×

Palestine

Offensive contre l’UNRWA : une campagne de bots pour salir l’organisation sur les réseaux révélée

Une ONG israélienne a révélé que, depuis octobre 2023, des centaines de faux comptes ont participé à une campagne de désinformation en ligne contre l’UNRWA.

Youri Andre

20 mars

Facebook Twitter
Audio
Offensive contre l'UNRWA : une campagne de bots pour salir l'organisation sur les réseaux révélée

Crédit photo : FakeReporter

L’UNRWA, agence de l’ONU venant en aide aux réfugiés palestiniens depuis 1949, est la cible répétée d’Israël et de ses soutiens depuis le début de l’offensive génocidaire contre le peuple palestinien en octobre dernier. C’est dans ce cadre que mardi 19 mars, l’ONG israélienne spécialisée dans la lutte contre la désinformation Fakereporter révélait l’utilisation de centaines de faux comptes sur les réseaux sociaux pour mener une campagne relayant la narratif israélien à propos des liens entre l’UNRWA et le Hamas. Cette récente révélation vient s’ajouter aux nombreuses méthodes basées sur la diffamation, le mensonge et la criminalisation qu’utilisent les médias bourgeois pro-sionistes et les États occidentaux depuis le début de l’offensive israélienne sur Gaza, avec l’exemple récent en France de la polémique sur la mobilisation du comité Palestine de SciencesPo.

La campagne de propagande dont il est question fonctionnait en deux étapes. Premièrement créer de faux sites d’information qui reprennent le contenu de propagande sioniste paru dans un média traditionnel (CNN, Washington Post, etc.) puis dans un second temps créer une armée de faux comptes sur les réseaux sociaux qui vont relayer ces articles et interpeller en masse des comptes pro-palestiniens. C’est ce qu’on appelle une campagne d’amplification. Plus de 500 faux comptes qui furent créés simultanément sur les principaux réseaux sociaux (Facebook, Instagram, X), en volant des photos de profils et noms d’utilisateurs. Ces comptes publiaient ensuite leur contenu à l’aide de l’intelligence artificielle.

Les éléments de propagande israélienne diffusés grâce à cette campagne depuis octobre sont les suivants : accusations de « viols de masse » par le Hamas, l’idée d’une insécurité des personnes juives au seins des universités américaine et, dernièrement, l’accusation de collaboration entre l’UNRWA et le Hamas lors de l’attaque du 7 octobre. On retrouve donc la même tactique que celle employée par les médias et Etats soutenant Israël consistant à instrumentaliser le féminisme et la lutte contre l’antisémitisme pour la mettre au service du colonialisme, ainsi que plus généralement de criminaliser tout soutien au peuple palestinien.

Parmi les personnalités ciblées par le cyberharcèlement de ces faux comptes, on retrouve un certain nombre d’élus états-uniens afro-américains membre du parti démocrate. Ces élus n’ont pas été ciblés au hasard puisqu’ils font partie des quelques personnalités du parti démocrate critiques vis-à-vis du soutien de Joe Biden au génocide à Gaza. En montant cette campagne de harcèlement en ligne, l’objectif était donc aussi de chercher à saper la solidarité internationaliste avec lutte palestinienne qui s’est développée ces derniers mois parmi certains secteurs de la jeunesse et de la communauté afro-américaine. Un des exemples centraux de cette solidarité avec le peuple palestinien qu’avait démontré une partie de la population américaine fut la manifestation historique de plus de 100 000 personnes à Washington en novembre dernier.

Cette nouvelle révélation s’inscrit dans la continuité de l’acharnement d’Israël et de ses soutiens contre l’UNRWA. C’était déjà le cas récemment quand plusieurs pays impérialistes, dont la France, avaient annoncés arrêter leur financement à l’agence onusienne à la suite des accusations d’Israël. Cependant, aucune preuve n’a été fournie jusqu’à présent pour démontrer une quelconque collaboration entre des agents de l’UNRWA et le Hamas. A l’inverse, un rapport récent de l’UNRWA détaillait, preuves à l’appui, les actes d’emprisonnement et de torture infligés à ses employés à Gaza par l’armée israélienne.

Comme nous l’écrivions alors, « la guerre menée par Israël à Gaza est une guerre totale, et elle ne pourra être complète qu’avec l’anéantissement de toutes les structures permettant aux Palestiniens de subsister ». L’UNRWA reste aujourd’hui une cible privilégiée étant donné qu’elle est un des principaux coordinateurs de l’aide humanitaire reçue par la population palestinienne, et constitue de ce fait un obstacle au projet génocidaire d’Israël.


Facebook Twitter
Bombardements à Rafah : ceci est un génocide

Bombardements à Rafah : ceci est un génocide

« Zone de libre échange Gaza-Arish-Sderot » : Netanyahou dévoile un plan de recolonisation de Gaza

« Zone de libre échange Gaza-Arish-Sderot » : Netanyahou dévoile un plan de recolonisation de Gaza

États-Unis - Arabie-Saoudite : un accord pour contrer l'Iran sur le dos du peuple palestinien

États-Unis - Arabie-Saoudite : un accord pour contrer l’Iran sur le dos du peuple palestinien

Génocide à Rafah : le mouvement ouvrier a un rôle central à jouer pour renforcer les mobilisations

Génocide à Rafah : le mouvement ouvrier a un rôle central à jouer pour renforcer les mobilisations

Un référendum national pour décider du destin de la Kanaky ? Nouvelle provocation coloniale

Un référendum national pour décider du destin de la Kanaky ? Nouvelle provocation coloniale

Kanaky, quand finira le temps des colonies ?

Kanaky, quand finira le temps des colonies ?


État espagnol : une liste révolutionnaire contre le génocide en Palestine, la guerre et l'Europe forteresse

État espagnol : une liste révolutionnaire contre le génocide en Palestine, la guerre et l’Europe forteresse


Kanaky : la vie chère imposée par les grands groupes attise les révoltes

Kanaky : la vie chère imposée par les grands groupes attise les révoltes