - Loi Omnibus. Milei trouve un compromis avec les députés de droite, le texte bientôt présenté au Parlement

Alors que les Argentins prennent la rue pour cette journée de grève nationale, au Parlement, Milei tente de faire passer sa loi Omnibus le plus vite possible. Hier soir, un compromis avec différents partis de droite a été trouvé, et la loi pourrait être votée au Parlement demain. A lire

12h25 en Argentine - Manifestation de solidarité avec les travailleurs argentins à Barcelone et à Rome

Action de solidarité ce 24 janvier à Barcelone, devant le consulat argentin. Un rassemblement se tient également à Rome, place dell’Esquilino.

12h10 en Argentine - La grève générale commence et durera jusqu’à minuit ce soir !

La mobilisation est déjà massive devant le congrès et de très nombreux cortèges rejoignent encore la Plaza del Congreso à Buenos Aires. Des rassemblements ont lieu dans tout le pays. Les cortèges des travailleurs de la culture et le cortège indépendant de la gauche et du syndicalisme combatif réclament un véritable plan de bataille contre Milei et son gouvernement. La ministre de la Sécurité Patricia Bullrich et plusieurs hauts-fonctionnaires appellent à une campagne contre la grève générale.

12h00 en Argentine - Véhicules fouillés, blocages de manifestants : le gouvernement argentin intimide les travailleurs mobilisés

Alors que la grève nationale est entrain de débuter en Argentine, les intimidations policières se multiplient : contrôle des véhicules, présence policière et tweets de la ministre de la sécurité s’attaquant aux grévistes. A lire

11h50 en Argentine - La mobilisation se construit dans tout le pays

La mobilisation s’organise dans toutes les provinces du pays. En plus de Buenos Aires, des villes importantes comme Cordoba, Rosario, Neuquen ou encore Jujuy sont le théâtre d’une mobilisation importante des travailleurs et des assemblées de quartiers. Dans le pays, plus de 150 organisations syndicales appellent à la mobilisation d’aujourd’hui. Si la grève nationale parvient à toucher l’ensemble du pays, elle peut devenir un point d’appui central pour construire un véritable plan de bataille contre le gouvernement de Milei et ses mesures autoritaires et ultra libérales.

11h35 en Argentine – Le syndicat des camionneurs est arrivé Plaza del Congreso

Un important cortège du syndicat des camionneurs, bastion historique du syndicalisme argentin, est arrivé devant le Congrès.

11h30 en Argentine – Des cheminots et des usagers manifestent contre la privatisation du rail

Des cheminots, des usagers et des participants de différentes assemblées populaires scandent des slogans contre la privatisation du chemin de fer. Ils chantent « Le train n’est pas à vendre ! » en réaction au projet de privatisation des entreprises publiques du gouvernement Milei.

11h20 en Argentine - Alors que la mobilisation continue à Buenos Aires, la police bloque des axes routiers et saisit des bus de manifestants

La Police Fédérale Argentine, mobilisée par la ministre de la Sécurité Patricia Bullrich, est en train de bloquer plusieurs axes routiers vers Buenos Aires. Des travailleurs de la construction (UOCRA) ont été bloqué au sud de Buenos Aires par la police fédérale qui cherche à éviter une mobilisation massive devant le Congrès. Des bus ont été saisis en provenance de la zone nord de Buenos Aires, une nouvelle illustration de la politique de criminalisation de la mobilisation dans le cadre du « protocole anti-piquets » du gouvernement.

Toute la journée : Suivez le live depuis les cortèges de la Izquierda Diario

La Izquierda Diario sera toute la journée en direct pour suivre l’avancée de la mobilisation. Vous pouvez suivre le live de l’arrivée de l’ensemble des cortèges sur la Place du Congrès.

11h 05 en Argentine – « J’ai 71 ans, je suis retraité et je mange une fois par jour. Les gens meurent de faim »

De nombreux retraités sont présents dans la mobilisation d’aujourd’hui selon CN5. Ils sont près de 7 millions en Argentine. Le pouvoir d’achat des retraités a baissé de 36% ces six dernières années alors que les pensions ne sont évidemment pas indexées sur l’inflation. La dévaluation de 30% de la monnaie par Luis Caputo, le ministre de l’Economie de Milei, aura des conséquences désastreuses sur les retraités les plus pauvres.

11h00 en Argentine - Les cortèges étudiants rejoignent la mobilisation

Ce matin, plusieurs syndicats étudiants ont rejoint la mobilisation contre le gouvernement de Javier Milei. Ce dernier cherche notamment à provoquer une privatisation de l’ensemble de l’éducation, notamment dans le secondaire et à l’université. Les militants du Parti des Travailleurs Socialistes ont notamment rejoint le cortège des étudiants de la faculté de Lettres et Philosophie de l’Université de Buenos Aires, menacée d’une coupe budgétaire massive. La jeunesse est en première ligne des conséquences dramatiques de la crise économique et du travail précaire.

10h50 en Argentine - Pour se mettre à jour sur la situation et les enjeux de la grève nationale de ce mercredi

Pour revenir sur les enjeux de la grève générale de ce mercredi et le contenu des offensives de Milei, une interview exclusive de Sol Dorin, membre de la direction du Parti des Travailleurs Socialistes et membre de Pan y Rosas Argentine, à revoir sur Révolution Permanente.

Le 15 janvier dernier, le PTS revenait sur son analyse de la situation en Argentine, la contre-offensive au plan de Milei et la préparation de la grève nationale appelée par la CGT ce 24 janvier.

