http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
23 de décembre de 2020 Twitter Faceboock

Répression policière
Observatoire des Street-médics : la répression a fait au moins 42 victimes le 5 décembre dernier
Asha Aless

Dans un rapport, des street-medics réunis en Observatoire recensent les violences policières survenus lors des manifestations contre la loi sécurité globale du 5 décembre. Un document qui vient étayer la violence de la répression qui s’est abattue sur les dernières mobilisations contre la loi sécurité globale à l’heure où celles-ci sont toujours invisibilisées.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Observatoire-des-Street-medics-la-repression-a-fait-au-moins-42-victimes-le-5-decembre-dernier

Crédit photo : Julien Mattia/Anadolu Agency/ AFP

Le dispositif policier pour encadrer et réprimer la manifestation du 5 décembre était massif dans toute la France le 5 décembre dernier.. A Paris, plus de 6000 policiers étaient mobilisés pour créer un véritable siège autour du cortège, finalement coupé en deux. Un dispositif ultra-répressif qui a été accentué le 12 décembre dans les rues parisiennes avec une nouvelle stratégie du maintien de l’ordre, celle du choc permanent provoqué par les charges aléatoires des forces de répression dans le cortège.

Or, si cette doctrine ultra-répressive imposée aux deux dernières manifestations parisiennes a bénéficié d’un silence médiatique quant aux violences policières perpétrées contre les manifestants, la réalité est toute autre. C’est ce que pointe le récent rapport de L’Observatoire des Street-médics et secouristes volontaires, une organisation indépendante de street-médics qui recense les victimes prises en charge en manifestation depuis deux ans.

Si les rédacteurs précisent que leur bilan ne saurait être exhaustif, il n’en demeure pas moins frappant. Couvrant les manifestations de Paris, Lyon, Poitiers, Rennes et Toulouse, l’Observatoire recense sur la journée du 5 décembre, 42 victimes ayant étais pris en charge par les streets-médics dont 31 à Paris, avec 7 traumatismes à la tête et 6 évacuations vers les urgences. Les différentes grenades auraient fait à elles seules 12 victimes en France. 10 personnes auraient été blessées par des tirs de LBD. Au total, 7 traumatismes à la tête et 6 évacuations vers les urgences sont rapportées par les équipes de Street-médics .

Des chiffres glaçants qui s’ajoutent aux autres blessés déjà connus comme le journaliste Amar Taoualit, qui avait reçu un éclat de grenade dans la jambe.

Le rapport fait également état de la mutilation d’un homme ayant perdu plusieurs doigts Place de la République suite à l’explosion d’une grande et évacué en urgence par les pompiers.

Alors que ces violences sont totalement invisibilisées, le rapport de l’Observatoire des Street-médics vient montrer une nouvelle fois la réalité de la brutalité policière dans les manifestations. Une violence que le gouvernement veut invisibiliser un peu plus encore au travers de la loi sécurité globale, qui criminaliserait la diffusion d’images de violences policières. De quoi rappeler l’urgence de combattre les lois liberticides, mais aussi de soutenir le travail de ceux qui révèlent et font face quotidiennement à la répression.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com