http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
19 de mai de 2020 Twitter Faceboock

Constitution d’un 9ème groupe
LREM perd sa majorité absolue à l’Assemblée. Un symbole de la crise du macronisme
Julian Vadis

Avec la création du neuvième groupe de l’Assemblée Nationale ce 19 mai, LREM a perdu sa majorité absolue. Symbolique, car le groupe macroniste pourra toujours s’appuyer sur ses alliés. Mais symptomatique du délitement de la désormais ex-majorité présidentielle, aggravé par sa gestion catastrophique de la crise sanitaire.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/LREM-perd-sa-majorite-absolue-a-l-Assemblee-Un-symbole-de-la-crise-du-macronisme

 Crédits photo : Ludovic MARIN / POOL / AFP 

Ce 19 mai, le groupe LREM à l’Assemblée Nationale est tombé à 288 députés, et donc sous la barre de la majorité absolue, fixée à 289 sièges. C’est la conséquence directe de la création d’un neuvième groupe dans l’hémicycle — un record — baptisé Écologie, Démocratie, Solidarité et composé de 17 députés, dont 7 ex-marcheurs.

Bien sûr, cette perte de la majorité absolue reste symbolique. En effet, la désormais ex-majorité présidentielle peut toujours compter sur ses alliés à l’Assemblée, notamment les 47 députés Modem et la dizaine de députés du groupe Agir. Qui plus est, le nombre de marcheurs dans l’hémicycle pourrait remonter à 289 sièges. En effet, l’ex-LREM Olivier Gaillard va quitter ses fonctions pour devenir maire, et sa suppléante à annoncer son intention de rallier le groupe présidentiel, comme l’explique 20 minutes.

Pourtant, cet énième départ en groupe de l’ex-majorité présidentielle n’est pas un coup de tonnerre dans un ciel serein. Entré en force avec 314 députés au sortir des législatives de 2017, le groupe LREM ne cesse depuis de s’éroder. Comme le souligne le Figaro dans un article mis à jour ce 6 mai 2020, la dynamique de départ est d’environ un député tout les deux mois depuis 2017 pour le groupe LREM.

Si le départ de ces députés a sans aucun doute un caractère politicien et opportuniste, il est tout de même symptomatique de la crise du macronisme, fragilisé par sa propre gestion catastrophique de la crise : scandale d’Etat autour des stocks de masques, absence de tests massifs, casse de l’hôpital public, etc.

Ainsi, bien que le gouvernement ne perde pas sa capacité à gouverner, puisque cette mise en minorité ne coïncide pas avec une majorité pour l’opposition, le coup politique est symptomatique des difficultés du macronisme qui existent depuis 2017 et se sont encore accentuées avec la crise sanitaire et la gestion catastrophique du gouvernement.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com