^

Monde

Montée de l’extrême gauche en Argentine

Le PTS, le PO et le Front de Gauche et des Travailleurs

Daniel Matos Engagé dans une courbe ascendante depuis sa fondation, le Front de Gauche et des Travailleur (FIT) d’Argentine vient d’obtenir d’importantes victoires électorales dans différentes provinces du pays. En août, lors des « primaires » nationales obligatoires dans la législation argentine, les deux principaux partis qui le composent vont mesurer leurs forces pour choisir les meilleurs candidats qui seront destinés à affronter les partis capitalistes aux prochaines élections présidentielles d’octobre 2015.

mercredi 24 juin 2015

Le week-end dernier devaient être définitivement déposées les candidatures aux « Primaires Ouvertes Simultanées et Obligatoires » (PASO), passage obligédans la législation électorale argentine, qui prévoient l’organisation, deux mois avant les élections générales effectives, d’élections préliminaires mises en place par l’Etat. Lors de celles-ci, chaque parti ou coalition électorale doit se présenter pour définir ses candidats.

Ainsi, le 9 août prochain, les électeurs argentins seront appelés aux urnes et chaque électeur devra choisir un parti ou une coalition pour voter. Les partis ou coalitions qui ont différents candidats internes présentent leurs alternatives pour que les électeurs choisissent les candidats les plus représentatifs. Les électeurs n’ont pas besoin d’être affiliés à la coalition ou au parti pour lesquels ils voteront.

Les PASO, mises en place en 2011, ont été associées à une loi de proscription électorale qui prévoit un seuil minimal de voix pour que chaque parti ou coalition de partis puisse prendre part aux élections générales qui, cette année, vont avoir lieu en octobre. Dans le cas d’élections nationales sont requis 1,5% des voix. Il s’agit d’une loi réactionnaire car elle implique une entrave pour que plusieurs partis d’extrême gauche ne puissent exprimer leurs idées lors des élections. Au-delà de cela, les PASO donnent à la bourgeoisie la possibilité d’intervenir dans la vie interne des partis d’extrême gauche.

Le FIT, Front de Gauche et des Travailleurs, coalition formée du Parti des Travailleurs Socialistes (PTS), du Parti Ouvrier (PO), qui sont les partis d’extrême gauche les plus connus, et de Izquierda Socialista (IS – Gauche Socialiste), se présentera aux PASO en août prochain. Tout en dénonçant le caractère réactionnaire de cette loi, les partis membres du FIT considèrent que, en dernière instance, cette institution peut être utilisée pour clarifier les divergences qui existent entre eux.

Nicolás del Caño (PTS) et Myriam Bregman (PTS) se mesureront avec Jorge Altamira (PO) et Carlos Giordano (IS) pour déterminer les candidats du FIT aux élections présidentielles

Le PTS présentera comme candidats à la présidence le député national Nicolás Del Caño et à la vice-présidence la députée de la ville de Buenos Aires et figure de la lutte pour les Droits de l’Homme Myriam Bregman. Le PO et IS présenteront eux, respectivement, Jorge Altamira et Carlos Giordano.

Nicolás Del Caño est député national pour la province de Mendoza où lors des élections municipales et provinciales récentes les candidats du PTS-FIT ont obtenu les meilleurs résultats de l’histoire du pays pour des partis trotskystes à des postes exécutifs.

Ainsi, Del Caño, en tant que candidat à la mairie de la capitale de Mendoza, a obtenu 17% des voix, arrivant en deuxième position, devant le parti péroniste soutenu par la présidente Cristina Kirchner. Noelia Barbeito, candidate au poste de gouverneur, a obtenu quant à elle 10,3% des voix, arrivant à la troisième place dans une élection extrêmement serrée et polarisée entre le parti soutenu par le gouvernement et celui de l’opposition de droite.

Ces résultats qui consolident un espace électoral constituent un apport important de la part du PTS pour donner une portée nationale au FIT. Les succès du FIT à Mendoza ont posé la possibilité que la sympathie gagnée par Del Caño, au sein de secteurs populaires et de la jeunesse dans sa province, prenne une ampleur nationale.

