http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
11 de septembre de 2021 Twitter Faceboock

Les femmes en première ligne
Afghanistan. Les mobilisations se poursuivent et font face à une violente répression
Cléo Rivierre

Ce mercredi, des manifestants afghans, dont des groupes de femmes, sont descendus dans les rues pour protester contre le nouveau gouvernement. Les femmes et des journalistes qui couvraient la manifestation ont été violemment réprimés. Une répression qui témoigne de la violence des talibans, mais aussi du rejet de la société civile à leur égard.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Afghanistan-Des-mobilisations-violemment-reprimees-par-les-talibans

Crédits photo : AP - Wali Sabawoon

Mercredi 8 septembre, des manifestants afghans, dont des groupes de femmes, sont descendus dans les rues pour protester contre le nouveau gouvernement composé exclusivement d’hommes issus des talibans. Euronews rapporte qu’ « elles étaient des dizaines à crier "liberté", face aux talibans », avant de voir leur manifestation réprimée par « des coup de bâtons et de fouets ». Les jours précédents, les talibans auraient tué quatre personnes par balles et en auraient blessé sept autres selon l’ONU.

Sur RFI, Mina, qui a participé à plusieurs manifestations ces derniers jours, témoigne : « Je n’ai pas eu peur la première fois et les talibans ne nous ont pas arrêtés ce jour-là. Mais j’ai eu très peur la deuxième fois, lorsque les talibans ont commencé à frapper les femmes et à lancer des gaz lacrymogènes. J’ai vu une manifestante gravement blessée parce qu’un taliban l’avait frappée à la tête avec un câble électrique. Ils nous maltraitaient, nous traitaient de prostituées et disaient que nous étions soutenues par les États-Unis. » Une autre manifestante, Manija, rapporte avoir reçu des coups de fouet à la nuque.

En parallèle, les images de la répression dont ont été victimes deux journalistes ont choqué la population. Ceux-ci ont été arrêtés alors qu’ils couvraient les manifestations de femmes. Selon FranceInfo, pendant quatre heures, ils ont été victimes de coups de pied dans la tête et de coups de bâton alors qu’ils étaient attachés au sol.

Les deux journalistes qui ont témoigné de la répression dont ils ont été victimes. Crédit photo : capture d’écran FranceInfo.

Ces manifestations et la répression violente par laquelle répondent les Talibans témoignent de plusieurs dynamiques en cours dans le pays. D’une part, la violence des talibans envers la société civile. Plusieurs personnes ont déjà été tuées dans les manifestations tandis que leurs politiques réactionnaires s’attaquent aux conditions de vie et aux libertés des femmes.

D’autre part, ces mobilisations montrent que le régime taliban suscite une grande hostilité chez la population civile, dont une partie est prête à risquer sa vie pour le combattre.

Mais la solution aux problèmes de la population ne réside aucunement dans l’intervention impérialiste qui a eu pour conséquences des dizaines de milliers de morts et le développement des talibans. Les puissances impérialistes instrumentalisent aujourd’hui la lutte pour les droits des femmes afin de justifier leurs interventions et garantir leurs intérêts, alors que ce sont ces mêmes puissances, à commencer par les États-Unis, qui sont les principales responsables de la situation dramatique et de l’oppression que subissent les femmes afghanes. Bien que le futur apparaisse sombre pour les Afghanes et les Afghans, cela montre la seule issue possible face à ce régime : une mobilisation d’ampleur, ouvrière, populaire et internationaliste, en toute indépendance des intérêts de l’impérialisme états-unien ou de l’intervention des grandes puissances.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com