Alors que les organisations du Front de Gauche et des Travailleurs - Unité ont mis leur force ces dernières semaines dans la préparation d’une grève active ce 24 janvier, l’extrême-gauche a mobilisé aussi ses députés au Parlement pour dénoncer les manœuvres antidémocratiques du gouvernement et de ses alliés et faire entendre la voix de ceux qui subissent les attaques de Javier Milei. Un article à relire ce mercredi.

Un mois à peine après son arrivée au pouvoir, le président Argentin d’extrême droite, Javier Milei, a déjà enchaîné une série d’annonces choc pour remettre à zéro le droit des travailleurs. On vous résume ses attaques, ici, ici et ici

10h40 en Argentine - Les assemblées de voisins et de quartiers arrivent sur la Place du Congrès de Buenos Aires

Dans de nombreux quartiers de la capitale et de la province de Buenos Aires, les habitants s’organisent depuis les casserolades des 20 et 27 décembre dans des assemblées de quartier pour préparer la mobilisation de ce mercredi. Les premiers cortèges de voisins arrivent actuellement devant Congrès. Certains participeront au cortège indépendant de la gauche et du syndicalisme combatif pour exiger à la CGT un véritable plan de lutte contre le gouvernement, la loi omnibus et le DNU. Les assemblées de quartier sont une tradition dans les luttes sociales en Argentine, tout particulièrement depuis la crise de 2001 et les journées révolutionnaires qui avaient marqué cette année.

10h30 en Argentine - les dockers massivement en grève à la Plata et à Buenos Aires

Le Port de Buenos Aires et le dépôt de La Plata sont totalement à l’arrêt de 12h00 à 00h00 ce mercredi. L’ensemble de la fédération maritime portuaire et de la construction navale ont rejoint l’appel à la grève générale.

10h15 en Argentine - La ministre de la Sécurité Patricia Bullrich annonce maintenir le protocole de sécurité pour empêcher tout blocage de la circulation

« On va respecter le protocole ». La ministre de la Sécurité Patricia Bullrich a annoncé ce matin la mise en place de contrôles dans les bus et les gares. Des forces de police seront également présentes dans toute la capitale pour empêcher les « coupures de route ». Des contrôles auront également lieu dans les manifestations et les cortèges syndicaux. « Les organisations syndicales n’ont pas la capacité ni l’autorisation d’assurer, d’autoriser ou de restreindre tout type de circulation » a expliqué Bullrich. Les jours précédents, la ministre de la Sécurité avait mis en place un numéro vert pour dénoncer « tout type de pression à la grève » au sein des entreprises. Ce matin, la police aurait essayé d’empêcher des manifestants de se rendre dans les cortèges.

10h10 en Argentine - La grève a commencé par l’annulation de dizaines de vols ce matin

Mardi, avant minuit, la grève générale a commencé en Argentine dans les aéroports. Plusieurs dizaines de vols de différentes compagnies ont d’ores et déjà été annulés. La compagnie Aerolineas Argentinas, menacée de privatisation par Milei, a dû annuler près de 267 vols depuis ce matin, selon C5N. Le mouvement est très suivi chez les contrôleurs aériens, mais aussi chez les pilotes et les travailleurs du contrôle technique.

Dans les transports en commun (bus, train et métro) les directions syndicales appellent à une grève dès 19h. Si la grève devrait être massive dans ces secteurs, le fait qu’elle soit appelée aussi tard par les directions syndicales obligera tout de même une partie des travailleurs précaires ou informels à aller au travail.

10h en Argentine - Les travailleurs du chantier naval de Rio Santiago en route pour la manifestation

Les ouvriers du chantier naval de Rio Santiago, un bastion du mouvement ouvrier argentin, sont en route pour rejoindre la mobilisation. Ils chantent : « il faut y aller les travailleurs du chantier, il faut résister, car c’est le peuple entier qui le demande ».

9h50 en Argentine - Lancement du direct

Il n’est pas encore 10 heures en Argentine et des premiers manifestants arrivent sur la Plaza Congreso à Buenos Aires. La journée s’annonce importante malgré les pressions répressives du gouvernement. Une étape décisive contre les offensives du gouvernement d’extrême droite de Milei à suivre toute la journée sur Révolution Permanente.


Facebook Twitter
Frappes iraniennes : le soutien des pays arabes à Israël marque un nouveau rapprochement

Frappes iraniennes : le soutien des pays arabes à Israël marque un nouveau rapprochement

Attaque contre l'Iran : Israël limite sa riposte mais les tensions persistent

Attaque contre l’Iran : Israël limite sa riposte mais les tensions persistent

Veto à l'adhésion de la Palestine à l'ONU, ou l'hypocrisie des Etats-Unis sur les « deux États »

Veto à l’adhésion de la Palestine à l’ONU, ou l’hypocrisie des Etats-Unis sur les « deux États »

Génocide à Gaza : des armes, des affaires et des complices

Génocide à Gaza : des armes, des affaires et des complices

28 salariés de Google licenciés pour avoir dénoncé le génocide en Palestine

28 salariés de Google licenciés pour avoir dénoncé le génocide en Palestine

Argentine : Les sénateurs augmentent leurs salaires de 170% en pleine crise économique

Argentine : Les sénateurs augmentent leurs salaires de 170% en pleine crise économique

Etats-Unis. A l'université de Columbia, la répression du soutien à la Palestine s'intensifie

Etats-Unis. A l’université de Columbia, la répression du soutien à la Palestine s’intensifie

Invasion de Rafah : comment la bourgeoisie égyptienne tire profit des menaces d'Israël

Invasion de Rafah : comment la bourgeoisie égyptienne tire profit des menaces d’Israël