http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
5 de mars de 2021 Twitter Faceboock

Elections muselées
Hong Kong : la Chine va imposer un contrôle renforcé des candidats aux élections
Violette Renée

Après le report en juillet dernier des élections législatives pour raisons sanitaires et les répressions multiples, Pékin va voter jeudi une nouvelle disposition permettant à un comité électoral de valider ou d’invalider les candidatures aux législatives à Hong Kong.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Hong-Kong-la-Chine-va-imposer-un-controle-renforce-des-candidats-aux-elections

Alors que 48 militants du mouvement prodémocratie hongkongais sont toujours détenus par le régime chinoise, le gouvernement poursuit son offensive contre les libertés démocratiques de Hong-Kong dès le premier jour de la réunion annuelle de l’Assemblée Nationale Populaire qui avait lieu ce vendredi. Le premier ministre chinois a proposé une réforme du système électoral qui devrait être votée jeudi prochain, et permettra à Pékin de sélectionner les candidatures autorisées pour les élections législatives de la cité-État. « Si ces mesures sont adoptées, et elles le seront certainement, la voix de l’opposition sera bâillonnée », observe le sinologue Willy Lam dans l’Obs. « Cela élimine ce qui reste de l’opposition ».

En effet, pour imposer des candidats certifiés « patriotes », Pékin veut mettre en place un comité électoral directement soumis au régime devant lequel chaque candidature au parlement hongkongais sera précieusement examinée pour la valider ou l’invalider selon ses positions au sujet de la rétrocession et au pouvoir chinois. Ce coup préventif permet au pouvoir d’assurer la réélection de parlementaires pro-Pékin. Car le pouvoir le sait bien, l’élection de députés opposés au régime chinois pourrait raviver la flamme de la contestation à Hong Kong. Le pouvoir souhaite par tous les moyens éviter le scénario des élections de novembre 2019 où 17 districts sur 18 ont été remportés par l’opposition.

De plus, alors que de nouvelles élections auraient déjà dû se tenir en juin dernier, le gouvernement a annoncé qu’il devrait reporter une nouvelle fois les élections en 2022. Le premier report avait été justifié pour raison sanitaire par le gouvernement. Cette nouvelle disposition législative et le probable nouveau report assoient d’autant plus la volonté d’assujettir Hong Kong à Pékin et priver définitivement l’ex-colonie britannique de toutes libertés démocratiques.

En effet, face au mouvement de contestation des militants pro-démocratie l’année dernière, le régime chinois avait déjà imposé à Hongkong la « loi sur la sécurité nationale ». Un texte qui piétine les libertés démocratiques : le délit de « sécessionnisme » (définition fourre-tout) est puni de prison à vie, et ceux qui sont liés à ces activités ou à des tentatives de renversement du gouvernement risquent entre trois et dix ans d’emprisonnement … entre autres mesures liberticides.

Ce qui a déjà permis à la police hongkongaise, début janvier, d’arrêter une cinquantaine d’organisateurs ou des candidats de l’opposition aux primaires de l’élection du conseil législatif de juillet dernier.
Mais cette nouvelle proposition de loi pourrait réveiller la colère de la jeunesse hongkongaise qui avait montré sa détermination lors des longues semaines de manifestations en 2019 et 2020. Face à ce coup réactionnaire, il faut une nouvelle riposte d’ensemble qui s’organise par la base, partant des aspirations démocratiques légitimes pour remettre un système qui, en définitive, ne sert qu’à baillonner les aspirations de la population. De ce point de vue, il est clair que le point de départ est bien de défendre les droits démocratiques élémentaires, en luttant contre la censure des candidatures par Pékin. Une bataille qui ne peut passer que par le chemin de la lutte, dans la rue et par l’action.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com