×

Pétition

Contre la précarité et pour des contrats dignes soutenons la lutte des moniteurs étudiants des BU d’UPC !

Les moniteurs et monitrices étudiant·es des bibliothèques universitaires de Paris Cité sont mobilisé·es pour des contrats dignes et contre la précarité ! Nous relayons leur pétition, soutenez-les.

9 octobre 2023

Facebook Twitter
Contre la précarité et pour des contrats dignes soutenons la lutte des moniteurs étudiants des BU d'UPC !

Nous relayons ci dessous la pétition que vous pouvez signer ici.

CONTRE LA PRÉCARITÉ ET L’INSTABILITÉ DES CONTRATS DES MONITEUR.TRICES ETUDIANT.ES DE L’UNIVERSITÉ PARIS CITÉ

Mettre fin à l’hypocrisie de la Présidence !

Ce jeudi 21 septembre 2023, dans une tribune parue dans Le Monde, de nombreux.ses président.es d’Universités signataires déplorent la précarisation des étudiant.es et souhaitent s’engager pour nous permettre d’étudier « dans la dignité ».

Quelle ne fut pas notre surprise d’y voir la signature d’Édouard Kaminski, président de l’Université Paris Cité ! Ce dernier n’avait pourtant rien proposé de concret pour améliorer les conditions de travail de ses étudiant.es employé.es au moment de recevoir la délégation représentant les moniteur.trices des Bibliothèques universitaires de l’UPC.

Nous demandons à ce que l’Université joigne ses actes à ses paroles et tienne ses promesses de qualité de vie pour les étudiant.es, plutôt que de les recevoir avec mépris.

Alors que nous devions être disponibles au 1er septembre, nombreux.ses sont nos collègues qui n’ont toujours pas reçu leur contrat. Retirer ainsi un mois de salaire, c’est mettre en difficulté des étudiant.es et porter atteinte à leur dignité. Sans compter que le premier salaire reçu nous parvient 3 mois après les premières heures effectuées.

Étudiant.es avant tout, et engagé.es comme tel.les, nous refusons de continuer à subir l’instabilité de nos contrats, qui détériorent notre vie étudiante.

Sans aucune communication de la part de nos supérieurs, nous sommes mis de côté. Nous sommes à la disposition et au bon vouloir de ces derniers, puisque notre contrat ne nous protège nullement. Alors que nous sommes employé.es de la fonction publique, nos contrats ne nous garantissent aucun droits.

Cet emploi, attrayant au premier abord, notamment lors des entretiens d’embauches, plonge rapidement les moniteur.trices dans une grande désillusion : nombreux.ses sont les collègues à avoir démissionné en cours d’année, d’autres ne renouvellent pas leur contrat une fois l’année passée, etc.

L’instabilité structurelle de nos contrats accentue ce turn-over et permet à notre employeur, l’Université, de maintenir l’insécurité juridique intrinsèque à ce contrat.

Pourtant, nous sommes essentiels au bon fonctionnement des BU. Nous rappelons que les bibliothèques ne pourraient assurer les ouvertures au public avec de telles amplitudes horaires sans l’appui des moniteur.trices étudiant.es.

C’est pourquoi :

  • Nous demandons une revalorisation de nos salaires, pour faire face à l’inflation et la précarisation des étudiant.es.
  • Nous demandons que les moniteur.trices étudiant.es puissent bénéficier d’un salaire mensuel fixe, c’est-à-dire d’un lissage des heures effectuées sur l’ensemble de l’année travaillée.
  • Nous demandons la rémunération des heures perdues lors de fermetures inopinées des Bibliothèques universitaires.
  • Nous demandons un remboursement partiel, à hauteur de 75%, des moyens de transports, au même titre que nos collègues titulaires.
  • Nous réclamons, en tant que salarié.es de la fonction publique, que les emplois soient encadrés. La rémunération à l’heure faite est très fragilisante économiquement, et le flou juridique entourant le statut de contractuel.le étudiant.e nous prive de toute défense possible. Nous demandons des contrats clairs, stables et une revalorisation juste de notre salaire.
  • En tant qu’étudiant.es nous réclamons de meilleures conditions d’embauche afin d’éviter des situations de détresse comme nous avons pu le vivre en ce début d’année avec la signature retardée des contrats, également à cause des heures faites l’été, payées en retard.

L’hypocrisie de la présidence ne sera plus tolérée.

Avec le soutien des organisations syndicales :
La CGT FERC Sup - Université Paris Cité, Ecume syndicat étudiant, Le Poing levé, Séla IDF

Nous avons besoin de vous pour nous faire entendre auprès de la présidence !

Les Moniteur.trices étudiant.es des Bibliothèques d’Université Paris Cité


Facebook Twitter
Toulouse. Les travailleurs d'Airbus Defense & Space en grève pour les salaires

Toulouse. Les travailleurs d’Airbus Defense & Space en grève pour les salaires

Licenciements des fonctionnaires : le plan « sans tabou » de Guérini pour en finir avec le statut

Licenciements des fonctionnaires : le plan « sans tabou » de Guérini pour en finir avec le statut

« Les conséquences sociales s'annoncent désastreuses » : 700 postes supprimés chez ExxonMobil

« Les conséquences sociales s’annoncent désastreuses » : 700 postes supprimés chez ExxonMobil


Dassault Aviation. Un militant CGT harcelé et menacé de licenciement pour la deuxième fois

Dassault Aviation. Un militant CGT harcelé et menacé de licenciement pour la deuxième fois

Emploi des seniors : des négociations vouées à l'impasse qui ouvrent la voie aux offensives de Macron

Emploi des seniors : des négociations vouées à l’impasse qui ouvrent la voie aux offensives de Macron

Mise en danger des salariés : 20 travailleurs de la maintenance assignent la RATP aux Prud'hommes

Mise en danger des salariés : 20 travailleurs de la maintenance assignent la RATP aux Prud’hommes

Chambéry. Des enseignant·e·s en REP+ en grève en soutien à l'une de leurs collègues

Chambéry. Des enseignant·e·s en REP+ en grève en soutien à l’une de leurs collègues

Offensive : le Sénat adopte une loi antigrève historique dans les transports

Offensive : le Sénat adopte une loi antigrève historique dans les transports