http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
24 de septembre de 2021 Twitter Faceboock

Anti-social
50 milliards de « fraude sociale » ? La fake news anti-pauvres de Eric Zemmour
Ella Dall’erta

Lors du débat face à Mélenchon sur BFMTV, Zemmour a repris une rengaine connue de la droite : il existerait une « fraude sociale » et pour lui, elle s’élèverait à 50 milliards d’euros. Mais ce chiffre faux sert juste la propagande anti-sociale, stigmatisante et xénophobe de Zemmour.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/50-milliards-de-fraude-sociale-La-fake-news-anti-pauvres-de-Eric-Zemmour

Crédit : capture d’écran d’une vidéo BFMTV

Ce jeudi avait lieu le débat entre Mélenchon et Zemmour sur le plateau de BFMTV. C’était une occasion pour le candidat d’extrême-droite de continuer à médiatiser à large échelle son discours xénophobe et anti-social, en enchaînant les fakes-news en guise de démonstration. Et dans son viseur ce soir-là, une rengaine bien connue de la droite, qu’il nomme "fraude sociale". Derrière ce terme se cache une stigmatisation et bien souvent une criminalisation de la pauvreté. Une fois de plus, telle a été la situation : il a assuré éhontément que la production de fausses cartes vitales- qui s’élèverait selon lui à deux millions- coûterait 50 milliards d’euros par an. Face à une “fact-checker” de la chaîne qui mettait en cause son propos, Zemmour affirmait tenir ses propos de Charles Prats, ex-magistrat de la délégation nationale à la lutte contre la fraude.

Pourtant, cette source que cite Zemmour est loin de pouvoir crédibiliser et démontrer son propos. En effet, la journaliste de la cellule fact-checking expliquait très clairement que dans le livre de Prats que Zemmour cite, aucun détails de calculs n’est donné, malgré ce que soutient ce dernier : "Il suffit de lire son livre, il détaille, avec les deux millions de fausses cartes Vitales”.

Cependant, le média Arrêt sur images rappelle que : “le surnombre spectaculaire de cartes vitales, qui avait nourri en 2019 une sensationnelle campagne de presse inclut aussi des cartes inactives ; les numéros de Sécu soit-disant frauduleux incluent de simples anomalies, comme une photocopie de mauvaise qualité ; un numéro de Sécu, même faux, n’ouvre pas forcément droit à des prestations”. A cela s’ajoute le rapport de 2019 de la Cour des Comptes qui estime la "fraude sociale" à 1 milliard d’euros par an ce qui vient invalider les fumeux 50 milliards d’euros sur lesquels Prats a écrit avant d’être repris à tours de bras par l’extrême-droite française.

Si la mise en avant de l’existence d’une "fraude sociale" sert à stigmatiser les populations les plus précaires, elle est souvent utilisée pour attaquer les personnes étrangères ou issues de l’immigration, pour construire de toute pièce un danger qui viendrait de l’extérieur. Ces inventions racistes visent à pointer les réfugiés comme la racine de tout problème et sont le lit du discours de Zemmour.

Et si Zemmour est prompt à multiplier par 50 les chiffres de la Cours de Comptes pour parler d’une pseudo "fraude sociale", il ne dit pas un mot sur les chiffres astronomiques de fraude fiscale orchestrée par les politiciens et grands patrons, qui elle se chiffrerait pourtant à 80 milliards selon le syndicat Solidaires finances publiques. Un deux poids, deux mesures qui permet d’augmenter la répression et de réduire l’accès aux aides sociales tout en dissimulant et étouffant la fraude des riches.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com