^

Politique

Retraites. Nouvelle journée de mobilisation réussie

A Bordeaux, 40 000 manifestants battent le pavé en cette 51ème journée de mobilisation

A Bordeaux, cette 51ème journée de mobilisation contre la réforme des retraites a débuté tôt dans la matinée : une série de piquets ont été tenus, notamment celui des énergéticiens et des cheminots. Des actions et blocages ont également été menées au niveau des dépôts de Transports Bordeaux Métropole, ainsi que d’établissements scolaires du secondaire et universitaires. La manifestation, très animée, a réuni 40 000 personnes selon les organisations syndicales.

vendredi 24 janvier

Alors que le projet de loi de réforme des retraites était présenté ce vendredi en Conseil des Ministres, ce sont des milliers de manifestants qui ont défilé dans toute la France. Un mouvement dont la popularité est en hausse avec 61% d’adhésion. A Bordeaux, retour sur cette 51 ème journée de mobilisation qu’on peut qualifier de réussite.

Piquets, actions et blocages tôt dans la matinée

Tôt dans la matinée, les salariés d’Enedis de Floirac ont tenu leur piquet de grève ainsi qu’une Assemblée Générale. Une réunion décisive puisque 6 d’entre eux sont actuellement assignés au Tribunal de grande instance lundi 27 janvier à 14h. Ils sont accusés d’avoir bloqué la plateforme Serval d’Enedis à Floirac. Cette dernière, bloquée depuis près de deux semaines par les salariés, a été érigée en lieu de luttes et de convergences. Les énergéticiens mènent en effet des actions coup de poing en solidarité avec des autres professions en lutte, comme les coupures d’électricité et de gaz dans des lycées, afin de bloquer les Epreuves Communes de Contrôle Continu, dénoncées par les enseignants. Les énergéticiens ont ainsi voté la reconductible du blocage jusqu’à lundi, date de leur assignation au tribunal. Il est plus que jamais nécessaire d’apporter une solidarité à ces salariés, c’est pourquoi nous appelons à venir les soutenir devant le tribunal lundi

Ceux-ci ont été rejoints par l’Atelier Industriel de l’Aéronautique, défilant jusqu’à Stalingrad où se trouvaient les cheminots, aux environs de 10h, pour un départ commun à la manifestation. Les grévistes de TBM étaient également présents. Des blocages de dépôts ont été menés dans la matinée par des manifestants.

A partir de 5H du matin, c’est en effet un dépôt de tramways et deux dépôts de bus de Transports Bordeaux Métropole qui étaient paralysés. Une action qui a fortement perturbé la circulation des transports en commun, les deux tiers des bus et un tiers des tramways étant absents du réseau aux environs de 7h.

Des opérations collèges morts reconduites en Gironde

Ce sont 6 collèges qui reconduisaient ce matin l’opération « Collèges morts » menée la veille. Les professeurs du collège François-Mitterand de Pessac, rejoints par des personnels du lycée Pape-Clément ont tenu un rassemblement devant l’établissement pour protester contre la réforme des retraites et les réformes de l’Education.
Du côté des Eysines, le collège Albert-Camus a également été bloqué par parents d’élèves et professeurs avant de rejoindre le cortège bordelais.

Débrayage de l’Université Bordeaux Montaigne et de Sciences Po

Les étudiants étaient particulièrement mobilisés en cette journée. Ils ont débrayé Sciences Po Bordeaux ainsi que la Faculté Bordeaux Montaigne tôt dans la matinée, et faisaient également circuler une caisse pour le personnel du Crous en grève. Ils se sont ensuite rendus à la Victoire pour un départ commun vers la manifestation.

Un cortège unitaire de l’éducation convoqué à la suite des Assemblées générales menées à Bordeaux Montaigne dans la semaine, et qui font suite à l’amplification de la lutte chez les enseignants. Plusieurs d’entre eux sont en grève depuis lundi et dénoncent également la loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Ils reconduisent à ce titre la mobilisation la semaine prochaine. Un amphithéâtre est actuellement occupé à la Faculté Bordeaux Montaigne, où sont animés des débats et des conférences.

Du côté de la Faculté de la Victoire, celle-ci est toujours fermée par l’administration. Une mesure répressive qui fait suite à son occupation en décembre par des étudiants et des manifestants contre le projet de loi. La faculté va rouvrir lundi, mais l’administration maintiendra le contrôle à l’entrée, prenant ainsi la décision de faire de l’Université un lieu de savoir restreint et d’empêcher de construire la solidarité entre toutes et tous.

Un défilé festif

Le cortège de l’éducation, qui a rassemblé plusieurs centaines de personnes a ainsi accueilli sous une salve d’applaudissements le cortège des cheminots, énergéticiens et personnels de TBM, Cours Victor Hugo, pour un départ commun vers République, point de commencement de la manifestation.

La manifestation est partie aux alentours de 11H30 de République pour se diriger vers Gambetta en passant par Cours d’Albret. Les forces de l’ordre ont bloqué une partie du parcours au niveau du Triangle d’or.
Les manifestants ont continué à défiler dans une ambiance festive, rassemblant 40 000 personnes selon le syndicat Sud.

Le défilé s’est maintenu jusqu’à la Victoire en passant par les quais et le Cours Victor Hugo. Arrivé à la Victoire, le collectif inter-professionnel de Bègles a souhaité témoigner sa solidarité avec les cheminots en leur remettant un chèque de 4961 euros. Une belle marque de solidarité alors que ceux-ci sont en grève depuis désormais 51 jours.

Crédits photo : Y.D




Mots-clés

Mobilisation   /    Réforme des retraites   /    Grève   /    Bordeaux   /    Politique