En tant que député, Del Caño s’est fait connaitre pour avoir refusé les salaires exorbitants avec lesquels la bourgeoisie corrompt les politiciens. Il a touché le même salaire qu’un enseignant et a lutté pour l’adoption d’une loi qui impose que tout politicien gagne le même salaire qu’un enseignant. Cette proposition de loi a contribué à renforcer les luttes pour les salaires que les professeurs menaient à la même période. De cette façon, ils pouvaient contrer le discours du gouvernement qui les présentait comme des« privilégiés ». Il s’est également fait remarquer en tant député réprimé avec des balles de caoutchouc par la police alors qu’il luttait aux côtés des travailleurs dans un piquet contre les licenciements massifs au sein d’une entreprise multinationale.

Ces exemples constituent des symboles de comment le PTS combine le militantisme de dirigeants ouvriers dans des centaines d’usines et services stratégiques avec l’action de députés au service de la lutte de classes. Ainsi, il émerge comme une force politique qui projette le FIT sur le devant de la scène nationale. En même temps, le PTS a joué un rôle fondamental pour que lors des dernières mobilisations nationales contre l’impôt sur les salaires, des travailleurs classistes et combattifs aient une alternative indépendante des bureaucraties syndicales.

Avec l’intention de débattre avec le PO et IS sur la meilleure candidature possible à la présidentielle, pour exprimer les qualités les plus dynamiques du FIT, le PTS a proposé la pré-candidature présidentielle de Nicolás Del Caño. Face au refus du PO qui a insisté pour présenter son candidat Jorge Altamira étant donné qu’il s’agit de la figure la plus connue, le PTS a abandonné la pré-candidature de Nicolás Del Caño et a proposé une formule présidentielle dans laquelle Del Caño accompagnerait Altamira en tant que candidat à vice-président. Cela aurait permis au PTS et au PO de présenter les meilleurs candidats de chaque parti. Cependant, sans aucune explication sérieuse PO a refusé cette proposition unitaire et maintenant le FIT devra choisir ses candidats à travers les PASO.

Renouveler le FIT avec la force des travailleurs, des femmes et de la jeunesse

Sous le slogan « Renouveler le FIT avec la force des travailleurs, des femmes et de la jeunesse », la liste du PTS menée par Del Caño et Bregman compte aussi avec l’ex-député de la province de Buenos Aires, Christian Castillo, qui sera candidat au poste de gouverneur de Buenos Aires aux côtés d’un référent du syndicalisme combattif et ouvrier de Kraft Foods, Javier Hermosilla. La candidature à la députation nationale au Parlement du Mercosur sera, elle, menée par le secrétaire exécutif du syndicat du métro de Buenos Aires, Claudio Dellecarbonara, et par la dirigeante du mouvement de femmes Pan y Rosas, Andrea D’Atri. A la députation nationale pour la ville de Buenos Aires candidatera, enfin, Victoria Moyano, militante connue pour les droits de l’Homme et pour être fille de militants disparus durant la dictature militaire des années 1970. Elle mènera une liste composée à 70% par des femmes.

La principale caractéristique des listes du PTS-FIT c’est la présence de centaines de travailleurs de différentes entreprises et de services aux côtés de militants pour les droits des femmes, étudiants et des référents de la lutte pour les droits de l’Homme et contre la répression et l’impunité.

Dans un communiqué de presse du PTS, Nicolás del Caño a déclaré que « face à la polarisation que veulent installer les candidats héritiers des années néolibérales nous avons proposé une candidature commune du FIT qui a été inexplicablement rejetée par le PO et ses alliés. Nous voulons renouveler le FIT pour que la force des travailleurs, des femmes et de la jeunesse s’exprime, comme c’est le cas à Mendoza. Nous considérons que dans le FIT devraient s’exprimer avec une liberté totale toutes les nuances et tendances qui sont d’accord avec le programme du FIT. Nous avons des listes de grande richesse dans tout le pays et n’avons aucun doute que nous ferons une très bonne élection le 9 août prochain, qui nous permettra ensuite d’aller tous ensemble, avec le FIT, affronter les partis capitalistes en octobre ».

Voici un des clips de la campagne de Nicolas Del Caño pour les primaires :




Mots-clés

FIT   /    Monde