http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
20 de janvier de 2022 Twitter Faceboock

Catastrophe environnementale
Marée noire au Pérou. L’entreprise pétrolière Repsol responsable !
Karl Nara

Alors que l’éruption volcanique à Tonga qui a eu de lourdes conséquences jusqu’ au Pérou n’a que quelques jours, l’entreprise pétrolière espagnole Repsol a préféré continuer à faire tourner la machine et décharger des barils de pétrole malgré les marées et les vagues importantes après le tsunami. Résultat : c’est une marée noire qui pullule sur les côtes de la province de Callao.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Maree-noire-au-Perou-L-entreprise-petroliere-Repsol-responsable

Crédit photo : AFP

A la suite de l’importante éruption volcanique qui a impacté Tonga, des tsunamis se sont créé dans l’Océan Pacifique. Deux femmes avaient trouvé la mort samedi au Pérou à cause de ces fortes vagues. Ces dernières sont aussi arrivées alors qu’un bateau pétrolier déchargait des hydrocarbures à la raffinerie de Pampilla au Pérou. Le navire a ainsi déversé une quantité de pétrole dans l’océan ce qui a provoqué une importante marée noire dans la province de Callao (Pérou).

La compagnie espagnol Repsol n’a pas souhaité indiquer la quantité de carburant déversée mais selon France24 ce sont près de 6 000 barils de brut qui se sont déversés. Depuis cinq jours, ce sont des centaines de personnes qui travaillent au nettoyage des 18 000m² qui ont été touchés. Lors d’une conférence de presse le ministre de l’Environnement Ruben Ramirez a qualifié la situation d’inquiétante « car c’est très difficile d’y remédier ».

Crédit photo : AFP - CRIS BOURONCLE

Cette catastrophe impacte aussi particulièrement les travailleurs de la mer. C’est ainsi que les pêcheurs de la région se trouvent empêchés de travailler. Ils se sont rassemblés pour manifester devant le siège de la raffinerie de Repsol. Au micro de France24 un pêcheur fait part de ses attentes : « Ce que l’on attend, c’est qu’ils reconnaissent les dégâts qu’ils ont causés sur notre travail. Ils doivent nous indemniser.  »

Le gouvernement réclame des dédommagements à la compagnie qui pourrait écoper d’une amende pouvant atteindre 33 millions de dollars si la responsabilité de Repsol est avérée dans les dommages environnementaux. Une amende somme toute dérisoire face au désastre irréparable et qui n’endiguera pas les logiques de cette méga industrie pétrolière. Il semble clair qu’au regard de la catastrophe qui a impacté Tonga ainsi que les pays qui partagent le même littoral, la catastrophe aurait pu être évité si l’entreprise n’avait pas déchargé ses barils ce jour-là.

Ainsi, à une époque où la plupart des partis politiques militent pour une écologie des petits gestes, une écologie individualiste qui précarisent les personnes pauvres en taxant le carburant. Il est pourtant indéniable que les acteurs majeurs du changement climatique, de la pollution des sols comme des océans, de la destruction de la biodiversité et des paysages, ce sont les grandes entreprises capitalistes, qui malgré les risques liés à une catastrophe naturelle, continuent coûte que coûte à maintenir leur production alors même que les risques pour les travailleurs comme pour l’environnement sont hautement élevés, comme nous avons pu voir lors de cette marée noire.

Il est clair que, face à ce triste drame supplémentaire, les capitalistes n’ont que faire des "externalités négatives" qu’ils infligent à l’environnement. L’entreprise paiera une amende au rabais par un État conciliant, et continuera à émettre des gaz à effet de serre qui réchaufferont la planète et à être responsable d’accidents évitables pour ne pas ralentir la machine à billets. Nous devons urgemment reprendre le contrôle des industries afin de les orienter au service de nos intérêts et de ceux de l’environnement !

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com