^

Politique

Affaire d'Etat

Affaire Benalla et crise à Matignon : Démission de la cheffe de la sécurité de Philippe

La résurgence de l'affaire Benalla et celle de la perquisition de Médiapart, commandité par Matignon, plonge l'exécutif dans la crise. La cheffe de la sécurité du premier ministre, mouillé dans l'affaire, a dû démissionné ce 7 février.

Crédits photos : Bertrand GUAY / AFP

Poitout a maintenu ses propos, affirmant qu’elle n’a « jamais avoir vu Alexandre Benalla et Vincent Crase ensemble ni à mon domicile, ni ailleurs et confirme n’avoir aucun lien avec les enregistrements dont parle la presse ». Pourtant, la désormais ex-cheffe du GSPM a confirmé avoir reçu à son domicile Alexandre Benalla à la fin juillet, selon une lettre datée du 1er février du directeur de cabinet de Matignon, Benoît Ribadeau-Dumas, au procureur de la République de Paris Rémi Heitz. Or, l’enregistrement de la conversation entre Benalla et Crase date du 26 juillet, ce qui donne du grain à moudre à l’hypothèse selon laquelle cette conversation téléphonique ait eu lieu à son domicile.

De plus, on sait aujourd’hui que la perquisition à Médiapart à bien été commandité par Matignon, ce qui jette un trouble sur la possible implication de Poitout dans cette affaire. Face à cette multiplication d’affaire, c’est donc la voie de la démission qui a été choisis, afin de protéger Edouard Philippe, selon les mots de l’ex cheffe du GSPM. Une chose est sure, l’affaire d’Etat que représente l’affaire Benalla est loin d’avoir mis au grand jour tous ses éléments.




Mots-clés

Affaire Benalla   /    Emmanuel Macron   /    Politique